C164  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 09/05/2005


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Comment distinguer entre un vrai ministère prophétique et un faux ?

Dix signes de l'esprit de prophétie selon la Parole



Qu'est-ce que la prophétie ?

 

            Je voudrais vous parler de la prophétie et de l'esprit de prophétie dans la Bible, aussi bien dans l'Ancien que dans le Nouveau Testament. Simplement définie, la prophétie c'est la venue de l'Esprit de Dieu sur un homme (ou une femme, puisqu'il y a des prophètes et des prophétesses), la venue de l'Esprit de Dieu sur une personne choisie par Dieu, pour proclamer quelque chose de la part de Dieu. Le prophète reçoit directement un message du Seigneur, un message inspiré par l'Esprit de Dieu et il l'annonce aux hommes.

 

            Sous cet aspect-là, je ne vois pas de différence fondamentale entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Souvent on fait une différence en disant qu'à l'époque de l'Ancien Testament c'était le temps des grands prophètes et que maintenant, dans le Nouveau Testament, cela a changé, que maintenant se manifeste un don de prophétie avec des ministères de prophètes, mais que ceux-ci n'ont pas la même fonction que dans l'Ancien Testament. Je n'ai pas le sentiment que ce soit entièrement vrai, bien qu'il y ait des différences entre l'Ancien et le Nouveau Testament, mais ce sont plus des différences dans l'étendue de l'effusion de l'Esprit Saint que dans la nature du ministère du prophète et de l'exercice de l'esprit de prophétie ou du don de prophétie. Aujourd'hui (sous la nouvelle alliance), le Seigneur a répandu son Esprit en abondance dans l'Eglise, sur les hommes et les femmes ; il a distribué ce qu'on appelle l'un des aspects du don de l'Esprit, c'est-à-dire le don de prophétie (on le verra dans 1 Corinthiens 14), et il a appelé certains hommes à exercer un ministère de prophète.

 

 

Les 3 aspects de la prophétie

 

            Dans l'exercice de ce ministère de prophète, je vois à peu près les mêmes caractéristiques que pour les prophètes de l'Ancien Testament en ce qui concerne la nature du ministère. Il y a trois aspects dans le ministère de prophète. Là je parle du ministère de prophète et de l'esprit de prophétie qui parle au travers des prophètes.

 

            Il y a trois aspects importants : le prophète proclame la Parole du Seigneur. Il la reçoit par révélation directe, par inspiration, par vision, par apparition directe de Dieu, par toutes sortes de moyens choisis par Dieu. Dieu se manifeste et se révèle à un homme ou à une femme et Dieu annonce une parole que le prophète doit donner aux hommes.

 

            Ensuite, le deuxième aspect, c'est que le prophète annonce un certain nombre d'événements futurs. Il fait des prédictions de la part du Seigneur, qui n'ont rien à voir avec l'esprit de divination des faux prophètes ou des gens qui font de l'occultisme. Mais Dieu qui connaît tout peut annoncer d'avance certaines choses à ses serviteurs les prophètes, en leur demandant d'annoncer au niveau du peuple ces prédictions et ces événements futurs. Et en général ces événements futurs qu'ils prédisaient tournent pour la plupart autour de l'annonce du Messie, dans l'Ancien Testament, ou l'annonce de la venue du royaume de Dieu dont le Messie est Roi, dans le Nouveau Testament. Le Messie est déjà venu sous son aspect souffrant, mais il n'est pas encore venu sous l'aspect du Roi de la terre. Il vient bientôt enlever l'Eglise et ensuite, plus tard, il établira sur la terre un royaume, de mille ans, avant le renouvellement de toutes choses. Donc le prophète va annoncer des événements futurs dans une perspective messianique ou dans une perspective de salut qui vient, ou dans une perspective d'établissement du royaume de Dieu.

 

            Le troisième aspect est un aspect très important de la prophétie, c'est le fait de dénoncer le péché et l'apostasie, et d'être un veilleur sur la tour pour voir l'ennemi venir et avertir le peuple du Seigneur. Le fait de proclamer la Parole du Seigneur ne nécessite pas forcément une dénonciation des péchés. Le Seigneur peut se servir d'un prophète pour expliquer un certain nombre de choses à un peuple qui marche droit et pour lui donner des révélations du Seigneur. Mais très souvent les prophètes sont utilisés pour veiller sur la venue de l'apostasie ou la venue du péché au milieu du peuple et ouvrir la bouche pour le dénoncer. Et dans ce dernier aspect, ils ont été évidemment très persécutés parce que les prophètes qui dénoncent le péché et l'apostasie ne sont pas très bien reçus.

 

            Regardez dans le Nouveau Testament ce que le Seigneur appelle le don de prophétie. On va tout de suite faire une première différence entre le don de prophétie et le ministère de prophète. On peut exercer le don de prophétie sans avoir un ministère de prophète. Dans 1 Corinthiens 14, il est dit au verset 3 : « Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console ». Vous avez là les trois éléments que je viens de définir pour le ministère du prophète, c'est-à-dire : parler aux hommes, édifier, exhorter, consoler. Prophétiser peut avoir plusieurs aspects : annoncer la Parole du Seigneur, dénoncer le péché, donner des événements futurs qui vont arriver. Dans l'exhortation, il y a aussi un aspect qui consiste à mettre le point sur des choses qui ne vont pas, non pas dans le but de juger et de condamner, mais de relever pour détourner d'un mauvais sentier dans lequel on s'engageait. Une prophétie peut être donnée pour détourner le peuple de Dieu (ou une personne) d'un mauvais sentier, et l'exhorter à reprendre le droit chemin. L'aspect édification et consolation est directement lié au fait de donner la Parole de Dieu et de l'expliquer dans un esprit prophétique.

 

 

Distinction entre le ministère de prophète et le ministère d'enseignant

 

            Quelle est la différence entre le prophète et l'enseignant (le docteur) ? Le docteur est quelqu'un qui va exposer systématiquement la Parole de Dieu d'une manière ordonnée, d'une manière systématique. Comme on divise un gâteau en tranches en prenant soin de bien les répartir, on fait attention à la qualité des personnes qui écoutent pour pouvoir vérifier si on a été bien compris. Le docteur explique systématiquement la Parole de Dieu, oint du Saint-Esprit pour le faire. Il la clarifie, il veille à ce que le peuple soit nourri avec la Parole du Seigneur. Alors que le prophète lui, peut être envoyé pour expliquer la Parole du Seigneur, mais il y a toujours un élément différent de celui de l'enseignant.

 

            L'enseignant va expliquer de manière systématique, le prophète lui, peut recevoir une parole du Seigneur d'une manière immédiate et brutale, et la donner à ceux qui écoutent. Il peut recevoir un don surnaturel à un moment donné et il peut avoir cet aspect de prévision d'événements futurs ou d'événements surnaturels et de dénonciation immédiate du péché, qui n'est pas forcément la caractéristique d'un enseignant de la Parole. L'enseignant peut cependant le faire au cours de ses enseignements, mais il n'est pas appelé à recevoir des révélations sur des événements futurs ou de dénoncer forcément le péché quand il se présente. Mais le fait d'enseigner la Parole doit aboutir au résultat qui consiste à édifier le peuple du Seigneur dans la Parole, donc de l'écarter aussi du péché et de le préparer à tous les événements que le Seigneur annonce dans sa Parole.

 

            Tous les événements futurs annoncés par les prophètes se trouvent confirmés dans la Parole écrite du Seigneur, et que ce soit le prophète ou que ce soit l'enseignant, ils peuvent recevoir du Seigneur quelque chose à annoncer au peuple. Il y a une similitude dans le message qu'ils annoncent (c'est l'Esprit du Seigneur), mais ils ne vont pas présenter le message de la même manière. L'enseignant est un professeur, un maître d'école, quelqu'un qui va décortiquer la Parole. Il le fait oint par l'Esprit du Seigneur, ce n'est pas quelque chose de théologique et d'intellectuel. Inspiré par le Saint-Esprit, il va faire passer la Parole dans le coeur des enfants du Seigneur qui sont là pour l'écouter.

 

            Le prophète lui, a un message de la même nature dans le fond, mais qui est présenté d'une manière tout à fait différente. Dans certaines églises, on prétend qu'aujourd'hui les grands ministères ont disparu, que c'était pour le temps du début de l'Eglise, mais que maintenant on n'a finalement que des pasteurs et des évangélistes et que les autres ministères ont plus ou moins disparu. Mais c'est faux ! Jusqu'à la fin des temps, jusqu'au retour du Seigneur, le Seigneur manifestera les cinq grands ministères qu'il énonce dans Ephésiens 4.

 

 

L'esprit à l'oeuvre chez les faux prophètes

 

            Ce qui nous intéresse, c'est la prophétie et l'Esprit de prophétie. Si j'ai eu à coeur d'étudier cela ce soir avec vous, c'est que Satan se sert tout particulièrement des faux prophètes. Il nous est annoncé que dans la fin des temps, il y aurait des faux prophètes qui viendraient, mais il y a aussi des faux docteurs qui viennent. Leur but est d'injecter l'erreur au milieu du peuple du Seigneur, par des moyens surnaturels qui ne sont pas de Dieu mais qui sont de Satan, au lieu de faire parvenir la vérité du Seigneur. Satan fait lever en face de nous dans la fin des temps des faux prophètes, des faux docteurs, des faux apôtres.

 

            Jésus nous a avertis lorsqu'il était sur cette terre : « Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs » Matthieu 7:15.

Et sept versets plus loin : « Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? ... Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité ».

 

            Il nous faut bien discerner dans la Parole du Seigneur ce qui vient de Dieu et ce qui vient de l'ennemi parce que parfois il y a beaucoup de similitude. Il est difficile, si l'on n'y prend pas garde, de discerner entre le vrai et le faux. Pour ma part, il me semble qu'il est peut-être plus facile pour Satan de se servir des faux prophètes que des faux docteurs ; enfin, il se sert aussi des faux docteurs, mais un faux prophète qui reçoit, soit-disant, une révélation immédiate, puissante du Seigneur et qui dit : "L'Eternel m'a parlé, l'Eternel m'a donné une vision, l'Eternel m'a dit que...", confirmé par certains signes et miracles, ce faux prophète aura un aspect surnaturel qui va peut-être frapper davantage le coeur de ceux qui l'écoutent, plus que l'enseignant qui décortique la Parole de Dieu et où il n'y a pas forcément un élément si surnaturel.

 

            Vous savez sans doute que quand un enseignant de la Parole de Dieu passe et fait une tournée, il y a en général moins de monde que quand un prophète du Seigneur passe, parce que l'élément surnaturel est plus visible quand la prophétie et les dons de prophétie se manifestent. Mais normalement, il devrait y avoir autant de monde pour écouter l'enseignant (si c'est un bon enseignant), que pour écouter le prophète (si c'est un vrai prophète de Dieu), parce que le fait d'écouter la Parole du Seigneur et de la recevoir dans un coeur honnête et bon est absolument vital pour les enfants du Seigneur. Donc les deux se complètent et ne doivent pas s'opposer.

 

            Mais la personne choisie par Dieu pour recevoir une parole de prophétie et la transmettre n'est pas nécessairement quelqu'un qui marche à cent pour cent avec Dieu. Et cela complique la situation dans le discernement parce que pour apporter une parole, Dieu peut se servir de gens qui ne sont pas des Chrétiens très spirituels, et il peut même se servir de gens qui ne sont pas Chrétiens du tout. Dans la Parole, il y a des exemples de prophètes qui ne sont pas des serviteurs de Dieu fidèles.

 

 

Quelques exemples bibliques de serviteurs infidèles

 

            L'exemple le plus évident, c'est celui de Balaam, qui avait reçu du Seigneur des manifestations, des visions et des paroles qui étaient extraordinaires, qui sont parmi les plus belles prophéties de la Bible. Balaam n'était pas un vrai serviteur de Dieu, quelqu'un de consacré au Seigneur, il avait le coeur tourné vers l'appât du gain et du pouvoir, ce qui a été sa perte. Mais il a été quand même choisi par Dieu, à un moment donné, pour apporter des prophéties qui sont réelles.

(pour plus de détails sur Balaam, voir le message C100 sur le site Internet www.sourcedevie.com)

 

            Vous avez aussi le cas de Saül. Le roi Saül a été compté au moins deux fois dans la Bible parmi les prophètes. Il a été saisi par l'Esprit de Dieu et il s'est mis à prophétiser, à deux occasions bien précises. Et quand on voit la vie de Saül, son manque de consécration et la manière dont il a fini dans l'occultisme, dans le suicide (1 Samuel 31:4), on ne peut pas dire que c'est un modèle de vrai serviteur de Dieu. Mais il a été saisi par l'Esprit de prophétie et il s'est mis à prophétiser.

 

            Je lirai dans le premier livre de Samuel, tout à fait au début de l'appel de Saül à être roi, quand Samuel est envoyé pour l'oindre d'huile. Saül était encore un homme petit à ses propres yeux. Il ne s'était pas encore enflé d'orgueil comme par la suite. Et quand Samuel le prophète l'oint d'huile, il lui dit : Voilà un certain nombre de signes qui vont t'arriver et qui vont te prouver que l'appel qui t'a été lancé vient bien de Dieu et que tu as été choisi pour régner sur Israël. Et parmi ces signes, il devait rencontrer une troupe de prophètes.

 

            Dans 1 Samuel 10 et au verset 5, Samuel lui dit : « Après cela, tu arriveras à Guibéa-Elohim, où se trouve une garnison de Philistins. En entrant dans la ville, tu rencontreras une troupe de prophètes descendant du haut lieu, précédés du luth, du tambourin, de la flûte et de la harpe et prophétisant eux-mêmes. L'Esprit de l'Eternel te saisira, tu prophétiseras avec eux, et tu seras changé en un autre homme ». Et c'est exactement ce qui lui est arrivé. Il a été saisi par l'Esprit de Dieu, il s'est mis à prophétiser avec les prophètes.

 

            Un peu plus tard, des années après, l'Esprit du Seigneur n'agissait plus en Saül qui s'était rebellé contre Dieu et persécutait David qui avait été choisi par Dieu à sa place. Dans 1 Samuel 19, il est dit au verset 18 : « David prit la fuite et s'échappa. Il se rendit auprès de Samuel à Rama, et lui raconta tout ce que Saül lui avait fait. Puis il alla avec Samuel demeurer à Najoth. On le rapporta à Saül, en disant : Voici, David est à Najoth, près de Rama. Saül envoya des gens pour prendre David (ce n'étaient pas des serviteurs de Dieu, c'étaient ses soldats, ses serviteurs). Ils virent une assemblée de prophètes qui prophétisaient, ayant Samuel à leur tête. L'Esprit de Dieu saisit les envoyés de Saül, et ils se mirent aussi à prophétiser eux-mêmes. On en fit un rapport à Saül, qui envoya d'autres gens, et eux aussi prophétisèrent ». Donc ce n'étaient pas des serviteurs de Dieu (aujourd'hui on dirait : ce ne sont même pas des Chrétiens). C'étaient des gens qui étaient envoyés par un méchant roi (ce n'étaient même pas des Juifs pieux), qui se sont trouvés en contact avec une troupe de prophètes et qui ont été saisis par l'Esprit de prophétie et qui se sont mis à prophétiser.

 

            « Il en envoya encore pour la troisième fois, et ils prophétisèrent également. Alors Saül alla lui-même à Rama. Arrivé à la grande citerne qui est à Sécou, il demanda : Où sont Samuel et David ? On lui répondit : Ils sont à Najoth, près de Rama. Et il se dirigea vers Najoth, près de Rama ». Il n'y allait pas dans un esprit bien disposé pour louer le Seigneur ou pour faire du bien à David. Il y allait pour capturer David. « L'Esprit de Dieu fut aussi sur lui et Saül continua son chemin en prophétisant, jusqu'à son arrivée à Najoth, près de Rama. Il ôta ses vêtements, et il prophétisa aussi devant Samuel ; il se jeta nu par terre tout ce jour-là et toute la nuit. C'est pourquoi l'on dit : Saül est-il aussi parmi les prophètes ? »

 

            Quelquefois, certains se servent de ce passage pour dire : "Vous voyez, quand l'Esprit de Dieu nous saisit, il est possible de faire n'importe quoi. On peut se dénuder, se rouler par terre pendant un jour et une nuit et faire des choses extravagantes, puisque Dieu est souverain, il fait ce qu'il veut." Mais c'est encore une manière de tordre la Parole de Dieu, parce qu'il n'est pas dit que les autres prophètes faisaient cela. Il est dit simplement qu'ils prophétisaient et que Saül en arrivant a été d'abord saisi par l'Esprit de prophétie de l'Esprit du Seigneur et il s'est mis à prophétiser et qu'ensuite, il s'est dévêtu et il s'est jeté nu par terre tout le jour et la nuit. Mais ce n'était pas le comportement normal des prophètes. C'était le comportement de Saül à ce moment-là et on peut simplement supposer que comme il s'était écarté de Dieu, qu'il avait le coeur orgueilleux, peut-être que Dieu avait voulu l'humilier par cette expérience humiliante, lui montrer que quand Dieu voulait le saisir par son Esprit, il pouvait le faire. Mais lui, n'étant pas un serviteur obéissant, Dieu l'a humilié par cette expérience, parce que pour un roi orgueilleux, se jeter nu à terre un jour et une nuit, ce n'est pas quelque chose de très glorieux.

 

            Lisons dans Mathieu 7:22, de la bouche même de Jésus : « Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité ». Ce n'étaient pas des Chrétiens ; ils n'ont jamais été connus du Seigneur. C'étaient des faux Chrétiens qui ont prophétisé au nom du Seigneur. Le Seigneur ne dit pas que ces prophéties étaient de fausses prophéties, les miracles qui ont été faits n'étaient pas des faux miracles. Certaines personnes ont été saisies par l'Esprit de prophétie du Seigneur, tout en ayant une vie comme Saül ou d'autres, qui n'étaient pas du tout à la gloire de Dieu.

 

 

L'importance d'apprendre à discerner quel esprit est à l'oeuvre

 

            Donc vous voyez que la situation n'est pas simple. Vous pouvez avoir de vrais serviteurs de Dieu saisis par l'esprit de prophétie qui apportent une parole qui vient vraiment du Seigneur, vous pouvez avoir des gens qui ne sont pas de vrais serviteurs de Dieu, qui apportent une vraie parole de l'Eternel, ou vous pouvez avoir des gens qui ne sont pas du tout des serviteurs de Dieu et qui apportent une fausse parole de l'Eternel, dite au nom de l'Eternel, mais qui en fait n'est pas vraiment donnée au nom de Dieu et qui est une fausse parole de Dieu. Vous pouvez aussi avoir le cas de vrais serviteurs de Dieu qui apportent une vraie parole de Dieu et qui, à un moment donné, mélangent à cette vraie parole quelque chose qui est de la chair ou quelque chose qui n'est pas tout à fait dans la parole du Seigneur. C'est pour cela qu'il est écrit que ceux qui écoutent fassent le tri, prennent ce qui est bon et laissent ce qui est mauvais. Il peut y avoir quelquefois, d'une manière involontaire ou d'une manière qui n'était pas voulue par l'Esprit de Dieu, un mélange et il faut vraiment que nous soyons sur nos gardes parce que tous les cas sont possibles.

 

            Je ne dis pas cela pour vous décourager, et vous laisser l'impression qu'il ne vous reste plus qu'à penser : "Il est impossible d'y voir clair, c'est tellement compliqué ! Et en plus, tout cela me décourage de demander le don de prophétie ou de l'exercer, parce qu'on peut se tromper."

Non ! Le Seigneur veut que nous soyons des prophètes. Il voudrait que chacun de ses enfants soit un prophète. Il le dit plusieurs fois dans la Parole. Il voudrait que ses enfants soient tous des prophètes.

 

            Paul dit aux Corinthiens au chapitre 14 : « Recherchez la charité. Aspirez aussi aux dons spirituels mais surtout à celui de prophétie ». Il dit cela parce que le prophète édifie, console, exhorte avec un don surnaturel qu'il reçoit de Dieu. Ce n'est pas une exhortation simplement pour exhorter, c'est un don surnaturel qui est donné à celui qui exerce le don de prophétie pour édifier, consoler, parler aux hommes de la part de Dieu et les remettre dans la bonne direction ou les conforter dans la bonne direction qu'ils avaient. Donc le Seigneur désire avant tout que nous soyons animés par l'Esprit de prophétie pour exhorter, consoler, édifier, parler au peuple constamment. Et ce ne sont pas les dangers ou les difficultés qui doivent nous empêcher de chercher à exercer ce don précieux, et peut être même à exercer, si Dieu le veut, un ministère de prophète.

 

            Ce qui est important, c'est qu'il faut absolument pouvoir discerner quel est l'esprit qui est à l'oeuvre et discerner si le message qui est apporté vient vraiment de Dieu. Ce discernement est absolument capital, vital, parce qu'en apparence, les manifestations de faux esprits de prophétie ou de faux ministères de prophètes peuvent être semblables à celles qui viennent de Dieu. Il peut y avoir le même type de manifestation : il peut y avoir des miracles et des signes qui semblent confirmer, il peut y avoir des manifestations dans le comportement des vrais prophètes qui ressemblent à ce qui se passe dans le cas de faux prophètes. Il faut donc faire attention et discerner.

 

            Cependant, il faut quand même ajouter immédiatement que malgré une apparence de similitude, quand on regarde de près, il y a de très grandes différences. Donc il faut appliquer ce que Jésus dit : veiller, prier et demander l'esprit de discernement pour comprendre ce qui est à l'oeuvre, puisqu'on ne doit pas juger selon l'apparence, mais selon la réalité qui est derrière. En tout cas, quand on regarde dans la Bible l'exercice du don de prophétie ou le ministère de prophète, on peut se rendre compte que c'est quelque chose de tout à fait unique à la Bible et qu'on ne trouve dans aucune religion (je ne mets pas la Bible sur le même plan que les religions, puisque nous, nous ne sommes pas dans une religion, nous sommes dans le Seigneur). Mais je veux dire que nulle part ailleurs, on trouvera l'exercice du don ou de l'esprit de prophétie comme on le voit dans la Bible, parce que c'est vraiment le Saint-Esprit du Seigneur qui agit au travers des hommes pour parler. Donc c'est quelque chose de tout à fait unique. Les prophètes de l'Ancien ou du Nouveau Testament manifestent par leur ministère quelque chose d'unique qu'on ne trouve nulle part ailleurs et c'est cette unicité qui nous permet, si on l'étudie bien, de reconnaître le vrai du faux.

 

            Quel est l'ensemble des signes qui permettent de dire que tel prophète est un vrai prophète et que son message vient vraiment de Dieu ? On verra en étudiant la Bible dans l'Ancien Testament ou dans le Nouveau Testament, comment l'Esprit de prophétie s'est manifesté, auprès de qui il s'est manifesté, de quelles manières il s'est manifesté, avec quels signes. Il y a un certain nombre de caractéristiques et de signes, j'en ai recensé une dizaine, ce n'est pas énorme, et si on y prend garde, qu'on veille, qu'on observe et qu'on prend soin de reconnaître si tous ces signes y sont, on verra si le message vient vraiment du Seigneur et si on a vraiment affaire à une parole de Dieu qui est pour nous.

 

            Vous pouvez avoir neuf signes qui sont là et un qui manque, mais il faut que les dix signes soient présents pour que nous puissions dire si cela vient du Seigneur. Un seul suffirait peut-être, mais en tout cas, si un seul nous suffit à comprendre que c'est vraiment Dieu qui parle, ce seul signe doit nous permettre de reconnaître que les neuf autres signes y sont aussi. Alors que si on a affaire à un faux don de prophétie ou à un faux prophète, qui apporte une vraie parole de Dieu ou une fausse parole, il faut pouvoir discerner d'où cela vient. Le but des faux prophètes, s'ils apportent une vraie parole de Dieu, ce n'est pas de rester dans la vérité, c'est d'introduire l'erreur quelque part. Donc, ils pourront apporter un jour une vraie parole de Dieu pour donner le change, mais ce qui compte pour l'ennemi, c'est que leur ministère est appelé à introduire l'erreur. Donc il faut qu'on puisse reconnaître les vrais des faux.

 

 

Principes généraux de l'exercice de la prophétie

 

            Avant d'examiner ces dix signes, voyons certains principes généraux de la Parole montrant comment Dieu parle par les prophètes. Ce qui fait le caractère unique des prophètes de la Bible, de ceux qui sont saisis par l'esprit de prophétie, c'est que c'est Dieu qui parle. C'est parce que c'est Dieu qui parlait vraiment au travers d'eux qu'il y a ce caractère unique qu'on ne trouve nulle part ailleurs.

 

            Dans 1 Rois 18, le Seigneur envoie Elie sur le Mont Carmel pour qu'il puisse prouver au peuple où est la vérité. Il était le seul des prophètes de l'Eternel qui était là et il y avait huit cent-cinquante faux prophètes de Baal et d'Astarté. Le peuple était en pleine apostasie et il fallait à tout prix leur montrer où était la vérité. Elie demande un test, il convoque tout le monde au Mont Carmel et il dit à tout le peuple : "Voilà, nous allons faire un test. Les faux prophètes vont invoquer leurs dieux, moi j'invoquerai le mien et celui qui répondra par le feu du ciel sur le sacrifice, ce sera celui-là le vrai Dieu". Les autres acceptent car au départ ils ne doutaient pas. S'ils avaient su dès le départ que ça ne marcherait pas, ils n'auraient pas accepté. Cela veut donc dire qu'ils étaient sûrs que le feu allait descendre, parce qu'ils l'avaient sûrement déjà fait descendre plusieurs fois auparavant. Au cours de leurs incantations, de leurs cérémonies occultes, ils avaient sûrement déjà fait descendre le feu du ciel en invoquant leurs dieux et ils étaient sûrs de leur fait. Mais là c'était un test pour voir le vrai du faux et Dieu n'a pas permis que leur feu se manifeste, afin que son feu se manifeste.

 

            Dans le comportement de ces faux prophètes, il y a des choses qui sont tout à fait particulières et qui ne se manifestent pas dans le comportement d'Elie. Donc, reprenons à 1 Rois 18, quand ils préparent leurs sacrifices, au verset 26 : « Ils prirent le taureau qu'on leur donna et le préparèrent ; et ils invoquèrent le nom de Baal, depuis le matin jusqu'à midi, en disant : Baal, réponds-nous ! Mais il n'y eut ni voix ni réponse ». Alors que dans d'autres circonstances, quand ils l'invoquaient, Baal répondait, il se manifestait. « Et ils sautaient devant l'autel qu'ils avaient fait ». Vous voyez, le premier comportement anormal : ils commencent à sauter et à avoir un comportement hystérique, excité, parce que leur dieu ne répond pas. « A midi, Elie se moqua d'eux et dit : Criez à haute voix puisqu'il est dieu. Il pense à quelque chose ou il est occupé ou il est en voyage. Peut-être qu'il dort, il se réveillera ». Ils ne saisissent même pas le ton moqueur d'Elie, ils continuent. « Et ils crièrent à haute voix et ils se firent selon leurs coutumes des incisions avec des épées et des lances jusqu'à ce que le sang coule sur eux. Lorsque midi fut passé, ils prophétisèrent (Ils se mettent à prophétiser surnaturellement par l'esprit de Baal) jusqu'au moment de la présentation de l'offrande. Mais il n'y eut ni voix, ni réponse, ni signe d'attention ».

 

            Et après, on voit ce qui a été fait. Elie, tranquillement fait préparer l'autel avec douze pierres, met le bois sur l'autel, découpe le taureau, le place sur le bois. Puis il fait verser douze cruches d'eau pour que ce soit bien mouillé et il fait une simple prière en disant : "Eternel, montre-leur que tu es l'Eternel, le vrai". et le feu du ciel descend. Mais vous voyez, la simplicité de la présentation d'Elie et de ce qu'il fait, comparée à l'excitation hystérique, aux cris, aux prophéties et aux incisions des faux prophètes ! Vous voyez toute la différence entre le vrai et le faux.

 

            Cela ne veut pas dire que les prophètes, les vrais, quand ils sont saisis par l'Esprit de l'Eternel, ne puissent pas être saisis d'émotion violente, et être saisis au plus profond de leur coeur par la manifestation de Dieu qui se produit. Ils peuvent tomber devant Dieu qui se manifeste ou même être muets de crainte et d'effroi devant ce qui se passe, comme Daniel, comme Jean et d'autres prophètes l'ont été quand Dieu s'est manifesté, mais on ne voit pas ce genre de comportement hystérique et excité qui caractérise, dans 1 Rois 18, le comportement de ces faux prophètes.

 

            L'émotion est normale. Imaginez un peu quand Dieu se manifeste directement devant vous et que vous vous trouvez devant le Tout Puissant, on doit ressentir des émotions qui peuvent être violentes. Mais on ne voit pas dans la Bible les gens à qui Dieu se manifeste se lancer dans un comportement hystérico-maniaque qui n'a rien à voir avec la manifestation du Seigneur. Qu'il puisse y avoir des émotions fortes, des émotions violentes, que certains puissent tomber face contre terre, ou que certains se trouvent muets, saisis d'effroi et d'admiration devant Dieu qui se manifeste, d'accord. Mais ce que vous trouvez dans le comportement de tous les vrais prophètes, c'est une conscience qui reste éveillée, une illumination pleine et entière et la maîtrise de soi, quoique là il puisse y avoir des choses qu'on ne peut pas maîtriser, par exemple des gens qui tombent face contre terre, ou Daniel qui est privé de toutes ses forces en disant : "Je ne peux pas me relever parce que j'ai les genoux qui tremblent, je n'ai plus de force". C'étaient des choses qu'il ne maîtrisait pas physiquement, mais intellectuellement et spirituellement, il maîtrisait parfaitement la conscience qu'il avait de la situation. Il n'était pas complètement déconnecté de ce qui se passait, comme un médium en état de transe peut l'être. Il restait pleinement conscient de ce qui se passait et si physiquement il y avait des manifestations qui allaient au-delà de ses forces ou qui le privaient de ses forces, son intelligence spirituelle restait éveillée et complètement consciente de ce qui se passait. Il était capable de comprendre ce qui se passait, de parler, de répondre à Dieu, qui l'a fortifié en posant sa main sur lui.

 

            Il peut y avoir aussi des révélations de Dieu qui sont des manifestations avec messages divins, donc prophétiques. Il peut y avoir même ce que la Bible appelle des extases divines. Une extase divine, c'est un état où on se demande encore si on est dans son corps ou si on n'y est pas. On est en présence de Dieu, comme quand Paul parle de celui qu'il connaît (qui est en fait lui-même), qui a été ravi au troisième ciel, qui a vu des choses ineffables et qui ne savait pas si c'était dans son corps ou hors de son corps. C'était une extase divine très forte, mais qui ne l'a pas privé de ses moyens de conscience et de connaissance. Quand Pierre est sur le toit de Simon le corroyeur et qu'il est en train de méditer et de prier en plein midi, il est dit qu'il eut une extase et qu'il vit les cieux s'ouvrir. Il a une vision céleste : une nappe qui descend avec des animaux. Il est là tout troublé en se demandant ce qui se passe. Le mot extase est employé. Donc vous voyez ici un comportement où il peut y avoir une extase, ce qui ne veut pas dire entrer dans un comportement mystico-religieux, complètement irrationnel et totalement délirant.

 

            Je vais vous lire le passage de Actes 10, au verset 10 : « Il eut faim, il voulut manger ». Vous voyez qu'il n'était pas spécialement en train de chercher une révélation divine. C'est encore une des caractéristiques qu'on peut examiner dans les vrais et les faux. Dans le cas des vraies révélations du Seigneur, on ne les cherche pas, c'est Dieu qui prend l'initiative. Dans les fausses révélations on a un certain nombre de moyens qui, si on les utilise vont provoquer une intervention surnaturelle. Et là ce n'est pas Dieu qui prend l'initiative, c'est l'homme qui provoque une intervention surnaturelle.

 

Pour Pierre, il est écrit : « il eut faim, il voulut manger. Pendant qu'on lui préparait à manger, il tomba en extase (donc il s'est passé quelque chose de surnaturel). Il vit le ciel ouvert, et un objet semblable à une grande nappe attachée par les quatre coins, qui descendait et s'abaissait vers la terre, et où se trouvaient tous les quadrupèdes et les reptiles de la terre et les oiseaux du ciel. Et une voix lui dit : Pierre lève-toi, tue et mange. Mais Pierre dit : Non Seigneur, je n'ai jamais rien mangé de souillé ni d'impur ». Et au verset 7 il est dit : « Pierre ne savait en lui-même que penser du sens de la vision ».

 

            Donc vous voyez que Pierre reste parfaitement conscient. Ses facultés ne sont absolument pas dérangées, il est capable de voir ce qui se passe, de raisonner, de parler à Dieu et de lui dire : "Mais Seigneur, je n'ai jamais fait ça, je ne peux pas le faire". Il est capable de se poser des questions sur ce qu'il a vécu. Ses capacités intellectuelles et spirituelles sont intactes. Il a simplement eu une extase, cela veut dire qu'il a vu le ciel ouvert et il a pu se demander à un moment ce qui se passait : Est-ce que je rêve, est-ce que je suis dans mon corps ou pas ? Qu'est-ce qui se passe ? Mais il n'a pas été privé de ses moyens intellectuels et de ses moyens de contrôle de ce qui se passait.

 

            Dans Actes 22 : 17 : « De retour à Jérusalem (c'est Paul qui parle), comme je priais dans le temple, je fus ravi en extase et je vis le Seigneur qui me disait : Hâte-toi et sors promptement de Jérusalem parce qu'ils ne recevront pas ton témoignage sur moi. Et je dis : Seigneur... Alors il me dit : Va, je t'enverrai vers les nations ». Paul a une expérience très forte. Il voit le ciel ouvert et Jésus lui apparaître, il est ravi en extase. Comment Paul était-il, physiquement, à ce moment là ? On ne le dit pas, mais il a quand même dû recevoir un choc dans son être, de voir le ciel s'ouvrir et Jésus lui apparaître. Comme sur le chemin de Damas où Jésus se manifeste, et où Paul tombe, par cette illumination qui se présente à lui. Mais en aucun cas, là non plus, il n'est privé de sa capacité de réflexion, d'observation de ce qui se passe, de contrôle de soi intellectuel et spirituel et de pouvoir répondre et parler au Seigneur.

            

            Le fait qu'il y ait des tremblements, le fait qu'il y ait un sentiment de sortie ou pas de son corps, le fait qu'il y ait même une chute, accompagnent souvent une manifestation surnaturelle de Dieu.

 

            Je souligne cependant que les chutes qu'on voit ici sont toujours en avant et jamais en arrière. C'est toujours sur leur face qu'ils chutent devant Dieu et jamais en arrière. Il n'y a pas un seul cas de présentation de chute en arrière au cours d'une manifestation divine. Au contraire dans la Bible, quand les gens chutent en arrière, c'est un signe de jugement de Dieu et de malédiction. Dans le jardin de Gethsémané : « ils reculèrent et tombèrent par terre » (Jean 18:6). Quand on tombe en reculant, on tombe en arrière ; on ne tombe pas face contre terre.

Esaïe dit au chapitre 28 : « Mais eux aussi, ils chancellent dans le vin... Ils chancellent en prophétisant, Ils vacillent en rendant la justice » (Esaïe 28:7) « ...en marchant ils tombent à la renverse et se brisent » (Esaïe 28:13)

 

            Certains signes physiques peuvent donc accompagner une manifestation surnaturelle de Dieu et l'accompagnent bien souvent, parce que c'est quelque chose qui nous frappe et qui nous met en présence de la majesté de Dieu. Il y a forcément des réactions dans notre esprit, notre âme et notre corps sous forme de sentiments qui peuvent être très forts, de manifestations physiques qui peuvent être aussi très fortes, des tremblements, une chute etc. Mais dans tous les cas, la conscience n'est jamais affectée. Il n'y a pas de perte de personnalité, de contrôle inconscient par une autre personnalité ou une entité extérieure qui prend possession et qui nous coupe de notre personnalité normale. Il n'y a pas de perte de conscience. Chaque fois que Dieu s'est manifesté, il a pu y avoir des phénomènes violents ou qui dépassent ce qu'il y a de normal dans le comportement d'un être humain, mais en aucun cas, vous n'avez une perte de conscience, une perte de connaissance de ce qui se passe et de contrôle spirituel et intellectuel de ce qui se passe.

 

            Quand il y a eu des manifestations physiques comme perte de force ou chute, souvent au contraire, c'est Dieu qui est venu, comme dans le cas de Daniel, pour fortifier et relever la personne qui éprouvait les manifestations physiques, parce que c'est sûr que le corps ne peut pas supporter la présence de Dieu et il peut avoir des réactions de faiblesse, mais Dieu est toujours intervenu. Pour Jean aussi, quand Jean voit Jésus lui apparaître dans l'Apocalypse, il est là tout tremblant face contre terre et c'est le Seigneur qui le fortifie. Donc manifestement, Dieu ne veut pas que nous perdions conscience et Dieu ne veut pas que nous perdions le contrôle de ce qui se passe. Quand il parle aux hommes, quand il parle aux prophètes, il veut que les prophètes écoutent et comprennent exactement ce qu'il dit pour redonner sa parole en participant volontairement à l'oeuvre du Seigneur et pas comme des médiums qui donnent un message et qui ensuite, quand ils se réveillent, n'ont plus aucune conscience de ce qui s'est passé. Dieu veut des acteurs conscients, réfléchis, volontaires, qui participent à son oeuvre, qui écoutent son message et qui vont redonner la Parole telle qu'il l'a donnée.

 

            C'est ce que Dieu veut, il ne veut pas que nous soyons privés de nos moyens de contrôle et de connaissance. Dans la manifestation des faux dons de prophétie, qui viennent d'un autre esprit que de l'Esprit du Seigneur, vous avez dans tous les cas une possession de l'esprit de la personne, par un esprit extérieur et, soit une perte de conscience, soit une domination complète de la personnalité par un autre esprit. Et ceci est souvent provoqué par un certain nombre de moyens, qui peuvent être la musique, qui peuvent être les chants, qui peuvent être les danses, qui peuvent être les incantations, qui peuvent être des drogues, ou des boissons enivrantes, qui peuvent être des cris, des incisions comme on le voit dans 1 Rois 18, donc un certain nombre de moyens, soit physiques, soit magiques, qui mettent l'homme en condition où il va pouvoir recevoir une parole qui ne vient pas de Dieu.

 

            Donc vous voyez que la différence est très grande. Dans l'exercice du vrai don de prophétie, il n'y a aucune mise en condition, rien. Dans l'exercice de faux dons, il y a très souvent une mise en condition préalable pour attirer un mauvais esprit et se mettre dans une position où on va pouvoir manifester cet esprit qui cherche à parler. Vous avez des cas extrêmes comme le vaudou, où là c'est évident. Par des danses, des tam-tam, des incantations, des drogues, des pratiques diverses, le médium se met dans un état tel que finalement il devient un véhicule idéal pour l'expression du mauvais esprit. Vous ne voyez jamais cela dans la manifestation du don véritable de prophétie. Il faut donc se méfier de toutes les situations où il y a une perte de contrôle de ce qui se passe et où on sent quelque chose d'extérieur nous contrôler de manière à ce que notre volonté ne puisse plus s'exercer, où on est complètement contrôlé et dominé par quelque chose, pour faire des choses qui échappent complètement à notre volonté et qui à la limite, deviennent des comportements hystériques et des comportements qui n'ont plus rien à voir avec des comportements de quelqu'un qui est vraiment sous l'Esprit du Seigneur.

 

            Tous les auteurs de la Bible étaient des hommes comme vous et moi. Ils ont été saisis par l'Esprit du Seigneur pour écrire une révélation de Dieu. Tous les livres de la Bible ont été directement inspirés par l'Esprit du Seigneur, donc tous les auteurs des livres de la Bible étaient des prophètes qui ont reçu une parole de Dieu et qui l'ont écrite. Et il y a eu une parfaite coordination entre l'Esprit du Seigneur et la personnalité de l'écrivain biblique. Vous voyez que chaque écrivain a sa personnalité, chacun a son style et pourtant, c'était mot à mot que le Seigneur leur inspirait la parole qu'ils ont écrite et cette parole était littéralement le souffle de Dieu qui passait au travers d'eux. Ils en ont été non pas les secrétaires comme ceux qui font de l'écriture automatique, qui sont pris par un mauvais esprit. Ils ont été en coopération complète avec le Saint-Esprit, au point que certains ne se sont même pas rendus compte que la parole qu'ils écrivaient (comme les lettres de Paul), était directement, mot à mot, au iota près, inspirée directement par le Saint-Esprit pour constituer ce qui allait être plus tard le Canon des Ecritures. Paul savait très bien qu'il parlait avec l'Esprit du Seigneur, mais est-ce qu'il se rendait compte, au moment où il écrivait la lettre aux Corinthiens ou aux Galates qu'il était en train d'écrire mot à mot, exactement ce que le Saint-Esprit lui inspirait, à la lettre près, pour faire partie des écritures éternelles de Dieu. Je ne pense pas que sur le moment il s'en soit rendu compte. Mais il savait en tout cas qu'il parlait, inspiré par l'Esprit du Seigneur, c'est sûr.

 

            Dans 2 Timothée 3 : 16, nous lisons : « Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre ». Remarquez que le texte grec ne dit pas : "Toute Ecriture est inspirée de Dieu", il dit : "Toute Ecriture est expirée de Dieu". Et ça parle beaucoup plus parce qu'on voit que l'Ecriture, c'est une expiration de Dieu, comme un souffle qui sort de Dieu et qui s'exprime par sa Parole, qui sort de lui, souffle vivant qui vient, sous forme écrite par un auteur qui est inspiré par le Seigneur. Donc toute parole est vraiment expirée de Dieu, elle sort de son coeur comme un souffle qui sort de lui et qui est mise par écrit par un homme qui est saisi par l'Esprit de prophétie, l'Esprit du Seigneur.

 

 

Dix signes pour aider à discerner et juger

 

             Je vais maintenant vous donner les dix signes qui doivent se trouver présents et qui nous permettent de juger si l'Esprit de prophétie qui se manifeste au travers d'un homme vient vraiment du Seigneur ou pas. Comment distinguer les vrais prophètes, animés par l'Esprit de prophétie du Seigneur, des faux prophètes.

 

- Le premier signe

 

            Le premier signe, c'est que les vrais prophètes sont conscients d'avoir reçu un appel très précis de Dieu, un appel prophétique de Dieu lui-même. Vous me direz, les faux aussi ; c'est pour ça que ce signe à lui tout seul n'est pas suffisant. Parce qu'un faux prophète peut être séduit et peut avoir reçu une révélation d'un dieu qui n'est pas le vrai Dieu et être conscient d'un appel divin, mais qui n'est pas du Dieu d'Israël, du vrai Dieu. Mais en tout cas, les vrais prophètes sont conscients que Dieu s'est manifesté à eux et leur a donné un appel prophétique direct. Vous le verrez dans tous les ministères des prophètes, que ce soit Esaïe, que ce soit Jérémie, Ezéchiel, Daniel. Dieu s'est manifesté à eux et souvent, ils ne cherchaient pas à être prophètes du tout. Dieu a choisi lui-même de tels hommes, certains dès le sein de leur mère, pour qu'ils soient ses porte-parole et qu'ils soient des prophètes. Et ils le savaient très bien. Quelquefois, ils ne l'ont pas accepté comme Jonas qui avait été choisi par Dieu pour porter une parole et qui s'est enfui. Mais en tout cas, il savait très bien que c'était Dieu qui lui avait parlé.

 

            Lisons dans 1 Samuel 3, au verset 19 : « Samuel grandissait. L'Eternel était avec lui, et il ne laissa tomber à terre aucune de ses paroles. Tout Israël, depuis Dan jusqu'à Beer-Schéba, reconnut que Samuel était établi prophète de l'Eternel. L'Eternel continuait à apparaître dans Silo ; car l'Eternel se révélait à Samuel, dans Silo, par la Parole de l'Eternel ». Vous savez que la première fois que Dieu a parlé à Samuel, il n'a pas reconnu la voix de Dieu. Il croyait que c'était le sacrificateur Eli qui l'appelait au milieu de la nuit : « Samuel, Samuel ». La deuxième fois non plus, la troisième fois Eli lui a dit : "Ce doit être Dieu. S'il t'appelle encore une fois, réponds : Parle Seigneur, ton serviteur écoute". Et ainsi, le petit Samuel a appris à reconnaître la voix de Dieu et en grandissant, il savait très bien reconnaître quand Dieu lui parlait ou pas. Et Dieu se manifestait à lui par des visions, par une parole directe. Il se révélait à lui, et tout le monde le savait. C'était un appel très précis du Seigneur. Pour tous les prophètes, il y a eu un moment donné où Dieu s'est manifesté à eux, soit par une parole audible, soit par une vision directe, soit par quelque chose de très fort qui leur a montré que c'était Dieu qui leur parlait, leur disant : "Maintenant, je t'établis prophète, je te donne mes paroles, je les mets dans ta bouche, parle".

 

            Nous voyons un autre exemple dans Ezéchiel 2, au verset 3. Ezéchiel voit cette vision extraordinaire, et il y a de quoi être impressionné. Et il entend la voix de Dieu lui dire : « Fils de l'homme, je t'envoie vers les enfants d'Israël, vers ces peuples rebelles, qui se sont révoltés contre moi ; eux et leurs pères ont péché contre moi, jusqu'au jour même où nous sommes. Ce sont des enfants à la face impudente et au coeur endurci ; je t'envoie vers eux et tu leur diras : Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel. Qu'ils écoutent ou qu'ils n'écoutent pas (car c'est une famille de rebelles), ils sauront qu'un prophète est au milieu d'eux ».

 

            Dans Esaïe 6, quand Dieu se manifeste, c'est la même expérience, Daniel aussi, Amos aussi. Tous les autres prophètes, Dieu s'est manifesté à eux et leur a dit : "Je t'envoie". Jérémie aussi. Jérémie ne voulait pas y aller, il disait : "Je suis trop jeune, Seigneur" (Jérémie chapitre 1). Dieu dit : "Je t'ai établi prophète des nations. Ne tremble pas devant eux". Dans Jérémie 20 et au verset 9, Jérémie dit : « Si je dis : Je ne ferai plus mention de lui, je ne parlerai plus en son nom, il y a dans mon coeur comme un feu dévorant qui est renfermé dans mes os. Je m'efforce de le contenir et je ne le puis ». Donc il était non seulement conscient d'avoir été appelé par Dieu, mais la Parole de Dieu l'habitait tellement, le remplissait tellement, qu'il était pressé par l'Esprit du Seigneur à annoncer cette parole et il ne pouvait pas ne pas reconnaître cet appel et ne pas y répondre. Il aurait pu, s'il avait voulu comme Jonas, mais il ne pouvait pas parce que c'était un vrai serviteur de Dieu.

 

            En conclusion, le premier signe, c'est que les vrais prophètes sont conscients d'avoir reçu un appel très précis de Dieu lui-même.

 

- Le deuxième signe

 

            Le deuxième signe, c'est que tous les vrais prophètes parlent au nom du vrai Dieu, du Dieu unique. Il n'y en a qu'un. Les faux aussi, ils prétendent parler au nom du vrai Dieu. Combien de faux prophètes dans la Bible ont dit : "Ainsi parle l'Eternel", du temps de Jérémie et d'autres. Des faux prophètes parlaient au nom de l'Eternel. Donc ce n'est pas un signe qui suffit en soi.

 

            Dans Deutéronome 13 et au verset 1, nous lisons : « S'il s'élève au milieu de toi un prophète ou un songeur, qui t'annonce un signe ou un prodige, et qu'il y ait accomplissement du signe ou du prodige dont il t'a parlé en disant : Allons après d'autres dieux, - des dieux que tu ne connais pas- et servons-les ! tu n'écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce songeur, car c'est l'Eternel votre Dieu qui vous met à l'épreuve pour savoir si vous aimez l'Eternel, votre Dieu, de tout votre coeur et de toute votre âme ». C'étaient des gens qui prophétisaient, mais pas au nom du vrai Dieu ; au nom de faux dieux en leur disant : "Venez suivre ces dieux-là". Des miracles et des signes s'accomplissaient qui, en apparence, confirmaient leur message.

 

            La frontière n'est pas toujours facile. Paul parle d'un autre évangile, d'un autre Jésus et d'un autre esprit qui est annoncé, et il dit : vous les recevez fort bien. Si quelqu'un dit qu'il vient au nom de Dieu, alors qu'en réalité il vient au nom d'un autre dieu, ce n'est pas toujours facile à discerner. Si quelqu'un arrive devant vous en disant : "Je suis envoyé par Bouddha ou par Mahomet pour t'annoncer une vérité de Dieu", on va tout de suite voir que ce n'est pas vrai.. Mais si quelqu'un dit : "Je viens au nom de Jésus de Nazareth te dire certaines choses", on est en droit d'être vigilant et de lui poser la question : Quel Jésus viens-tu m'annoncer ? Parce que nous savons que le Jésus des Témoins de Jéhovah n'est pas le vrai Jésus de la Bible ; que le Jésus des Mormons, le Jésus des Catholiques, le Jésus de bien des mouvements n'est pas le vrai Jésus de la Bible parce qu'on a ajouté certaines choses qui ne sont pas dans la Parole, ou enlevé certaines choses de la Parole.

 

            Donc si quelqu'un vient te dire : "Je viens te parler au nom du vrai Dieu" ou : "Dieu m'a dit que", tu dois écouter soigneusement ce qui t'est dit, et tu dois comparer le dieu qui t'est annoncé au vrai Dieu de la Bible, tel qu'il est annoncé dans l'ensemble de la Parole de Dieu. Donc nous devons bien connaître la doctrine de Christ, tout ce qui touche à la personne, à l'oeuvre de Jésus-Christ, pour pouvoir comparer si on nous annonce un autre Jésus ou un faux dieu, ou un autre évangile. Il faut aussi qu'il ne parle pas de lui-même. Quand Jésus dit : "Je ne dis rien de moi-même" ou "Tout ce que je dis, c'est le Père qui me l'a dit" ou "J'ai entendu auprès du Père tout ce que je vous annonce" etc. Il ne venait pas s'annoncer lui-même, il venait annoncer quelque chose de la part de son Père. Donc, méfions-nous de ceux qui se recommandent eux-mêmes ou qui viennent s'annoncer eux-mêmes ou qui auraient une parole à dire qui viendrait d'eux-mêmes. Le deuxième signe, je le répète, c'est que tous les vrais prophètes parlent au nom du vrai Dieu, du Dieu unique.

 

- Le troisième signe

 

            Le troisième signe qui doit être présent, c'est que les vrais prophètes, quand ils annoncent leur parole, parlent toujours par révélation ou inspiration divine directe. La parole prophétique c'est vraiment une parole de Dieu surnaturelle qui est donnée à un homme et qui doit être transmise telle quelle. Par exemple, dans Jérémie 23:16, le prophète Jérémie dit ceci : « Ainsi parle l'Eternel des armées ». Donc quand il dit : « Ainsi parle l'Eternel des armées » ou : « Ainsi parle l'Eternel », il dit une parole qu'il a reçue directement du Seigneur. Il ne dit pas comment il l'a reçue. Est-ce que c'est une voix audible, ou est-ce que c'est l'Esprit qui a imprimé cela dans son coeur, on ne sait pas, mais c'est quelque chose qui vient de l'Eternel à la lettre près. « Ainsi parle l'Eternel des armées : N'écoutez pas les paroles des prophètes qui vous prophétisent ! Ils vous entraînent à des choses de néant. Ils disent les visions de leurs coeurs et non ce qui vient de la bouche de l'Eternel ». Le vrai prophète parle par révélation directe de Dieu qui vient vraiment de la bouche et du coeur de l'Eternel. « Ils disent à ceux qui me méprisent : L'Eternel a dit : Vous aurez la paix ». Vous voyez, ces faux prophètes arriver en disant : "L'Eternel a dit : vous aurez la paix, ne vous inquiétez pas". Donc apparemment, c'étaient des vrais prophètes qui parlaient de la part de l'Eternel, mais ils annonçaient la paix au lieu d'annoncer la repentance à des gens qui vivaient dans le péché et ils allaient dans le sens de leur péché en leur disant : "Ne vous inquiétez pas, Dieu est avec vous, vous êtes enfants de Dieu, tout va bien".

 

            Il ajoute au verset 18 : « Qui donc a assisté au conseil de l'Eternel pour voir, pour écouter sa Parole ? Qui a prêté l'oreille à sa Parole ? Qui l'a entendue ?  » Vous voyez, le vrai prophète assiste au conseil de l'Eternel, entend sa Parole et la reçoit telle que l'Eternel la donne. C'est vraiment important. Cela ne veut pas dire que l'enseignant ou le docteur n'assiste pas au conseil de l'Eternel et ne reçoit pas sa Parole, mais il y a quelque chose de plus littéral dans ce que le prophète donne. Le prophète reçoit vraiment une parole de Dieu et doit la donner telle quelle au mot près.

 

            Personnellement, il m'est arrivé assez rarement de rencontrer cette forme de ministère. On rencontre plus souvent ce qu'on appelle le don de prophétie, une pensée du Seigneur qui est amenée avec des mots qui peuvent être choisis par nous. L'essentiel, c'est que la pensée du Seigneur soit apportée. Quand le Seigneur doit nous donner une pensée vraiment claire, il doit pouvoir aussi nous donner les mots exacts qui correspondent à cette pensée. Donc quand le Seigneur révèle une pensée, il révèle aussi des paroles qui vont le mieux avec cette pensée pour qu'elle soit reçue telle qu'il le veut. Nous qui exerçons le don de prophétie, essayons de le perfectionner en disant : "Seigneur, je veux bien recevoir une pensée de toi, mais je ne veux pas que ce soit moi qui choisisse les mots, je voudrais que tu m'en révèles ne serait-ce que quelques-uns, je préfère que ce soit toi qui me donne les mots qui vont le mieux correspondre à ta pensée, parce que la pensée ne va pas sans les mots et inversement.

 

            Les prophètes recevaient une parole de Dieu au mot près, au iota près, et ils la donnaient telle que Dieu la leur avait donnée. C'est pour cela que nous avons aujourd'hui la Bible, inspirée par Dieu à la lettre près. Quelquefois, les prophètes ne comprenaient pas ce qu'ils recevaient. Par exemple Daniel a reçu de nombreuses révélations directes de Dieu, qu'il a soigneusement transcrites telles qu'il les a reçues, mais il ne comprenait pas ce qu'il recevait : « Moi, Daniel, j'eus l'esprit troublé au dedans de moi, et les visions de ma tête m'effrayèrent » (Daniel 8:15). « Ici finirent les paroles. Moi, Daniel, je fus extrêmement troublé par mes pensées, je changeai de couleur, et je conservai ces paroles dans mon coeur » (Daniel 8:28). Ou même à la fin, il dit : « J'entendis, mais je ne compris pas » (Daniel 12:8). Donc on peut très bien recevoir en tant que prophète des paroles réelles qu'on va donner réellement, sans les comprendre forcément.

 

            Ou même recevoir des paroles avec lesquelles on n'est pas entièrement d'accord, comme Jonas, qui a reçu une parole, mais qui n'était pas tellement d'accord pour la donner, et quand il la donnait, il la donnait à contrecoeur. Il aurait bien aimé lui, que Ninive, cette ville impie, soit détruite de fond en comble, mais elle n'a pas été détruite. Vous avez là le cas d'un vrai prophète qui donne une vraie parole de Dieu, mais la prophétie annoncée n'a pas été accomplie par la suite. « Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! » (Jonas 3:4). Et pourquoi la Parole n'a pas été accomplie ? Parce qu'il y avait une condition pour l'accomplissement de cette parole. Elle sera détruite si vous ne vous repentez pas. Ils se sont tous repentis et la ville n'a pas été détruite, ce qui a fort déplu au prophète. Donc, le troisième signe, c'est que les vrais prophètes, quand ils annoncent leur parole, parlent toujours par révélation ou inspiration divine directe.

 

- Le quatrième signe

 

            Le quatrième signe, c'est que la parole du prophète doit être confirmée par la vie personnelle, le témoignage personnel et la qualité morale du prophète ou de celui qui prétend être un prophète. Sans exception, tous les faux prophètes de la Bible ont eu une vie morale épouvantable ; c'est-à-dire un témoignage personnel mauvais. C'étaient des ivrognes, ou des adultères, ou des gens qui commettaient les pires atrocités, ou des gens qui avaient l'appât du gain, toutes sortes de choses qui, dans leur vie personnelle montraient que leur coeur n'était pas entièrement tourné vers le Seigneur. Alors, même si dans le cas de Balaam, ils peuvent être amenés à donner une vraie prophétie, c'est extrêmement dangereux, parce que comme leur coeur n'est pas entièrement tourné vers Dieu, ils peuvent aussi être saisis par un mauvais esprit et c'est le mélange qui est dangereux. Les vraies paroles de Dieu ne sont pas toujours données par des hommes dont le témoignage est impeccable, puisque même des incroyants peuvent prophétiser au nom du Seigneur Jésus, ou même des gens comme Balaam peuvent recevoir des prophéties. Mais en tout cas, les vrais prophètes seront des hommes dont le témoignage personnel est droit et qui confirmeront les paroles qu'ils ont reçues du Seigneur par une vie et un témoignage personnel qui sont à la gloire de Dieu.

 

            Il y a trop d'exemples de faux prophètes dans la Bible pour qu'on puisse les citer tous, mais ce qui est clair, c'est que tous les faux prophètes ont eu un mauvais témoignage et que Jésus a dit en parlant des faux prophètes : "Vous les reconnaîtrez à leur fruit ; aux oeuvres que produit leur vie".

 

            Je vous lis par exemple dans Esaïe 28, au verset 7 : « Mais eux aussi, ils chancellent dans le vin, les boissons fortes leur donnent des vertiges. Sacrificateurs et prophètes chancellent dans les boissons fortes, ils sont absorbés par le vin. Ils ont des vertiges à cause des boissons fortes. Ils chancellent en prophétisant, ils vacillent en rendant la justice, toutes les tables sont pleines de vomissements et d'ordures ». C'étaient des gens qui se repaissaient dans les excès de table et les ivrogneries et qui prétendaient enseigner la Parole de Dieu et donner vraiment une parole de la part du Seigneur. Je lirai aussi par exemple dans Esaïe 30 et au verset 10 : « Qui disent aux voyants : Ne voyez pas ! Et aux prophètes : Ne nous prophétisez pas des vérités, dites-nous des choses flatteuses. Prophétisez des chimères, détournez-vous du chemin, écartez-vous du sentier » etc. Donc les faux prophètes étaient des hommes flatteurs, opportunistes, qui allaient dans le sens de ce que voulaient la plupart des gens et qui n'étaient pas là pour les remettre dans le droit chemin, mais simplement pour leur faire plaisir. La parole de ces prophètes n'était donc pas confirmée par la vie personnelle, le témoignage personnel et la qualité morale du prophète.

 

- Le cinquième signe

            

            Le cinquième signe, c'est que la parole des prophètes doit toujours être confirmée par la Parole de Dieu. C'est un point capital. Si un prophète vient en disant : "Ainsi parle l'Eternel" et qu'il commence à annoncer quelque chose qui n'est pas dans la Parole, il faut être vigilant et sur ses gardes. Cela paraît évident, mais ce n'est pas toujours simple à reconnaître. La séduction est quelquefois tellement grande et on tord si facilement la Parole de Dieu, qu'il faut vraiment être imprégné de l'Esprit du Seigneur et de l'ensemble de la révélation de la Parole.

 

            Dans Esaïe 8:19, le prophète dit : « Si l'on vous dit : Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l'avenir, qui poussent des sifflements et des soupirs (voyez, encore des manifestations qui accompagnaient le don de divination), répondez : Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu ? S'adressera-t-il aux morts en faveur des vivants ? à la loi et au témoignage ! Si l'on ne parle pas ainsi, il n'y aura point d'aurore pour le peuple ». Ils devaient constamment avoir en tête que la loi de Dieu et le témoignage de Dieu devaient rester la pierre de touche pour contrôler tout ce qui se disait. « A la loi et au témoignage, si l'on ne parle pas ainsi, il n'y aura pas d'aurore ». Gardons en esprit que la Parole de Dieu doit rester la pierre de touche qui nous permet de contrôler.

 

            J'ai lu récemment ce qu'a écrit quelqu'un qui est considéré comme un grand prophète aujourd'hui (je ne dirai pas son nom), qui répondait aux critiques faites sur son ministère. Il disait : "Il y a un certain nombre de Chrétiens aujourd'hui qui idolâtrent trop la Parole de Dieu, qui se font une idole de la Parole de Dieu et à cause de cela, ils bloquent la vitalité du Saint-Esprit qui voudrait plus de liberté dans l'exercice du don de prophétie". Quand j'ai lu cela, j'ai pensé : Mais Seigneur, est-ce qu'on peut écrire des choses comme celles-ci et est-ce que cet homme se rend compte de l'effet dévastateur qu'il peut produire chez des lecteurs qui liraient de manière un peu rapide ! Plusieurs penseront qu'il ne faut pas être idolâtres de la Parole de Dieu, et qu'on bloque l'action du Saint-Esprit en remettant tout le temps la Parole sur la table.

 

            Certes, il ne doit pas y avoir de notre part une attitude superstitieuse devant la Parole, et on ne doit pas s'attacher à la lettre de la Parole seulement, mais quand on est Chrétien et qu'on veut vraiment marcher dans la vérité, on doit mettre la Parole de Dieu à la première place. Quand Jésus a été tenté par le diable, il aurait pu manifester une démonstration de puissance et dire au diable quelque chose qui serait venu de son coeur, mais il s'est contenté de citer la Parole écrite. Il a dit par trois fois : "Il est écrit... Il est écrit... Il est écrit...".

 

            Dans la vie d'un enfant de Dieu qui marche de manière équilibrée, qui veut voir la vérité, la Parole de Dieu est au-dessus de tout. Mais à condition qu'elle soit interprétée dans l'Esprit et qu'elle soit reçue non pas dans la lettre seulement, mais dans la lettre et dans l'Esprit, et qu'on s'en serve comme une arme vivante, et pas comme s'en servaient les Pharisiens qui la connaissaient par coeur, mais qui bloquaient l'action du Saint-Esprit parce qu'ils ne voulaient pas de Jésus.

 

            « Le ciel et la terre passeront, mais ma Parole ne passera pas » (Matthieu 24:35). Même Jésus, Parole vivante, s'est soumis à la Parole écrite qui est aussi la Parole vivante, ils ne font qu'un. Le cinquième signe, c'était donc que la parole des prophètes doit toujours être confirmée par la Parole de Dieu.

 

- Le sixième signe

 

            Le sixième signe, c'est que le message des prophètes doit être confirmé par le Seigneur lui-même, par des signes et des miracles qui viennent de Dieu. Mais vous voyez que là aussi, il y a des contrefaçons, puisque Satan peut confirmer par des faux miracles, des fausses paroles. Mais il doit y avoir une confirmation et dans la vie de tous les prophètes, il y a eu des signes et des miracles. Pensez simplement au prophète Elie, au prophète Elisée et même dans le Nouveau Testament, le prophète Agabus.

 

            Ce qu'ils ont annoncé s'est accompli, et non seulement cela, mais il y a aussi des signes surnaturels qui confirment le message qui a été donné. On voit un exemple dans 1 Samuel 12, au verset 14, où Samuel dit : « Si vous craignez l'Eternel, si vous le servez, si vous obéissez à sa voix et si vous n'êtes pas rebelles à la Parole de l'Eternel, vous vous attacherez à l'Eternel votre Dieu, vous et le roi qui règne sur vous ». C'est une parole de Dieu pour eux. « Mais si vous n'obéissez pas à la voix de l'Eternel, si vous êtes rebelles à la Parole de l'Eternel, la main de l'Eternel sera contre vous comme elle l'a été contre vos pères. Attendez encore ici et voyez le prodige que l'Eternel va opérer sous vos yeux » etc. Il a envoyé le tonnerre alors qu'ils étaient à la moisson des blés. C'était un signe qui confirmait la Parole qui a été donnée, et constamment, vous voyez dans la Bible le Seigneur confirmer la Parole de ses envoyés par des signes et des prodiges, pas toujours au moment où ils annonçaient la Parole, mais en tout cas le Seigneur accomplissait quelque chose pour prouver que cette parole venait vraiment de lui, par un signe ou par un miracle.

 

- Le septième signe

 

            Le septième signe, c'est que la parole des prophètes doit être confirmée par l'accomplissement de leur prophétie. Cela paraît évident, mais quand on dit : "Ainsi parle l'Eternel, voilà ce qui va arriver", il doit y avoir un accomplissement de ce qui est annoncé. Dans Deutéronome 18, au verset 21, je lis : « Peut-être diras-tu dans ton coeur : Comment connaîtrons-nous la Parole que l'Eternel n'aura point dite ? » Comment allonsnous reconnaître la vraie de la fausse ? « Quand ce que dira le prophète n'aura pas lieu et n'arrivera pas, ce sera une parole que l'Eternel n'aura point dite. C'est par audace que le prophète l'aura dite, n'aie pas peur de lui ». Là, il n'y a pas eu accomplissement, mais dans un autre passage que nous avons lu, dans Deutéronome, il parle aussi de signes annoncés par des faux prophètes, qui se sont accomplis. Mais il parlait au nom d'un autre dieu que le vrai Dieu. Le signe à lui tout seul n'est pas suffisant. Nous savons que beaucoup de faux prophètes, ou qui ont l'esprit de divination annoncent des choses qui se produisent et qui ne viennent absolument pas du Seigneur. Donc le septième signe, c'est que la parole des prophètes doit être confirmée par l'accomplissement de la prophétie qui a été donnée.

 

- Le huitième signe

            

            Le huitième signe, c'est que les vrais prophètes donnent un message sérieux, qui a une profonde qualité morale par lui-même. Il n'y a pas seulement la vie du prophète qui doit avoir une qualité morale, mais le message lui-même doit avoir un sens profond, un sens qui vient du coeur de Dieu. Quand Dieu parle à un prophète pour qu'il parle à des hommes, ce n'est pas pour leur dire des banalités ou des futilités. Mais c'est pour leur donner un message réel qui vient d'une préoccupation du coeur de Dieu. Il est donné pour son peuple et présente un caractère authentique et profond.

 

            Quand on voit par exemple ce qui se passe dans certaines manifestations modernes, où l'on dit que c'est Dieu qui est intervenu et qu'on voit le caractère tellement superficiel de ces manifestations ou des messages qui sont donnés ou des interprétations qui sont données, on se dit : "Mais ce n'est pas possible que ce soit l'Eternel tout puissant qui s'adresse à nous pour nous dire des choses pareilles". Par exemple, on voit des églises où on se roule par terre en riant, et on dit que c'est Dieu le Père qui s'amuse avec ses enfants à faire des galipettes par terre et à se rouler dans la bonne humeur. Pour ma part, je ne considère pas que cela vient du Seigneur. Certes Dieu est un bon Père céleste qui aime faire plaisir à ses enfants et leur donner des choses qui leur manquent, mais ce genre de manifestations et le type de message donné ne produisent pas de fruit profond dans la vie, ce qui ne me permet pas de croire que ça vient du Seigneur.

 

            Donc la nature du message lui-même est quelque chose qui, en soi, nous montre que c'est Dieu qui a pris la peine de nous parler. Et quand Dieu parle aux prophètes, c'est soit pour qu'ils édifient son peuple par quelque chose qui leur explique sa parole, soit pour qu'ils les reprennent et qu'ils les amènent à la repentance. Quand vous regardez les messages de tous les prophètes, leur message a une signification profonde, réelle et importante. Ce ne sont pas des détails sans importance. Et cela s'applique aussi à l'époque du Nouveau Testament. Nous voyons par exemple dans Actes 21:10 : « ... un prophète, nommé Agabus, descendit de Judée, et vint nous trouver. Il prit la ceinture de Paul, se lia les pieds et les mains, et dit : Voici ce que déclare le Saint-Esprit : L'homme à qui appartient cette ceinture, les Juifs le lieront de la même manière à Jérusalem, et le livreront entre les mains des païens ». C'était quelque chose qui apparemment peut être jugé comme étant sans trop d'importance, mais en fait, quand on mesure après coup, à la lumière des épîtres de Paul l'importance que cela avait, on se rend compte que Dieu voulait prévenir Paul et les autres que quelque chose de grave et de sérieux allait se passer. Le huitième signe, c'était donc que le contenu du message prophétique doit être profond dans sa qualité pour être recevable.

 

- Le neuvième signe

 

            Le neuvième signe, c'est que les vrais prophètes donnent un message confirmé par le discernement des auditeurs. Jésus dit constamment dans les Evangiles, et en particulier dans le livre de l'Apocalypse : « Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ». Dans 1 Corinthiens 12:10, il est parlé du don de discernement des esprits qui vient de Dieu. Le fait de discerner si l'esprit qui anime cet homme ou cette femme parlant de la part de Dieu, est vraiment l'Esprit du Seigneur, c'est un don de discernement qui vient de Dieu. Ce don est absolument indispensable pour nous permettre de reconnaître si le phénomène qui se passe vient vraiment de Dieu ou pas, si l'Esprit de prophétie qui se manifeste est vraiment l'Esprit du Seigneur. Dans Jean 7 et au verset 17, Jésus dit : « Si quelqu'un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de moi-même ». Là, il montrait que si quelqu'un a le coeur bien disposé pour Dieu et veut lui obéir, il connaîtra la vérité. Il connaîtra si cet homme qui parle de la part de Dieu est un vrai prophète. Il connaîtra si le message qu'il donne vient vraiment de Dieu ou pas. Et là, la clé c'est le désir d'obéir à la parole de Jésus. Si dans notre coeur, il y a vraiment un esprit obéissant, nous serons éclairés sur les hommes qui se prétendent prophètes, et sur ceux qui le sont réellement, et sur le message qu'ils donnent.

 

            Il est dit aussi dans 1 Jean 4:2 : « Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu, et tout esprit qui ne confesse pas Jésus-Christ venu en chair n'est pas de Dieu ». Et dans 1 Jean 2, au verset 27, Jean dit aux Chrétiens : « Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous et vous n'avez pas besoin qu'on vous enseigne ; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu'elle est véritable et qu'elle n'est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu'elle vous a donnés ». Si nous avons le coeur obéissant, si nous voulons marcher avec Jésus et si nous sommes vraiment du Seigneur, son onction demeurera en nous et nous enseignera toutes choses et nous montrera si ce qui est dit est vraiment une parole du Seigneur ou pas. Le neuvième signe sera manifesté par l'onction de vérité qui donne le discernement aux auditeurs.

 

- Le dixième signe

 

            Le dixième signe, c'est que cette parole est confirmée, non seulement par le discernement des auditeurs, mais aussi par le discernement des autres prophètes du Seigneur. Ce signe doit être aussi présent parce que je sais bien qu'il est difficile aujourd'hui de reconnaître les vrais des faux prophètes, je sais que ce ne sont pas ceux qui se prétendent des vrais qui sont toujours vrais, mais le Seigneur nous donne quand même un certain discernement et nous savons qu'il y a dans l'Eglise du Seigneur, un certain nombre d'hommes qui sont vraiment des vrais prophètes de Dieu. J'en connais quelques-uns, pas beaucoup. Si je reçois leur conseil, ça ne veut pas dire que je vais le prendre de manière aveugle, mais j'aurai confiance en ce qu'ils vont me dire, à propos de telle autre prophétie qui a été donnée, parce que j'ai éprouvé leur personne et leur ministère. Je sais qu'ils sont vraiment des hommes de Dieu qui ont l'Esprit de prophétie, qu'ils sont des prophètes du Seigneur et que leur avis est important. Et c'est pour cela qu'il est écrit dans 1 Thessaloniciens 5:21 : « Examinez toutes choses, retenez ce qui est bon et abstenez-vous de toute espèce de mal ». Chacun doit être capable de faire le tri et de discerner, et en plus, ceux qui ont le don de prophétie doivent discerner si les prophéties qui sont données viennent de Dieu ou non.

 

 

Appel à rester prudent

 

            En conclusion, ce n'est pas une chose facile de discerner les vrais prophètes des faux prophètes, et de discerner les vraies et les fausses prophéties. Il faut d'abord être soi-même un véritable enfant de Dieu consacré, avoir une connaissance personnelle et réelle de Dieu et de sa Parole et puis être prudent, veiller et prier, pour ne pas se laisser impressionner par ceux qui viennent en disant : "Ainsi parle Dieu, Dieu m'a parlé". Même si c'est appuyé par des signes, des miracles et des guérisons, nous devons examiner le contenu de leur message, nous devons s'il est possible examiner le contenu de leur vie et du témoignage qu'ils donnent, essayer de contrôler ces dix signes que je vous ai présentés ce soir, et alors dire : "Maintenant, j'ai la conviction que c'est vraiment du Seigneur". Et c'est prudent de le faire pour toutes les paroles que nous recevons, quelles qu'elles soient et d'où qu'elles viennent. On peut parfois avoir une certitude que c'est vraiment une parole de Dieu que l'on entend, mais il faut quand même être prudent. La marche avec le Seigneur n'exclut pas, loin de là, la prudence.

 

            Nous devons être prudents parce que nous sommes dans les derniers temps et que plusieurs faux prophètes sont dans le monde et que l'esprit de séduction va se faire de plus en plus séducteur, au point de séduire même les élus, s'il était possible. Donc il faut vraiment qu'on soit sur nos gardes et qu'on prie constamment pour que le Seigneur nous ouvre les yeux et nous donne un discernement réel ; parce que Dieu parle aujourd'hui par des vrais prophètes et il ne faut pas que le fait qu'il y en ait beaucoup de faux nous empêche de voir ce qui vient des vrais. Les vrais prophètes ne sont pas nombreux, mais ils sont souvent rejetés et persécutés par la majorité de l'église ; les faux prophètes sont acceptés par tout le monde et les vrais prophètes sont rejetés par tout le monde. Soyons prudents et demandons au Seigneur qu'il fasse de nous des gens qui reçoivent vraiment sa parole dans la vérité et qui la transmettent avec puissance aux autres.

 

 

Appel à exercer la prophétie

 

            Dieu cherche des prophètes, Dieu cherche des hommes et des femmes qui exercent le don de prophétie. Est-ce que nous voulons être de ceux-là ?

 

            Dans le Nouveau Testament, les cinq ministères, dont celui de prophète, sont exercés par des hommes, en tant que conducteurs spirituels, et non par des femmes. Mais une femme peut exercer un puissant don de prophétie, sans être reconnue et établie officiellement au niveau de l'Eglise universelle de Jésus dans un poste de prophétesse de Dieu, à une place reconnue comme dirigeant spirituel de l'Eglise. Une femme peut exercer un puissant don de prophétie, recevoir des révélations de Dieu pour exhorter, consoler, édifier, pour amener les gens qui s'égarent, par l'exercice du don de prophétie.

 

            De même certaines femmes ont une compréhension de la Parole qui est vraiment profonde et réelle. Elles ont la capacité d'expliquer la Parole aux autres. Elles vont pouvoir ouvrir la Parole à ceux qui ne la comprennent pas, et finalement elles font un travail de docteur, mais ne sont pas reconnues en tant que docteurs et elles n'exercent pas dans l'Eglise cette fonction de docteur au sens officiel

 

            En conclusion, je suis certain que Dieu veut que nous exercions davantage le don de prophétie, hommes et femmes. Il y a beaucoup d'enfants de Dieu qui l'ont reçu et qui ont de la timidité à l'exercer ou qui ne l'exercent pas toujours. Il faut être hardi et il faut un pas de foi parce que c'est tellement important d'exercer le don de prophétie dans l'Eglise. Paul dit que nous devons tous l'exercer, tous, hommes et femmes. Et si on l'exerce, il doit se développer constamment parce que l'Eglise a besoin d'être exhortée, consolée, édifiée par un don réel de prophétie.

 

 

            Prions : "Notre Dieu, nous nous sommes tous levés devant toi pour que tu fasses de nous des prophètes, des vrais comme ta Parole nous le dit, des hommes et des femmes qui reçoivent dans la vérité ta Parole et qui la donnent, et qui la vivent aussi dans leur vie. Seigneur, je te prie pour chacun de nous, pour que tu fasses de nous tes porte-parole dans la vérité, des hommes et des femmes qui reçoivent vraiment ta pensée, ta parole, que ce soit par une révélation, une vision ou autre, Seigneur, mais que ce soit vraiment quelque chose qui vienne de toi, pour édifier, exhorter, consoler, avertir. Seigneur, je te supplie de visiter chacun ce soir. Accorde le don de prophétie à ceux qui ne l'ont pas encore reçu, renouvelle le don de prophétie de ceux qui l'ont déjà reçu mais qui l'ont laissé en sommeil. Seigneur, établis dans ce ministère de prophète ceux que tu as choisis. Que cet esprit, ce don de prophétie nous soit communiqué, Seigneur, de ta part ; que nous puissions être dignes de l'exercer avec puissance dans la vérité. Au nom de Jésus, Père, merci. Amen."