C211  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 29/05/2004


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Celui qui n'aime pas demeure dans la mort

La lumière et l'amour dans la première épître de Jean



 

           Dans la première épître de Jean, au chapitre 1 et au verset 1, Jean écrit ceci : « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché concernant la parole de vie, et la vie a été manifestée, nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage et nous vous annonçons la vie éternelle qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons... ». Jean dit : « la vie a été manifestée et nous l'avons vue ». La vie, cela se voit. La vie de Dieu a été manifestée en Jésus. Quand Jésus est venu sur la terre, toute la vie de Dieu s'est manifestée en Lui et au travers de Lui. Il a dit : « Je suis la porte » (Jean 10:7). Jésus est une porte spirituelle, c'est la porte du ciel. Tout ce que Dieu a en réserve doit passer par cette porte, pour venir nous toucher. Tout ce que nous présentons à Dieu, doit aussi passer par la porte pour aller vers Dieu. Jésus est la vie ; cette vie, nous l'avons vue. Ma question est la suivante : "As-tu vu la vie ?"

 

           Jésus a dit : « Je suis la lumière du monde » (Jean 9:5). ; Jésus a aussi dit à ses disciples : « Vous êtes la lumière du monde » (Matthieu 5:14). La lumière du monde c'est aussi la vie. La vie, c'est l'amour, c'est toute la nature de Dieu, de Jésus. Jésus nous dit : « Vous êtes la lumière du monde ». Il ne dit pas : "Vous allez bientôt être la lumière du monde, quand vous aurez écouté tout mon enseignement, quand vous aurez tout compris". Puisque Jésus vit en nous, nous sommes la lumière du monde et nous devons briller ! Il faut que je sois comme un flambeau qui brille sur un chandelier haut placé et que tout le monde me voie briller de la lumière de Jésus.

 

           Il ne faut pas avoir de fausse modestie. Evidemment ma vie doit être en accord avec ces paroles, c'est là que le bât peut blesser. Je ne peux pas me dire enfant du Seigneur et ne pas être en accord avec ce que Jésus dit. Jésus dit : "Tu es la lumière du monde". Lorsque la foi est vivante dans mon cœur, la Parole de Jésus fait autorité dans mon cœur. J'ai lu cette parole, je l'ai entendue. Je vais réfléchir sérieusement à ce que veut dire mon Seigneur. Il a dit cela à ses disciples, aux douze, et parmi eux, il y avait un Judas. Il est dit que Judas a participé au même ministère que les autres. Judas a manifesté la gloire de Dieu par des conversions, des miracles et toutes sortes de choses qui ont accompagné son ministère. Jésus a dit aussi à Judas, comme aux autres : "Tu es la lumière du monde". Puis cette lumière s'est éteinte en lui. Certains diront : "A-t-elle jamais été allumée dans le cœur de Judas ? Est-ce que Judas a été, au moins au début, né de nouveau ?" Je n'ai pas de réponse claire à ce sujet mais Jésus dit de Judas qu'il était le fils de la perdition. Comment peut-on passer de l'état de lumière du monde à celui de fils de la perdition en reniant Jésus comme Judas l'a fait ? Son cœur n'était pas tout entier, entièrement fixé sur le Seigneur. Sa lumière s'est éteinte, non pas parce que Dieu a décidé de l'éteindre, mais parce que Judas a renié la lumière. Il a renié Jésus, la lumière s'est éteinte ; il est devenu ténèbres, le fils de la perdition.

 

           Regardons dans Josué, au chapitre 14. Ce chapitre concerne une période où les enfants d'Israël étaient en train de conquérir le pays de Canaan, quarante ans après la traversée du désert. Ils étaient restés quarante ans dans le désert à cause de leur désobéissance. Leurs enfants sont ensuite entrés dans le pays et ils ont commencé la conquête. Josué et Caleb sont entrés avec les jeunes. Ils avaient plus de quatre-vingts ans d'âge, ils étaient aussi vaillants et vigoureux que les jeunes. Il est dit au verset 6 : « Les fils de Juda s'approchèrent de Josué à Guilgal, (là où le peuple a été circoncis) et Caleb, fils de Jéphunné, le Kénizien, lui dit : Tu sais ce que l'Eternel a déclaré à Moïse, homme de Dieu, à mon sujet et au tien, (donc Josué et Caleb) à Kadès-Barnéa. J'étais âgé de quarante ans lorsque Moïse, serviteur de l'Eternel, m'envoya de Kadès-Barnéa pour explorer le pays, je lui fis un rapport avec droiture de cœur. Mes frères, qui étaient montés avec moi, découragèrent le peuple. » Pourquoi ont-ils découragé le peuple ? A cause de leur incrédulité et de leur désobéissance. Ils auraient dû être la lumière du monde et ils se sont comportés en fils de ténèbres. Ils ont découragé le peuple par leur incrédulité et leur désobéissance. Ecoutez bien ce que dit Caleb : « Mais moi, je suivis pleinement la voie de l'Eternel, mon Dieu. » A cent pour cent ! Si Dieu te montre quelque chose qui ne va pas et qui doit être mis en règle, c'est aujourd'hui que tu dois le faire, pas demain ! C'est cela, un cœur à cent pour cent pour Dieu.

 

           Tu lis quelque chose dans la Parole, par exemple : "Si tu crois... si tu es baptisé... tu seras sauvé". Le baptême d'eau est un baptême par immersion, au nom du Père du Fils et du Saint-Esprit. Jésus dit dans Matthieu 28, verset 19 : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit ». Tu lis donc cette Parole qui te dit : Si tu crois, tu dois être baptisé. Si tu commences à prier en disant : "Seigneur, faut-il que je sois baptisé ? Est-ce vraiment ta volonté ? Montre-moi, par ton Esprit, si je dois être baptisé ou non". Tu es en train de confesser ta désobéissance et ton incrédulité ! C'est écrit, point final, il n'y a rien à ajouter !

 

           Lorsqu'un cœur est tout entier à Jésus, il lit la Parole ; si cette Parole le concerne, il le prend pour lui sans discuter, sans même prier pour demander au Seigneur si ça le concerne. C'est clair et c'est net : je le prends et je le mets en pratique, par amour pour Dieu. C'est ce que Caleb a fait : « Je suivis pleinement la voie de l'Eternel, mon Dieu. Et ce jour-là, Moïse jura  (Dieu seul peut jurer. A l'époque ils le faisaient, mais nous ne devons plus le faire.) en disant : Le pays que ton pied a foulé sera ton héritage, à perpétuité, pour toi et pour tes enfants, parce que (il y a une condition) tu as pleinement suivi la voie de l'Eternel, mon Dieu. Maintenant voici, l'Eternel m'a fait vivre, comme il l'a dit. Il y a quarante-cinq ans que l'Eternel parlait ainsi à Moïse lorsqu'Israël marchait dans le désert ; et maintenant voici, je suis âgé aujourd'hui de quatre-vingt-cinq ans. Je suis encore vigoureux comme au jour où Moïse m'envoya ; j'ai autant de force que j'en avais alors, soit pour combattre, soit pour sortir et pour entrer ».

 

           Il ne parle pas de rhumatismes, ou de quoi que ce soit, il était aussi fort à quatre-vingt-cinq ans qu'à quarante. "Oh ! mais l'usure de la vieillesse ! C'est obligé qu'en vieillissant, on perde ses facultés !" On entend dire cela, chez les chrétiens. "Oui, c'est obligé, on perd la vue, on perd les dents, on perd tout !" Si on arrive péniblement à soixante-dix ans, on est tout perclus et on dit : "C'est normal, mon médecin m'a dit que ma rate ne fonctionnait plus très bien, il faut que je la soigne, je ne dois plus faire d'efforts !" Mais où est la foi dans l'Eternel, le Dieu vivant ? La foi qui dit, comme Caleb : « L'Eternel m'a fait vivre, comme il l'a dit. » Caleb avait un cœur tout entier pour l'Eternel. Dans toute ta vie, si tu veux vivre vigoureux, (je parle non seulement d'une vigueur physique, mais spirituelle), si tu veux être utilisé avec puissance, lorsque l'Eternel te demande ou te montre quelque chose, fais-le immédiatement, avec un cœur entier, n'attends pas ! Cela montrera au Seigneur que tu as un cœur tout entier pour Lui. Tu vas honorer le Seigneur, parce que tu es la lumière du monde ! Vous comprenez que si notre cœur n'est pas tout entier pour l'Eternel, cette lumière devient pâlichonne, pâlotte. C'est sûr, l'Eternel n'éteint pas les lumignons qui fument encore. Il est compatissant, mais Il ne veut pas que notre vie soit seulement un lumignon qui fume. Il veut que notre vie soit un flambeau qui brille, un phare sur un lieu élevé, qui prévient les autres qu'il y a des rochers, des écueils, des récifs.

 

           Lisons au verset 12 : « Donne-moi donc cette montagne dont l'Eternel a parlé dans ce temps-là ; car tu as appris alors qu'il s'y trouve des Anakim. » Savez-vous qui étaient ces Anakim ? C'était des géants, de 2 à 3 mètres de haut. En face d'eux, il y avait un homme de quatre-vingt-cinq ans, tout seul, qui osait dire : "Donne-moi cette montagne peuplée de géants." Est-ce que nous verrions aujourd'hui des chrétiens de quatre-vingt-cinq ans parler ainsi ? Nous entendons des jeunes chrétiens de trente ans, qui ont plusieurs années de conversion, et qui disent : "Oh ! c'est fatigant la vie chrétienne ! Nous n'avons que des combats, des luttes, j'en ai assez, je retourne dans le monde." Vous croyez que ce n'était pas difficile de conquérir une montagne peuplée de géants lorsque l'on a quatre-vingt-cinq ans, sans le matériel moderne des armées d'aujourd'hui ? Il devait conquérir la montagne à la force des poignets et de l'épée. Il devait y monter parce que ces géants étaient établis là-haut. Il ne s'agissait pas de descendre à la rencontre de l'ennemi, il fallait grimper.

 

           La suite du verset 12 nous dit : « ... il y a des villes grandes et fortifiées. L'Eternel sera peut-être avec moi, et je les chasserai, comme l'Eternel l'a dit ». Ce n'est pas un "peut-être" d'incrédulité. Cela veut dire : "Peut-être que je ne sentirai pas la présence de Dieu, mais j'irai". Cela ne t'arrive pas d'avoir des moments où tu ne sens pas la présence de l'Eternel ? où tu as l'impression que l'Eternel n'est pas là ? où tu te demandes s'Il s'occupe de toi ? Mais tu y vas quand même parce qu'Il a dit que tu les chasseras ! « Josué bénit Caleb, fils de Jéphunné et lui donna Hébron pour héritage. C'est ainsi que Caleb, fils de Jéphunné, le Kénizien, a eu jusqu'à ce jour Hébron pour héritage, parce qu'il avait pleinement suivi la voie de l'Eternel, le Dieu d'Israël... Le pays fut, dès lors, en repos et sans guerre. » Quand le Seigneur dit que nous sommes la lumière du monde, c'est une parole qui doit être reçue avec une foi entière, sans aucune fausse modestie, sans aucun sentiment d'indignité. Il faut que nous soyons la lumière du monde.

 

           Que faut-il, pour être la lumière du monde ? Il faut être né de nouveau en Jésus-Christ, avec un cœur entier pour l'Eternel ! Voilà, c'est tout ! Paul dit : "Ce qui compte, ce n'est ni d'être circoncis, ni d'être incirconcis, mais c'est d'être une nouvelle création". Tu as reçu la vie même de Dieu en toi et cette vie, nous l'avons vue, (il le dit dans dans la première épître de Jean). Cette vie doit être vue en toi, elle doit être entendue de ta bouche. Elle doit être vue dans tes gestes, dans ton comportement de tous les jours, que ce soit en public ou dans l'intimité avec une personne, celle qui t'est la plus proche, ton mari ou ta femme. Tu dois montrer que tu es la lumière du monde en toute occasion, sinon tu dois te demander sérieusement si cette lumière a jamais été allumée en toi. Tu ne peux pas dire : "Je suis la lumière du monde" si on ne voit jamais la moindre lueur !

 

           Dans 1 Jean, au chapitre 1 et au verset 6, il est dit : « Si nous disons que nous sommes en communion avec lui... ». Nous sommes en communion avec Jésus seulement lorsqu'Il nous a changés, lorsqu'Il est entré dans notre cœur pour nous changer et faire de nous une nouvelle création. Voilà son œuvre : nous sommes une nouvelle création en Esprit. Jésus vient habiter dans notre esprit. Il vient du ciel, par son Esprit, pour habiter dans notre cœur, faire de nous une nouvelle création. A partir de là, la lumière de Jésus est dans notre cœur et commence à briller. Pendant un certain temps, il peut y avoir un mélange de choses à régler, de pensées à changer, mais il y a quand même quelque chose de la vie de Jésus qui passe. C'est la seule possibilité pour nous en tant qu'enfants de Dieu, d'être réellement en communion avec nos frères. Si nous rencontrons un frère, (ou une sœur), il peut être encore charnel, avoir des problèmes, des difficultés, mais nous devons sentir la vie de Jésus en lui. C'est cette vie-là qui nous met immédiatement en communion parce que nous avons le même Esprit : l'Esprit de Jésus.

 

           « Si nous disons que nous sommes en communion avec lui et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons et nous ne pratiquons pas la vérité ; mais si nous marchons dans la lumière... ». Parce que nous sommes la lumière du monde, nous marchons dans la lumière. Si tu portes en toi, et avec toi, la lumière du monde qui est celle de Jésus, ton chemin va être éclairé. Tu dois être la lumière là où tu es, dans ton usine, dans ton bureau, dans ta famille, dans ton école ; tu dois être la lumière de Jésus qui brille. La lumière de Jésus, c'est l'amour.

 

           Au chapitre 2 et au verset 4, il est dit : « Celui qui dit : Je l'ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, (Cela fait deux fois qu'il dit "c'est un menteur") et la vérité n'est pas en lui ». Lorsque je dis : "Je suis la lumière du monde", cela signifie que je garde ses commandements de tout mon cœur. Dans mon cœur et de tout mon cœur ! Quand je lis la Parole du Seigneur, il me révèle Ses commandements, (merci Seigneur) et je les garde dans mon cœur ! C'est ce que je dois faire. C'est de la plus haute importance, sinon je suis un menteur, je suis fils du diable qui est le menteur depuis le début. Si tu dis que tu es fils de la lumière et que tu n'aimes pas, que tu n'aimes pas ton pire ennemi, tu es fils du diable, parce que celui qui est de Dieu aime. Je voudrais que cela entre dans ton cœur : si tu dis que tu es fils de la lumière et que tu as la moindre haine dans ton cœur contre quiconque, vivant ou mort, tu es un menteur et tu es un fils du diable. Sonde ton cœur : Y a-t-il des personnes contre lesquelles tu as de la haine, de l'animosité, de la colère ? Une seule ! Vois-tu Jésus marcher avec la haine dans son cœur pour une seule personne, Lui qui dit : « Je suis la lumière du monde » ?

 

           Au verset 6 : « Celui qui demeure en lui, doit marcher aussi comme il a marché lui-même. » Au verset 9 : « Celui qui dit qu'il est dans la lumière et qui hait son frère, (un peu plus loin il ne va pas seulement parler des frères mais des autres aussi) est encore dans les ténèbres. » Comment peut-il être la lumière du monde, s'il a de la haine contre son frère ? L'amour est patient, il est compatissant. Le chapitre 13 de la première épitre de Paul aux Corinthiens le décrit très bien : l'amour ne s'impatiente pas, l'amour ne soupçonne pas le mal (1 Corinthiens 13). Le contraire de l'amour, c'est la haine. La patience c'est de l'amour ; l'impatience c'est de la haine. La bienveillance, c'est de l'amour ; l'animosité, c'est de la haine.

 

           Verset 10 : « Celui qui aime son frère demeure dans la lumière et aucune occasion de chute n'est en lui. » c'est merveilleux comme promesse ! « Celui qui aime son frère demeure dans la lumière ». Jésus dit : « Tu es la lumière du monde ». Puisque tu es la lumière du monde, tu aimes ton frère. Tu peux le reprendre sévèrement, tu peux le secouer dans le Seigneur avec amour, tu peux lui dire ses vérités avec amour, cela fait partie du ministère d'amour qui est celui de Jésus. Mais tout se fait dans l'amour et avec amour, compassion, miséricorde, bienveillance, fermeté parce qu'un cœur tout entier à l'Eternel va briller d'une lumière qui est celle de Jésus. « Celui qui aime son frère demeure dans la lumière... mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres ». Dès que tu manifestes une réaction de haine, tu entres dans les ténèbres. C'est dangereux d'être dans les ténèbres parce que tu ne vois pas où tu vas. Si tu marches dans la nuit ou si quelqu'un te met un bandeau sur les yeux, tu ne vas pas trouver ton chemin, tu vas marcher dans la nuit. Celui qui est en colère contre quelqu'un, qui en veut à quelqu'un, qui a de l'animosité contre quelqu'un, marche dans les ténèbres. Il ne sait pas où il va. Il suffit d'une personne pour laquelle nous ayons de la haine, pour marcher totalement dans les ténèbres. Tu peux aimer le monde entier mais si tu as de la haine pour une seule personne, tu marches dans les ténèbres. Le Seigneur dit bien : « Celui qui hait "son" frère... » Il ne dit pas "ses" frères en général, il en suffit d'un .

 

           A la fin du chapitre 2 au verset 28, il dit : « Petits enfants », il ne parle pas seulement aux petits enfants. Il nous considère tous comme des petits enfants, parce qu'au moment où Jean parlait, il avait plus de quatre-vingt-dix ans. Tout le monde était des petits enfants à ses yeux, mais il dit aux petits enfants du Seigneur : « Petits enfants, demeurez en lui, afin que, quand il paraîtra, nous ayons de l'assurance et qu'à son avènement, nous ne soyons pas confus et éloignés de lui ». Demeurez en Lui veut dire : demeurez dans la lumière, demeurez dans l'amour, demeurez dans l'obéissance, puisque celui qui garde sa Parole est véritablement parfait dans l'amour. Parce qu'il a un cœur tout entier pour Jésus, un cœur à cent pour cent rempli d'amour pour Jésus, il veut obéir au Seigneur de tout son cœur et garder sa Parole à cent pour cent.

 

           Si tu sais que tu ne marches pas droit et si tu ne veux pas changer ta vie, tu marches dans les ténèbres. La lumière de Jésus ne brille plus sur toi. Tu as beau chanter des cantiques, tu as beau aller à de bonnes réunions, entendre de bons enseignements, remplir ta tête de bons enseignements, tu marches dans les ténèbres. C'est d'autant pire que tu ne t'en rends même pas compte ; tu crois marcher dans la vérité. Tu ne sais pas où tu vas, alors que c'est si simple de marcher dans la lumière !

 

           Si nous marchons dans l'amour, le sang de Jésus nous purifie en permanence ; Jean le dit au premier chapitre, au verset 7 : « Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion et le sang de Jésus-Christ, son Fils, nous purifie de tout péché ». Le sang de Jésus-Christ, son Fils, nous purifie seulement si nous marchons dans la lumière. Si nous marchons dans la lumière, nous sommes en communion et le sang de Jésus nous purifie. Ne crois pas que le sang de Jésus va te purifier de quoi que ce soit si tu ne marches pas dans la lumière, c'est-à-dire dans l'amour et dans l'obéissance. J'ai besoin du sang de Jésus constamment. Si je chute et que je pèche, s'il y a quelque chose qui ne va pas, si je fais un faux pas, je dis : "Seigneur pardonne-moi, que ton sang me lave et puisque tu m'as montré ce que je ne devais pas faire, j'arrête de le faire Seigneur. Tu as purifié mon cœur. Tu vas me donner la force parce que mon cœur est tout entier pour toi. Tu me donnes la force comme Josué, comme Caleb, d'être un homme, une femme, vaillant en toi pour conquérir ces montagnes, chasser ces "géants" de mon héritage. Je vais le faire parce que tu es avec moi, parce que mon cœur est tout entier pour toi et que je ne me suis pas laissé aller à l'incrédulité, au doute et à la désobéissance comme les dix autres espions qui ont péri dans le désert." Ils disaient : "On ne pourra jamais y arriver, vous ne vous rendez pas compte ! Ce sont des géants qui occupent ce pays, des géants et des grandes villes fortifiées !" Leurs yeux n'étaient plus sur le Seigneur, leurs yeux étaient sur leurs ennemis, leurs yeux étaient sur leur environnement et sur tous les problèmes qu'ils avaient. Leurs yeux n'étaient pas sur l'Eternel des armées qui est tout puissant pour délivrer, tout puissant pour guérir, tout puissant pour nous relever et nous donner sa force et sa puissance.

           

           Ecoutez bien la fin du chapitre 2. Chaque fois que je relis ces versets, ils s'éclairent d'une manière nouvelle, la Parole de Dieu est Esprit et Vie. Elle est lumière, il le dit au Psaume 119:105 « Ta Parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier ». Toute la vie du Saint-Esprit est dans la Parole de Dieu : elle est chargée de la vie et de la lumière de Dieu. Quand l'onction du Saint-Esprit éclaire la Parole dans nos cœurs, elle apporte la vie. Dans 1 Jean 2, au verset 29, nous lisons : « Si vous savez qu'il est juste (Jésus est juste), reconnaissez que quiconque pratique la justice, est né de lui ». Que veut dire : pratiquer la justice ? Cela veut dire obéir à papa et à maman, ne pas faire de bêtises, demander pardon à son frère ou à sa sœur lorsqu'on s'est fâché avec eux... Je parle aussi aux grands là, pas seulement aux enfants ! Pratiquer la justice, ce n'est pas entrer dans une relation légaliste avec le Seigneur, le cœur plein de commandements, s'efforçant de les pratiquer, mais c'est être tellement rempli, par la foi, de la justice de Dieu que cela se traduit dans toutes les actions, dans toutes les paroles, dans tous les gestes. Celui qui est né de Jésus doit pratiquer la justice, c'est un signe qu'il est né de nouveau. Il y a beaucoup de signes dans cette épître, c'est-à-dire des preuves pratiques, concrètes qui nous montrent ou pas si nous sommes nés de nouveau.

 

           Beaucoup de "chrétiens" sont dans des églises depuis des années et ne sont pas nés de nouveau. Ils n'ont pas la vie, ils sont dans les ténèbres. Ils ont reçu le message, ils l'ont trouvé intéressant, ils ont dit : "D'accord !". Ils peuvent même aimer Jésus de tout leur cœur, enfin au sens humain, où l'on dit : "Je l'aime de tout mon cœur". Mais ils l'aiment parce qu'on leur a présenté un Jésus compatissant, miséricordieux, bon. Il faut vraiment être très mal disposé pour ne pas aimer un homme tel que Jésus quand on lit l'Evangile, quand on voit ce qu'Il a fait, ce qu'Il a dit. Nous pouvons aimer Jésus mais ce n'est pas suffisant pour nous faire naître de nouveau. Il faut avoir compris ce qu'Il est venu faire à la Croix. Il faut avoir reçu la repentance profonde que donne le Saint-Esprit, la révélation du péché et avoir donné son cœur tout entier dans un esprit de repentance au Seigneur Jésus, en disant : "Tu vas me changer maintenant à ton image". Là, le doigt de Dieu vient, me touche et me donne sa vie, une nouvelle naissance. Quand cette vie commence à briller en moi, quels que soient les difficultés, les problèmes que je peux avoir encore, si je garde cet amour pour le Seigneur, ce respect pour Dieu et sa Parole, Il va m'éclairer. Il va me faire grandir. Il va me faire sortir de ces problèmes où je suis. Il va faire briller de plus en plus sa lumière en moi, c'est sûr ! Je vais avoir dans mon cœur un désir ardent de pratiquer sa justice, c'est la preuve que je suis né de nouveau .

 

           Celui qui n'est pas né de nouveau n'a aucun désir de pratiquer la justice. S'il pratique la justice, c'est de manière légaliste parce qu'il faut le faire, pour impressionner les autres. Il ne le fait pas mû par une réaction profonde de son cœur, étant participant de la nature de Jésus, par la foi en Lui et voulant manifester la nature de Jésus. « Celui qui pratique la justice est né de Lui ».

 

           Jean va opposer "pratiquer la justice " à "pratiquer le péché". Je lis au chapitre 3, au verset 6 : « Quiconque demeure en lui, ne pèche point ». Cela ne veut pas dire que je ne vais jamais faire un faux pas ou jamais avoir la possibilité de pécher. J'ai toujours la possibilité de pécher, le risque est là, si je ne veille pas. Mais il nous explique, au verset 9 : « Quiconque est né de Dieu (il est né de nouveau, il est la lumière du monde) ne pratique pas le péché ». Il a une aversion, dans le fond de son cœur, pour la pratique du péché, la pratique régulière du péché. Ce sentiment-là, au fond de son cœur, est une attestation du Saint-Esprit qu'il est né de nouveau. Il peut tomber dans le péché occasionnellement parce que le message de la Croix n'est pas encore planté au fond de son coeur, il y a encore des choses à dégager, des choses à mieux comprendre par le Saint-Esprit, mais il ne peut pas pratiquer le péché. Il ne peut pas supporter l'idée de pratiquer le péché. Si la pratique du péché te laisse indifférent, si tu continues à rester dans une pratique quelconque de péché, quel qu'il soit, (Je ne mets pas forcément en avant les péchés sexuels, l'adultère, la fornication, les choses comme cela.) je parle de n'importe quel péché pratiqué de manière courante. Si cela te laisse indifférent, tu n'es pas né de nouveau. Cela doit être clair et net. Celui qui est né du Seigneur ne pratique pas le péché. Il ne peut pas supporter l'idée de pratiquer le péché, et s'il pèche, le Saint-Esprit est à l'œuvre dans son cœur pour le lui révéler. Comme son cœur est tout entier pour Jésus et pour Dieu, le Saint-Esprit va travailler librement.

 

           Le Saint-Esprit ne peut pas travailler librement dans celui qui a le cœur fermé, ou qui s'est donné à moitié à Jésus, ou qui pense aux choses de la terre, aux choses d'en bas, qui ne s'intéresse pas aux choses d'en haut. Le Saint-Esprit ne peut pas travailler librement. Si mon cœur est tout entier pour Jésus, quel que soit mon état actuel présent, même s'il est encore charnel sous bien des aspects, si dans mon cœur il y a un désir ardent de pratiquer la justice du Seigneur, d'être changé à l'image de Jésus en cherchant le Seigneur de tout mon cœur, je sais qu'Il va répondre et qu'Il va manifester ses promesses dans ma vie. "Tu es la lumière du monde, Seigneur, amen ! Je le crois et je le vois s'accomplir. Tu vas me changer à ton image."

 

           Au verset 7 du chapitre 3, nous lisons : « Petits enfants, que personne ne vous séduise ». Le malin est là pour te séduire, pour te dire : "Ne t'inquiète pas, tu es un bon chrétien, né de nouveau. Tu as bien quelques petits travers, mais tout le monde en a ; regarde autour de toi, tu le vois bien, ils sont tous pareils, ne t'inquiète pas." « Que personne ne vous séduise, celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste ». Tu es constamment poussé à pratiquer la justice parce que tu as en toi Celui qui est juste. Le moindre faux-pas te rend malheureux ; tu reviens aussitôt au Seigneur en demandant pardon et en disant : "Seigneur, il faut que Tu fasses un travail encore plus profond !" Quand tu es né de nouveau, tu es malheureux comme une pierre si tu pèches. Tu reviens au Seigneur de tout ton cœur, tu reçois le sang de Jésus parce que tu as confessé ton péché et tu repars avec Lui pour conquérir la montagne.

 

           Au verset 8, il est dit : « Celui qui pèche est du diable ». Ici, il parle de celui qui pratique le péché. Nous pouvons tous pécher occasionnellement, mais celui qui pèche d'une manière permanente, en pratiquant le péché sans en être troublé dans le fond de son cœur, celui-là est du diable. C'est tellement clair quand nous le lisons ! Tous ceux qui, dans les églises chrétiennes, pratiquent le péché sans en être troublés, ne sont pas nés de nouveau.

 

           Je ne dis pas tout cela pour te faire trembler et mettre une charge de culpabilité. Tu regardes ce que dit la Parole, tu regardes ce qui se passe au fond de ton cœur, ce qui se passe dans ta vie de tous les jours, et tu dois savoir clairement si tu es né de nouveau ou pas. Si tu as une attirance permanente pour les choses spirituelles, si tu penses constamment aux choses d'en haut, si tu penses à Jésus en permanence, à sa Parole, aux buts qu'Il te montre, si tu es vraiment tourmenté quand tu pèches, si tu désires ardemment voir l'œuvre du Seigneur se faire dans ton cœur, tu es né de nouveau ! Ah ! tu es imparfait, il y a encore des choses qui ne vont pas, d'accord, mais tu as la vie, la flamme qui brille en toi et Jésus va la faire briller de plus en plus. Il va te révéler la Croix pour que cette chair qui t'ennuie soit complètement consumée parce qu'elle l'a été à la Croix. Le Seigneur veut que tu vives tout le message de la Croix, que tu ailles ensuite t'opposer à tous ces esprits qui veulent détruire ta vie. Il sera avec toi, pas à pas, et Il te gardera comme la prunelle de son œil.

 

           Au verset 9, il est dit : « Quiconque est né de Dieu, ne pratique pas le péché parce que la semence de Dieu demeure en lui ». Quelle est cette semence de Dieu ? C'est la Parole de Dieu. La Parole de Dieu, c'est Jésus-Christ de Nazareth, la Parole incarnée. Cette Parole demeure en moi, elle reste dans mon cœur. Parce qu'elle est dans mon cœur, je ne peux pas pratiquer le péché, je ne peux pas pratiquer en permanence le péché parce que je suis né de Dieu. Je suis une nouvelle création. « C'est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable ». Les églises sont peuplées d'enfants du diable, l'Eglise visible de Jésus-Christ dans le monde est peuplée d'enfants du diable. Ils ont fait une confession de la bouche mais pas du cœur, ils ne sont pas la lumière du monde, ils pratiquent le péché. Ils n'aiment pas leurs frères, ils n'aiment pas leurs ennemis. « C'est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable ». Pour Dieu, c'est clair, le Seigneur le voit. Si nous voulons reconnaître les enfants de Dieu des enfants du diable, voyons comment ils vivent dans la vie de tous les jours, voyons quelles sont leurs réactions quand ils pèchent, voyons-les dans leur intimité familiale, au bureau, à l'usine, à la boutique. Au verset 10 : « Quiconque ne pratique pas la justice n'est pas de Dieu, non plus que celui qui n'aime pas son frère ». Il parle de Caïn qui a tué son frère parce qu'il n'était pas de Dieu ; Abel était de Dieu et avait compris la pensée du Seigneur, ses oeuvres étaient justes.

 

           Au verset 14 : « Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie parce que nous aimons les frères ». Certains chrétiens disent : "Tu le sais Seigneur, je les aime tous, sauf celui-là. Mais quand il aura changé, quand il aura reconnu tout le mal qu'il m'a fait, alors là je vais arrêter de lui porter cette rancune tenace que j'ai, à ce jour, au fond du cœur". Il y a des couples chrétiens qui ont bien commencé pendant cinq, dix ans. C'était une lune de miel extraordinaire ; ensuite comme la chair n'était pas crucifiée, chacun voulait satisfaire ses propres désirs, ses propres besoins, avant de satisfaire ceux de l'autre. Les tensions ont commencé et progressivement se sont développées ; les rancunes se sont accumulées. On en arrive au point où l'on n'a plus rien à se dire ; ce sont des étrangers complets au point où la haine, l'animosité tenace, la rancune remplacent tous sentiments d'amour. En dehors de cela, ils aiment l'Eglise de Jésus-Christ, ils aiment le monde entier, mais entre eux c'est la haine. Ils ne vont pas dire que c'est de la haine, mais elle est là.

           

           Lorsque nous sommes remplis du Saint-Esprit, nous avons d'abord reconnu nos propres torts. Nous allons aimer l'autre comme Jésus nous a aimés quand nous n'étions pas aimables, sans rien attendre en retour, sans même attendre que l'autre reconnaisse tous ses torts et nous demande pardon pour le mal qu'il, ou elle, nous a fait, la précieuse image de nous qu'il, ou elle, a piétinée. Non, l'amour de Jésus-Christ ce n'est pas cela. C'est un amour qui donne. Nous avons reçu de Jésus un amour inconditionnel, un amour complet, un pardon total qui nous a été donné sans arrière-pensée. Nous n'oublions pas nos péchés ; il est bien dit que je ne dois pas les oublier au sens où je sais d'où je viens et je sais ce que Jésus a fait de moi. Mais Dieu les a oubliés, Il les a mis au fond de la mer. Il les a oubliés quand je les ai confessés et que j'ai reçu le pardon. Je ne vais donc pas oublier mes propres péchés, ils ne vont pas influencer ma vie non, c'est fini, il y a une coupure, la Croix est passée par là. Mais puisque Dieu a oublié mes péchés, je vais aussi oublier les péchés de mon mari, de ma femme, de mon frère qui m'a offensé, je vais les oublier volontairement .

 

           Comment pouvons-nous commencer une vie nouvelle si nous n'avons pas oublié ou décidé d'oublier les péchés des autres ? Si nous ne faisons pas tout comme si nous avions tout oublié ? "Ah ! mais je ne pourrai jamais oublier !". Mais si ! Il suffit que tu le décides ce soir ! Il suffit que tu décides d'oublier parce que mon Dieu a décidé d'oublier tes péchés. Tu comprends ? A ce moment-là, tu marches dans la lumière.

 

           Au verset 14 : « Celui qui n'aime pas son frère, demeure dans la mort ». Demeurer dans la mort  signifie que tu n'es pas sauvé. La Parole de Dieu dit : "Si tu n'aimes pas, tu demeures dans la mort." Au verset 15 : « Quiconque hait son frère est un meurtrier et vous savez qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui ». Alors es-tu né de nouveau ? As-tu encore de la haine ou de la rancune contre ton frère, ton beau-frère, ton beau-fils, ton père, ta mère ou ton voisin, ton plus proche voisin ? Bien sûr, c'est toujours avec ceux qui nous sont les plus proches que nous avons des ennuis. Si tu n'as pas l'amour de Jésus pour lui, tu demeures dans la mort. Tu dois te tourner vers le Seigneur et crier à Lui en disant : "Seigneur, je veux passer de la mort à la vie, je veux être rempli de ta vie et de ta lumière puisque la lumière, c'est l'amour. Maintenant j'ai un cœur rempli d'amour envers quiconque, tous mes ennemis, ceux qui me qui sont les plus proches et qui m'ont tant offensés. J'ai compris la qualité de ton amour, Seigneur ; c'est celui-là qui habite en moi. C'est cela qui fait la lumière du monde." Quand tu es cette lumière-là dans ton foyer, tu peux avoir le pire des maris, la pire des épouses, si toi tu es cette lumière, cet amour, ton foyer va briller de la présence de Jésus.

 

           Au verset 18, il dit : « Petits enfants, n'aimons pas en paroles et avec la langue mais en actions et avec vérité. Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous rassurerons nos coeurs devant lui ». Si tu veux vraiment savoir si tu es une nouvelle création, une lumière de Dieu en Christ, tu dois regarder dans ta vie de tous les jours si tu aimes, si tu as de l'amour. Au verset 23, il est dit : « C'est ici son commandement : que nous croyions au nom de son Fils Jésus-Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, (il élargit le champ ; il parlait des frères, maintenant ce sont "les uns les autres"), selon le commandement qu'il nous a donné. Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu et Dieu en lui ; (Cela veut dire qu'il est bien sauvé, il a une vie nouvelle), et nous connaissons qu'il demeure en nous par l'Esprit qu'il nous a donné. » C'est cet Esprit qui déverse l'amour de Dieu en nous. L'Esprit de Dieu est amour, Dieu est amour, Jésus est amour. Cet Esprit, qui a été déversé dans nos cœurs, nous remplit d'amour.

 

           Au chapitre 4 et au verset 6, il dit : « Nous, nous sommes de Dieu ; (nous sommes nés de nouveau, nous sommes fils et filles de Dieu), celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n'est pas de Dieu ne nous écoute pas ». C'est formidable, cette parole ! Tu peux avoir des personnes qui ne sont pas encore converties mais qui sont de Dieu. Elles appartiennent à Dieu. Dieu, le Père, les a données à Jésus et elles vont répondre à la Parole de Jésus quand elle va leur être annoncée. Ce sont ceux-là qui écoutent, les autres ne sont pas de Dieu, ils sont du malin. Nous devons leur parler quand même ; mais celui qui va écouter est de Dieu. « C'est par là que nous reconnaissons l'Esprit de la vérité et l'esprit de l'erreur ». Au verset 7, il ajoute : « Aimons-nous les uns les autres car l'amour est de Dieu et quiconque aime est né de Dieu » ; si tu aimes, tu es une nouvelle création. Si tu aimes, cela ne peut pas rester caché, tu ne peux pas dire : "J'aime de tout mon cœur ce cher frère, cette chère sœur, mais je ne le lui montre jamais, je suis très réservé." Comment toi, mari, pourrais-tu dire à ta femme : "Je t'aime, tu es ma bien aimée, de tout mon cœur je t'aime", et jamais tu ne le lui montres, jamais tu ne le lui dis, jamais tu ne le lui prouves par des actes, des petits cadeaux, des attentions qui montrent ton amour ? Si tu dis : "Je suis né de Dieu mais je garde une haine féroce contre mon épouse ou mon mari.", comment oses-tu dire que tu es né de Dieu ? Tu mens et tu te séduis toi-même.

 

           Au verset 8, nous lisons : « Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour ». Au verset 12 : « Personne n'a jamais vu Dieu. Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous. Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu'il demeure en nous, en ce qu'il nous a donné de son Esprit ». Il dit au verset 15 : « Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu ». C'est une confession qui sort de toute une vie. Quelqu'un qui n'est pas né de Dieu pourrait confesser que Jésus est le Fils de Dieu mais cela ne sortirait pas d'un cœur vivant, ce serait une confession qui serait dépourvue de toute vie, il n'y aurait rien derrière cette confession. Si quelqu'un n'est pas né de nouveau et qu'il confesse que Jésus est le Fils de Dieu, il n'y a rien, aucune vie, aucune onction, aucune lumière dans cette confession. Elle ne va pas porter de fruits. Si ta vie est remplie de la lumière de Christ et de l'amour du Seigneur, lorsque tu confesses que Jésus est le Fils de Dieu, l'onction du Saint-Esprit et la vie vont recouvrir cette Parole et donner la vie parce que tu le vis toi-même. N'avez-vous pas remarqué que le même message peut être donné avec onction et sans onction, les mêmes paroles ou presque les mêmes paroles ? Ce qui compte, c'est l'onction de l'Esprit, la vie de l'Esprit qui passe à travers ces paroles. L'onction du Saint-Esprit sur toi va se manifester dans tout ce que tu vas dire ou faire. Lorsque l'amour de Jésus est dans ton cœur, c'est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable : l'amour de Jésus. C'est un amour saint, un amour pur, un amour ferme, sans compromis mais un amour rempli de douceur et d'humilité.

 

           Au verset 16 : « Nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru. Dieu est amour et celui qui demeure dans l'amour... », j'aime bien cette expression, on dirait que l'amour est une maison et que nous habitons constamment dans l'amour, dans la maison de l'amour. L'Eglise devrait être la maison de l'amour de Dieu. « ...celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui. Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde ». Si tu es né de nouveau, je le répète, tu peux avoir encore des choses à changer, à perfectionner, mais tu as la vie en toi et tu es déjà la lumière du monde. Elle a simplement besoin d'être purifiée, mais tu es la lumière du monde. Tel Il est, tels nous sommes dans ce monde et ce que nous sommes, est appelé à être pleinement manifesté.

 

           Au verset 20, Jean dit : « Si quelqu'un dit : J'aime Dieu et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur ; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas ? ».Vous vous rendez compte comme la séduction est grande, combien de chrétiens sont séduits ? Ils vont dans les églises, ils remplissent les églises mais haïssent leur femme, leur mari, leurs frères, leurs soeurs, leurs parents, leurs voisins, même s'ils n'avouent pas que c'est de la haine. "Non, disent-ils, ce n'est pas de la haine, c'est de l'indifférence." Mais l'indifférence, c'est de la haine !

 

           Au verset 3 du chapitre 5, nous lisons : « L'amour de Dieu, (c'est-à-dire le fait d'aimer Dieu), consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu (tout ce qui est né de nouveau), triomphe du monde ». Si tu es né de nouveau, tu triomphes du monde. Tôt ou tard (il vaut mieux tôt que tard), tu es appelé à marcher en triomphateur du monde. Pourquoi ? Parce que tu es né de Dieu. Tu vas triompher sur tout cet esprit du monde, ces mauvaises choses qui sont dans le monde, cet amour du monde, cette convoitise des yeux, cette convoitise de la chair, cet orgueil de la vie. Tu vas triompher du monde. « La victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi », une foi inébranlable dans la Parole du Seigneur, une foi totale dans le Seigneur. "Tu l'as dit, Seigneur, je le prends, Tu feras comme Tu as dit. J'ai un cœur tout entier pour Toi, Tu l'as dit, c'est bon." Tout est accompli : par ses meurtrissures tu as été guéri, par son sang tu as été racheté, pardonné. Mais si tu as le cœur partagé, tu es dans la défaite permanente, n'espère pas marcher dans la lumière.

 

           Je lis à partir du verset 10 : « Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage en lui-même ». Croire en Jésus, ce n'est pas dire : "Je crois que Jésus existe, je crois qu'Il est Fils de Dieu, qu'Il est mort pour l'humanité." Croire en Jésus, c'est lui avoir donné tout mon cœur, avoir reçu tout son message et le vivre. « Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage de Dieu en lui-même. Celui qui ne croit pas Dieu le fait menteur, puisqu'il ne croit pas au témoignage que Dieu a rendu à son Fils. Et voici ce témoignage, (il dit : Si tu crois en Jésus, tu as en toi le témoignage de Dieu et voilà en quoi consiste ce témoignage), c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, (qui est la lumière, l'amour, la sainteté, la pureté d'en haut. Cela t'a été donné par le Seigneur) et que cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie ; (Si tu t'es repenti, si tu as accepté le Fils avec tout ce que cela comporte comme attitude de cœur, tu as la vie.) celui qui n'as pas le Fils de Dieu n'a pas la vie ». Il résume le tout. Il vient de dire : Si vous n'avez pas la lumière, si vous n'avez pas l'amour, si vous n'aimez pas les frères, si vous ne vous aimez pas les uns les autres, vous marchez dans les ténèbres, vous êtes dans la mort, vous n'avez pas la vie. Tout se résume dans le fait d'avoir le Fils de Dieu ou pas. Tout se résume dans le fait d'être une nouvelle création ou pas. « Je vous ai écrit ces choses, à vous qui croyez au nom du Fils de Dieu, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle. » Tu sais que tu as la vie éternelle en toi, sans aucune séduction. Tu connais tes travers, tes faiblesses, tes défauts, mais tu sais ce qu'il y a dans ton cœur pour Jésus. Tu ne pratiques pas le péché et tu aimes tous ceux qui t'entourent. A ce moment-là, tu as auprès de Dieu cette assurance que tout ce que tu demanderas, tu l'obtiendras, tout.

 

            Au verset 14 : « Si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute ». Si tu demandes quelque chose à Jésus, il faut que tu saches que si tu as un cœur pour Jésus, Il t'écoute. Si tu aimes Jésus, Il va t'écouter, Il va te donner tout ce que tu Lui demandes. « Et si nous savons qu'il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée ». Tu as la vie, cela veut dire que tu es fils ou fille de ton Papa céleste.

 

           Il répète au verset 18 : « Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point ; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, (Je sais que Jésus me garde, mais je me garde moi-même en Lui), et le malin ne le touche pas ». Celui qui est né de nouveau, ne pratique pas le péché, ne pèche pas et il se garde lui-même. Il veille sur ses voies, sur sa langue, sur ses regards, sur ses gestes, sur sa parole. Il ne dit plus de gros mots, il ne dit plus de paroles impures, il ne fait plus de plaisanteries douteuses ou impures, il se garde lui-même et le malin ne le touche pas. Si tu ne te gardes pas toi-même, tu vas avoir affaire au malin. « Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu'il nous a donné l'intelligence pour connaître le Véritable ; et nous sommes dans le Véritable, dans son Fils Jésus-Christ. C'est lui qui est le Dieu véritable et la vie éternelle. Petits enfants, gardez-vous des idoles. » c'est-à-dire, de tout ce qui est à la place de la Parole de Dieu dans nos cœurs. Tout ce qui se met à sa place, est une idole.

 

 

           "Seigneur, la prière de mon cœur, c'est qu'il n'y ait personne, aucun de nous ici, aucun de ceux qui écoutent ce message qui soit séduit au point de croire qu'il est né de nouveau, s'il ne l'est pas. C'est tellement important Seigneur, d'être né de nouveau pour avoir la vie, progresser, grandir en Toi et atteindre le but ! Je Te supplie Père, que Tu fasses la lumière dans les coeurs et que Tu montres à quelqu'un s'il est né de nouveau ou pas. A tous ceux qui ne sont pas nés de nouveau, je Te supplie d'agir par Ton Saint-Esprit pour donner une repentance réelle. Je sais que Tu aimes les hommes de la terre entière et que Tu veux que tous naissent de nouveau. Tu es prêt à aider celui qui se remet en cause devant Toi et qui se place devant ta lumière, Seigneur. Tu veux lui donner la vie éternelle. Au nom de Jésus-Christ, je Te remercie mon Père. Amen !"