C136  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 18/12/2001


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Qu'est-ce que le réveil permanent ?

Que signifie : être constamment visité par le Saint-Esprit ?



Nous avons constamment besoin d'être visités par le Saint-Esprit. Au début du livre des Actes des apôtres, quand ils ont prié pour que le Saint-Esprit descende sur eux, ils étaient déjà chrétiens mais ils n'avaient pas encore reçu la puissance sur eux. Ils avaient le Saint-Esprit en eux, mais ils n'avaient pas reçu le Saint-Esprit sur eux (pour être visités d'en haut). Et nous constatons un changement, ils n'étaient plus les mêmes.

Quelques temps plus tard (nous le lisons dans Actes 4:24-31), nous les voyons se réunir encore une fois dans la maison : «  Lorsqu'ils l'eurent entendu, ils élevèrent à Dieu la voix tous ensemble, et dirent : Seigneur, toi qui as fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s'y trouve, c'est toi qui as dit par le Saint-Esprit, par la bouche de notre père, ton serviteur David : pourquoi ce tumulte parmi les nations, et ces vaines pensées parmi les peuples ? Les rois de la terre se sont soulevés, et les princes se sont ligués contre le Seigneur et contre son Oint. En effet, contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d'Israël, pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêté d'avance. Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d'annoncer ta parole avec une pleine assurance, en étendant ta main, pour qu'il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus. Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance. » Il est bien dit qu'à cet instant le Saint-Esprit les remplit à nouveau. Ils avaient été remplis le jour de la Pentecôte mais quelques jours ou quelques semaines plus tard, ils ont été à nouveau remplis.

 

Vous voyez que le niveau du Saint-Esprit dans nos cœurs n'est pas du ressort du Saint-Esprit, mais c'est nous qui devons en réclamer. Ce niveau peut diminuer ou il peut augmenter. Le Saint-Esprit est une personne et cette personne peut nous remplir plus ou moins. Si nous empêchons des parties de nous-même d'être remplies du Saint-Esprit, le Saint-Esprit ne va pas de force nous obliger à nous remplir partout. Si nous invitons quelqu'un dans notre maison, nous pouvons soit lui demander de rester au salon et de ne pas aller ailleurs, soit nous pouvons lui dire : "Tu es ici comme chez toi, toute la maison est à toi. Tu es chez toi, tu peux aller dans la cuisine si tu veux, tu peux aller partout, dans les chambres, je te connais, parce que je sais quelle est ta valeur, et parce que je t'aime, et parce que je sais que tu m'aimes. Tu es ici chez toi, va partout". Si nous le disons aussi au Seigneur, il va remplir tous les domaines de notre vie : nos pensées, notre intelligence, notre cœur, notre corps tout entier qui est le temple du Saint-Esprit.

 

Ce qui s'est passé au début de la vie de l'Eglise, dans les premiers chapitres des Actes des apôtres, c'est l'histoire d'un réveil. C'est ça un réveil de la foi chrétienne : c'est quand des Chrétiens endormis se réveillent. Pourtant le Saint-Esprit est le même, il n'a pas changé et il veut toujours manifester la puissance de Dieu dans nos vies. Et je crois qu'aujourd'hui nous avons besoin d'un réveil dans l'Eglise, à commencer par nous. J'ai l'impression que par moments nous dormons un peu, alors que le Saint-Esprit, qui nous a été donné par le Seigneur, veut nous maintenir dans un état de réveil permanent. On commence à s'endormir quand on quitte le Seigneur des yeux, quand on commence à détourner les regards de Jésus. On s'endort quand on est préoccupé par les choses de cette terre, du monde, des affaires, de tout ce qui nous entoure, des soucis comme le dit Jésus, les soucis du siècle, les soucis du monde, qui prennent trop d'importance. Ou quand on est préoccupé par nos désirs et nos passions, on s'endort. On n'a plus les yeux fixés sur Jésus et on n'est plus rempli du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit n'aime pas qu'on s'occupe d'autre chose, il n'aime pas. Il est comparé à une colombe. Si nous attristons le Saint-Esprit, il se retire. Il ne peut pas nous remplir si des choses étrangères se sont installées dans nos cœurs.

 

 

J'aimerais vous lire quelques versets du début des Actes des apôtres pour vous montrer comment cette visitation d'en haut, du Saint-Esprit, est venue sur eux et comment elle est restée sur eux, parce qu'il va en être de même pour nous. Si nous pensons que nous avons besoin d'être visités d'en haut, que Jésus doit nous visiter pour nous remplir davantage de lui, nous avons dans la Parole du Seigneur le modèle qu'il faut suivre. Ce n'est pas le modèle des hommes, c'est le modèle de la Parole du Seigneur.

 

Ouvrez votre Bible au livre des Actes des apôtres, au chapitre premier, et au verset 4. Voyez ce que Jésus dit à ses disciples (des Chrétiens qui avaient le Saint-Esprit) : « Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s'éloigner de Jérusalem, mais d'attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il, car Jean a baptisé d'eau, mais vous dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit. » Ils n'étaient pas baptisés du Saint-Esprit. Ils avaient le Saint-Esprit mais ils n'étaient pas encore baptisés du Saint-Esprit puisque Jésus leur dit que dans quelques jours, ils recevraient le baptême du Saint-Esprit. Le mot baptême signifie : plongé dedans, immergé. Jésus leur disait donc : "Dans quelques jours le Saint-Esprit va descendre sur vous et vous allez être plongés dans un bain du Saint-Esprit que vous n'avez pas encore connu ; une puissance qui va venir sur vous et qui va vous remplir comme vous n'avez jamais été remplis auparavant".

Un peu plus loin il leur dit au verset 8 : « Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre. » Il leur dit : "Attendez à Jérusalem, je vais vous envoyer le Saint-Esprit sur vous, vous allez être remplis comme vous ne l'avez jamais été et vous allez ainsi pouvoir être mes témoins dehors. Ne bougez pas tant que vous n'avez pas cette puissance sur vous !" Il y avait pourtant beaucoup de gens à Jérusalem qui étaient perdus, il y avait beaucoup de malades, il y avait beaucoup de gens qui ne connaissaient pas Jésus comme sauveur et Seigneur mais il leur recommanda : "Ne bougez pas si vous n'avez pas reçu cette puissance d'en haut pour être mes vrais témoins dans la puissance du Saint-Esprit".

 

 

Il y a beaucoup de Chrétiens aujourd'hui qui désobéissent à cet ordre de Jésus, et qui vont évangéliser alors qu'ils n'ont pas reçu la puissance du Saint-Esprit sur eux. Et s'ils ne l'ont pas, ce n'est pas en raison d'un refus de Dieu, puisque Jésus dit : "Attendez, le Père a promis cette descente du Saint-Esprit sur vous afin qu'il vous remplisse de sa présence pour que vous soyez dans la puissance de Jésus, des témoins". Quand nous témoignons dehors, nous avons besoin de la puissance du Saint-Esprit. Ce n'est pas simplement la puissance dans des gestes et dans des paroles et dans des cris, c'est la puissance de conviction. Quand nous disons une parole au nom de Jésus-Christ, la puissance du Saint-Esprit qui est sur nous va toucher le cœur. Si nous n'avons pas cette puissance, les cœurs ne seront pas touchés de la même manière et les gens ne vont pas se convertir. Pourtant c'est la même parole qui est annoncée. Alors qu'avec la puissance du Saint-Esprit, il y a toute l'onction, la puissance de l'Esprit qui va transporter cette parole dans le cœur des gens et qui va travailler, parce que le Saint-Esprit est donné pour convaincre de péché. Nous devons nous préparer à recevoir cette onction, car nous avons nettoyé nos cœurs, et ensuite, le Saint-Esprit nous donne une puissance, car il travaille par notre bouche pour convaincre les autres de péché. Il peut même convaincre par notre seule présence, sans que nous parlions.

 

Puis, au verset 13, nous voyons que les disciples ont obéi à Jésus et sont retournés à Jérusalem : « Quand ils furent arrivés à Jérusalem, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient d'habitude. » Ils avaient l'habitude de se réunir ensemble dans une chambre haute, ça peut être n'importe quel endroit, mais ils avaient l'habitude de se réunir ensemble pour prier. Pas pour écouter des messages, pas pour écouter des prédications, pour prier ! Et le réveil a commencé de cette manière parce que Jésus leur avait donné la promesse que dans peu de temps, ils recevraient une visitation d'en haut. Puisqu'ils avaient eu cette promesse du Seigneur et cet ordre de Dieu, ils ont commencé à prier pour qu'elle descende et se réalise.

 

Et ils priaient ensemble. Je suis sûr qu'ils priaient aussi seuls, mais ils priaient ensemble pour une chose : "Seigneur, envoie ton Saint-Esprit sur nous avec puissance, comme le Père l'a promis et comme tu nous l'as annoncé". Quand Jésus nous fait une promesse, nous devons prier pour que cette promesse se réalise. Nous ne prions pas assez pour que le Saint-Esprit descende sur nous avec puissance. On prie souvent pour certains besoins : «  Seigneur, regarde mes affaires, Seigneur vois tous mes problèmes, guéris-moi », mais rarement comme le Seigneur voudrait : « Seigneur, remplis-moi de ton Esprit et fais-le reposer sur moi et sur ton Eglise avec puissance pour que nous soyons transformés et qu'il y ait un vrai réveil du Saint-Esprit. » Pas un faux réveil comme on en voit aujourd'hui avec toutes sortes d'excentricités et de choses épouvantables, mais un réveil du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit qui descend sur nous et qui nous remplit de toutes les choses d'en haut et de lui-même.

 

Ils se réunissaient d'habitude pour prier, cent vingt personnes dans une chambre haute. Au verset 14, il est dit : « Tous d'un commun accord persévéraient dans la prière et dans l'oraison avec les femmes et Marie mère de Jésus, et les frères de Jésus. » C'est la dernière fois dans la Bible qu'on parle de Marie. Il n'en est plus parlé ensuite donc il ne faut plus en parler autrement qu'ici. Elle était réunie avec les cent vingt pour demander elle aussi d'être remplie du Saint-Esprit. Marie n'était pas remplie du Saint-Esprit encore comme les autres et elle se réunissait avec les autres pour prier et pour être remplie du Saint-Esprit. Et pendant dix jours, ils ont persévéré. Dix jours à prier ensemble dans cette chambre haute. Jésus leur avait dit : dans peu de jours… C'était déjà une indication, ils ne savaient pas combien de jours mais c'était peu.

 

Avec cette promesse, ils n'ont pas arrêté de prier jusqu'à ce que le Saint-Esprit descende. Ne t'arrête pas de prier, si tu as commencé à prier pour quelque chose qui est promis par la Parole et si tu ne l'as pas encore vu s'accomplir, ne t'arrête pas de prier. Si tu t'arrêtes, le diable en profite et il t'empêche de recevoir la chose que tu as demandée. Persévère jusqu'au bout ! Ça va peut-être durer dix jours, ça va peut-être durer un peu plus, si tu n'as pas de précision du Seigneur pour la manifestation de sa promesse, mais persévère dans la prière. Ici ils ont persévéré parce que Jésus leur avait dit : "vous allez recevoir une puissance dans quelques jours, dans peu de jours". Par conséquent ils persévéraient. Ils ne sont pas retournés à leurs affaires en disant que cela allait se faire tout seul. Ça ne se fait pas tout seul ! Sans la prière, nous n'aurons rien, pas de réveil, rien ! Vous pourrez avoir les plus beaux messages du monde, vous pouvez vous réunir et aller dans le monde entier pour écouter tous les messages, il n'y aura pas de réveil s'il n'y a pas la prière. Les messages sont là pour stimuler, éclairer, donner de la lumière sur la Parole de Dieu, la faire comprendre, la faire pénétrer dans les cœurs. Ce sont des graines qui sont plantées, mais après, il faut prier sur ces paroles. Chaque fois que nous entendons un message, prions après. Est-ce que vous le faites à chaque fois en disant : « J'ai entendu quelque chose et maintenant je vais prier pour que ça se réalise dans ma vie. » Ce ne sont pas les paroles de Jésus (qui leur avait dit : dans quelques jours vous allez être baptisés) qui se sont automatiquement réalisées, mais c'est la prière sur la parole de Jésus qui a entraîné la manifestation de la promesse.

 

Moi je prie pour que Dieu me donne un message pour vous, et après je prie pour que ce message se réalise dans ma vie et dans la vôtre. Nous devons prier, prier, prier toujours plus. Nous ne prions pas assez ! La preuve, si nous priions comme nous devrions, les promesses de Jésus se manifesteraient plus vite. Nous ne serions pas arrêtés par tous ces blocages que nous avons dans nos vies et autour de nous. C'est un manque de prière uniquement, et je voudrais ce soir, non pas juger, mais vous exhorter à prier davantage parce que le Seigneur m'exhorte, moi (je vous l'ai déjà dit), à prier davantage. Il me dit : « Prie davantage, tu n'auras rien sans prière. Prie pour tes frères, pour ta femme, pour toi, prie, prie. Ne te contente pas d'écouter des messages ou de lire la Bible. » Il faut la lire, il faut écouter des messages, mais il faut prier avant tout, avant tout !

 

Ils ont prié et ils ont reçu. Que s'est-il passé ? Chapitre 2, verset premier : « Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup (la promesse de Jésus arrive au bout d'un certain temps. Que s'était-il passé pendant ces dix jours ? Ils n'ont pas vu ce qui se passait. Pourquoi dix jours d'ailleurs ? Dieu le sait, mais ils savaient que quelque chose devait se produire. Pendant dix jours ils n'ont rien vu du tout et soudain le dixième jour…) il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent impétueux qui remplit toute la maison où ils étaient assis ».

Le Saint-Esprit vient du ciel de Dieu et il commence à remplir non pas les gens qui étaient là mais la maison. Nos maisons peuvent être remplies aussi du Saint-Esprit. Ce n'est pas anti-biblique de le dire. Le Saint-Esprit a rempli toute la maison. Il y a des maisons qui sont remplies de mauvais esprits. Il y a des maisons qui sont remplies d'esprits de dispute, d'esprits de maladies, d'esprits de division. Il faut que Jésus remplisse notre maison, celle que nous habitons. Mais ça n'intéresse pas Jésus de remplir seulement nos maisons d'habitation, ça l'intéresse de remplir notre maison qui est notre corps. Comme il vient de son ciel, il commence premièrement par remplir la maison où ils étaient assis, puis…

« Des langues semblables à des langues de feu leur apparurent séparées les unes des autres et se posèrent sur chacun d'eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit et ils se mirent à parler en d'autres langues selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer. »

Laissons les langues de côté car dans notre propos ce qui est important, c'est qu'ils furent tous remplis. Est-ce qu'ils étaient remplis avant ? Non, ils n'étaient pas remplis. Est-ce qu'ils étaient remplis après ? Oui, ils furent remplis à ce moment précis. Le Saint-Esprit est entré dans la maison, ensuite il s'est posé sur chacun comme Jésus avait dit : "Vous recevrez le Saint-Esprit venant sur vous". Là ils ont vu une langue de feu. On n'est pas obligé de voir une langue de feu, mais c'était simplement pour leur montrer que Jésus était en train d'accomplir sa promesse. Il était en train de poser son Esprit sur chacun. Pas un seul n'a été mis de côté, pas un seul. Tous ceux qui étaient présents cherchaient de tout leur cœur la visitation d'en haut et tous ceux qui étaient là ont été visités par le Saint-Esprit, et ont tous été remplis. Alors la question que je te pose : "Est-ce que tu es rempli ? Est-ce qu'il y a encore des endroits qui ne sont pas remplis ? Est-ce qu'il y a encore des endroits que Jésus pourrait remplir ?" Et alors tu réponds : "Il y a quelque chose qui n'est pas encore rempli ici, en moi, peut-être mes pensées, peut-être mes sentiments, peut-être le fond de mes entrailles, là quelque part. Mais enfin je sens qu'il y a encore quelque part quelque chose qui peut être rempli. Seigneur, remplis-moi complètement".

 

C'est Dieu qui voit clair en nous car quelquefois nous ne voyons pas clair ou bien nous ne pouvons pas dire par nous-mêmes si nous sommes remplis ou pas, mais ça se voit. Si nous sommes remplis, ça va se voir parce que Jésus a dit : « C'est de l'abondance du cœur que la bouche parle. » C'est de l'abondance du cœur que nous allons agir. Un chrétien qui est rempli du Saint-Esprit, ça va se voir, ça va se sentir, ça va s'entendre dans ses paroles, ça va se voir dans ses gestes, dans ce qu'il fait, dans la consécration de sa vie. Et moi je suis de ceux qui pensent qu'on peut toujours dire au Seigneur : « Seigneur remplis-moi encore plus jusqu'à toute la plénitude de Dieu. » Jésus l'a promis, il nous a dit que nous pourrions être remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu. Il faut demander cette plénitude à Dieu dans la prière.

 

« … et ils se mirent à parler en d'autres langues… » C'est de cette manière que l'onction de l'Esprit s'est manifestée : par des langues nouvelles. Ils ne les avaient jamais apprises, mais tous ceux qui étaient dans la rue, des étrangers, eux les comprenaient. Et ils se sont mis à parler. C'est comme si toi qui n'as jamais parlé l'espagnol, tu commences à parler espagnol ; toi, tu te mets à parler en russe, en guarani du Paraguay ou en papou de Nouvelle-Calédonie, ou en langues des anges. Chacun s'est mis à parler dans une langue inconnue. Mais c'était un miracle du Saint-Esprit et ce miracle est toujours vécu aujourd'hui.

Il y en a qui disent : "Ça, c'était pour le jour de la Pentecôte mais maintenant c'est fini, on n'en parle plus". Est-ce qu'on a besoin aujourd'hui d'être rempli du Saint-Esprit quand on est chrétien ? Oui. Quand j'ai reçu cette visitation, le jour de mon baptême d'eau par immersion, le soir même, comme dans la Bible, j'ai reçu la puissance d'en haut qui est venue sur moi et j'ai commencé à parler dans une langue inconnue. Et je n'étais pas fou du tout. J'ai reçu la même chose qu'eux, je me suis mis à parler dans une langue inconnue et j'ai été visité par la puissance d'en haut qui est venue sur moi. Il ne faut pas dire que ces choses se sont produites il y a deux mille ans, et qu'à notre époque, elles sont révolues. Non, elles sont toujours d'actualité car elles sont pour nous !

 

Cela ne se produira pas toujours selon le même modèle, c'est-à-dire qu'on ne va pas toujours voir des langues de feu ou entendre un bruit qui remplit la maison, mais une chose doit toujours se produire : être rempli du Saint-Esprit avec cette capacité à parler en d'autres langues, capacité qui nous est donnée par le Saint-Esprit. C'est le signe, le signe de base qui permet de reconnaître si nous avons été remplis du Saint-Esprit. Je sais que c'est un sujet délicat, je ne veux pas créer de controverse, mais la Parole de Dieu est éternelle. Elle est pour tous les temps et le modèle de Jésus est le même pour aujourd'hui comme dans le temps passé. En tout cas ce qu'il y avait de changé dans leur vie, c'était qu'ils étaient remplis de la présence du Saint-Esprit. Leur vie en a été complètement bouleversée. Ils n'étaient plus du tout les mêmes. Tout de suite, ils sont sortis dans la rue en parlant dans des langues inconnues des merveilles de Dieu ! C'est écrit au verset 11 : « Comment les entendons-nous parler dans nos langues des merveilles de Dieu ? » Ils ne savaient même pas ce qu'ils disaient alors qu'ils étaient en train de parler des merveilles de Dieu dans des langues inconnues, et tous les étrangers qui étaient là les comprenaient par un miracle du Saint-Esprit. Ils étaient tous dans l'étonnement !

 

Puis Pierre commence à parler et voilà la différence : c'est ce Pierre qui était quelques jours avant dans la cour du souverain sacrificateur et qui par trois fois a renié le Seigneur parce qu'il avait peur d'être tué par les juifs. Ce même Pierre qui était un homme peureux, un Chrétien certes, mais un Chrétien peureux, un Chrétien qui n'était pas rempli du Saint-Esprit. Cependant quand il fut visité par le Saint-Esprit, il n'avait plus peur et il commença à parler avec la puissance de l'Esprit de Jésus ! Et il a délivré un message tout simple, lisez-le vous verrez, il est tout simple, mais il y avait toute la puissance du Saint-Esprit dans ce message.

 

Verset 37 : « Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur (le cœur, pas l'intelligence) vivement touché… » Vous voyez la puissance du Saint-Esprit ? C'était ça. Le message pourtant était simple puisqu'il ne parlait que de la mort et de la résurrection de Jésus. Il n'a même pas évoqué la Croix, il annonce la mort et la résurrection de Jésus et il dit que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus qu'ils ont crucifié. Cependant, ils eurent le cœur vivement touché : « et ils dirent à Pierre et aux autres : Hommes, frères que ferons-nous ? » Voilà, ils sont convaincus de péché. Alors seulement maintenant, Pierre leur dit (verset 38) : « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. » Trois mille se sont faits baptiser ce jour-là. Vous voyez la différence entre avant et après ? Avant ils étaient un tout petit troupeau craintif et après un seul discours, trois mille sont baptisés. Mais ce n'est pas tout.

 

Au verset 42 : « Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières. » Ils étaient remplis du Saint-Esprit, ils ne se sont pas dit : puisque maintenant nous sommes remplis du Saint-Esprit, nous n'avons plus besoin de prier, nous n'avons plus besoin de lire la Bible, nous n'avons plus besoin de la communion fraternelle et du pain et du vin. Nous avons reçu l'onction, nous avons l'onction sur nous, maintenant ça suffit, nous n'avons pas besoin du reste. Non ! Ils persévéraient dans tout le reste parce qu'ils pouvaient construire sur une base solide. Leur base solide était leur union avec Jésus-Christ par la conversion, ainsi que le fait qu'ils étaient consacrés au Seigneur. Les cent vingt qui étaient là ont passé dix jours à prier ensemble, ils en voulaient, ils étaient vraiment motivés ! Les autres sont restés dehors, ils n'ont pas reçu le baptême du Saint-Esprit. Il n'y avait que les cent vingt qui l'ont reçu, ceux qui priaient. C'étaient des gens consacrés qui voulaient tout donner à Jésus et tout faire pour recevoir ce que Jésus voulait leur donner.

 

 

Ils ont persévéré dans l'enseignement, dans la communion fraternelle, dans le pain et le vin. Est-ce que nous persévérons dans le pain et le vin ? Quand nous nous réunissons, nous le faisons le dimanche, mais nous pouvons le faire n'importe quel autre jour. La fraction du pain : c'est qu'ils se réunissaient pour partager le pain et le vin ensemble. C'est un des quatre piliers de la vie chrétienne. Après avoir été baptisés, quand nous nous sommes convertis à Jésus, il y a quatre choses que Dieu exige de nous (Actes 2:42) :

écouter l'enseignement des apôtres,

être dans la communion fraternelle entre nous,

partager ensemble le pain,

et prier ensemble.

 

Et ils persévéraient dans ces choses et en persévérant dans ces choses, ils sont restés dans cet esprit réveillé. Regardez ce qui se passe ensuite : « La crainte s'emparait de chacun, il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres » Tout d'abord par les apôtres, puis ensuite par d'autres, les diacres, Philippe et bien d'autres encore. Jésus leur avait dit : "Vous imposerez les mains aux malades et ils seront guéris".

« Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple (Ils étaient chaque jour tous ensemble, assidus au temple c'est-à-dire à la prière. Ils allaient prier au début au temple, mais après dans les maisons), ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de cœur, louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l'Église ceux qui étaient sauvés . » On ne pouvait pas dire qu'ils faisaient de l'évangélisation, comme on en fait aujourd'hui. Ils ne faisaient pas de campagne d'évangélisation, mais la présence du Saint-Esprit était tellement réelle qu'il suffisait qu'ils sortent quelque part pour parler à quelqu'un, et la puissance du Saint-Esprit touchait les cœurs et les gens voyaient ces Chrétiens vivre. Ces Chrétiens étaient dans l'amour, partageaient tout, se réunissaient ensemble, il n'y avait pas de division, pas de dispute parce qu'ils étaient remplis du Saint-Esprit. Ils étaient remplis ! On peut être un petit groupe de quelques-uns, et si on est rempli du Saint-Esprit, on va déplacer des montagnes.

 

Jésus, pendant toute la durée de son ministère, était seul avec quelques disciples qui n'étaient pas encore baptisés du Saint-Esprit, mais il était le seul à être vraiment rempli de l'Esprit. Et regardez ce qu'il a fait ! Regardez Paul, l'apôtre, quand il est parti évangéliser les contrées inconnues. Ils sont partis à deux ! Et à deux, ils ont gagné des régions entières au Seigneur parce qu'ils étaient remplis du Saint-Esprit.

 

Je lis un peu plus loin, au chapitre 4. Pierre et Jean venaient de faire un miracle de guérison d'un boiteux au temple et pour cette raison, on les arrête et on les menace. Chapitre 4 verset 8 : « Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit leur dit… » Vous voyez le fait d'être rempli du Saint-Esprit avait enlevé toute crainte. Et ce sanhédrin qui avait condamné à mort Jésus, ce sanhédrin était capable de condamner à mort Pierre aussi, mais ce dernier n'en a plus aucune crainte. Il leur parle en face, il leur dit leurs vérités, plus de crainte ! Et eux sont étonnés. Ils ont la bouche fermée. Pierre leur dit encore au verset 19 : « Jugez s'il est juste devant Dieu de vous obéir plutôt qu'à Dieu. Il vaut mieux obéir à Dieu qu'aux hommes. » Ils leur avaient interdit d'annoncer Jésus mais eux en parlent dans tout Jérusalem !

 

Verset 23 : «  Après avoir été relâchés, ils allèrent vers les leurs, et racontèrent tout ce que les principaux sacrificateurs et les anciens leur avaient dit. Lorsqu'ils l'eurent entendu, ils élevèrent à Dieu la voix tous ensemble, (ils ont prié tous ensemble à Dieu. Qu'ont-ils demandé ?) et dirent : Seigneur, toi qui as fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s'y trouve, c'est toi qui as dit par le Saint-Esprit, par la bouche de notre père, ton serviteur David: Pourquoi ce tumulte parmi les nations, Et ces vaines pensées parmi les peuples ? Les rois de la terre se sont soulevés, et les princes se sont ligués contre le Seigneur et contre son Oint. En effet, contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d'Israël, pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêté d'avance. Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d'annoncer ta parole avec une pleine assurance, en étendant ta main, pour qu'il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus. Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance. » La première fois, il y eut le bruit qui a rempli la maison avec des langues de feu. Cette fois, le Saint-Esprit a fait trembler toute la maison et ils furent tous... remplis du Saint-Esprit. A nouveau ! Ils l'avaient été quelques jours avant et à nouveau ici ils sont remplis. Vous voyez qu'il faut être en permanence rempli. Quand on est fatigué spirituellement, la présence du Saint-Esprit peut diminuer en nous, quand on a des soucis, des combats, etc... Il faut constamment nous renouveler dans la prière en disant : "Seigneur, remplis-moi à nouveau. Je sens que je me vide, mes forces diminuent. Remplis-moi."

 

Je reviens au chapitre 2, quand Pierre fait son discours dont je vous ai parlé tout à l'heure, au milieu des gens qui étaient là. Regardez ce qu'il dit dans Actes 2 verset 17. Il cite le prophète Joël : « Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions et vos vieillards auront des songes. (il y en a pour tout le monde) Oui sur mes serviteurs et sur mes servantes, dans ces jours-là, je répandrai de mon Esprit et ils prophétiseront. Je ferai paraître des prodiges en haut dans le ciel et des miracles en bas sur la terre. » Le Seigneur veut nous faire comprendre ceci : quand il répand son Saint-Esprit, il se produit toujours des prodiges et des miracles. Le premier des prodiges et des miracles, c'est la conversion des pécheurs. Mais il y a aussi toutes sortes de miracles, de guérisons, de délivrances, comme quand Jésus allait prêcher dans les synagogues : il prêchait la Parole et les démoniaques étaient délivrés, simplement parce que l'onction du Saint-Esprit était présente. Et les malades qui s'approchaient de Jésus étaient tous guéris, tous ceux qui lui demandaient la guérison étaient guéris.

 

Jésus dit par la bouche de Pierre que dans les derniers jours (nous sommes dans les derniers jours, les derniers jours ont commencé le jour de la Pentecôte et les derniers jours se terminent maintenant), il répandra de son Esprit sur toute chair. Mais attention, ça va se faire comme au début en réponse à la prière d'un peuple qui prie sur la promesse du Seigneur. Ça ne se fera pas automatiquement. Ça ne s'est pas fait automatiquement au début, ça ne se fera pas automatiquement dans la fin. Nous devons donc être conscients de la promesse du Seigneur qui jusqu'à la fin des derniers jours veut répandre son Saint-Esprit avec abondance car il sait que nous sommes près de la fin.

 

Il y a des milliards d'êtres humains qui ne sont pas sauvés, il y a des dizaines de millions de Chrétiens de nom, de façade, sans aucune réalité dans leur cœur, et il y a des millions de Chrétiens qui sont sauvés mais qui sont endormis ou qui ne sont pas sanctifiés. Jésus est à la porte et il va bientôt venir. Croyez-vous que Dieu ne veut pas dans ces derniers temps visiter d'une manière spéciale tous ceux qui crient à lui dans la prière en ces termes : "Seigneur, remplis-moi de ton Esprit !" Il va le faire si nous prions avec foi. Il ne s'agit pas seulement de prier, mais de prier avec foi, en disant : "Seigneur, si je prie, c'est que je sais que Tu vas répondre. Si je Te prie d'enlever ces rhumatismes, ou toute autre maladie, c'est que je sais que Tu vas répondre. Et je vais continuer à prier jusqu'à ce que je le vois, parce que Tu t'es chargé de nos maladies sur la Croix, et que par tes meurtrissures nous sommes guéris. Continue de prier, mais la plus grande et la plus belle des prières aux oreilles du Seigneur, c'est : "Seigneur, remplis-moi de Ton Saint-Esprit !" Le reste viendra avec !

 

Nous devons prier avec foi et persévérance : "Seigneur visite-nous d'en haut comme au début. Tu as dit que dans les derniers temps, tu répandrais de ton Esprit sur toute chair. Nous prions pour te demander de nous remplir, de déverser ton Esprit sur nous, qu'il nous recouvre, et de nous remplir à déborder de ta présence dans le but que tu nous utilises pour le salut des âmes, pour la guérison des malades. Qu'il y ait encore des prodiges et des miracles qui feront réfléchir les gens et qu'ainsi ils puissent se convertir au Seigneur Jésus, dans les derniers temps." Mais il faut que nous, Eglise du Seigneur, nous soyons pleinement réveillés et pleinement remplis du Saint-Esprit.

 

Je fais un appel à la prière. D'abord à la prière de chacun d'entre nous devant le Seigneur, puis à la prière collective. C'est un mauvais signe quand les Chrétiens ne fréquentent plus les réunions de prière, un très mauvais signe ! Ce sont les premières qu'il faudrait fréquenter avant même les réunions d'enseignement de la Parole. Les réunions de prière sont les réunions qui devraient être les plus fréquentées, et je fais une exhortation et un appel à tous les Chrétiens : Réunissez-vous davantage pour prier afin que le Saint-Esprit descende sur vous là où vous êtes, pour qu'il y ait un réveil au milieu de vous, dans votre village, dans votre quartier, et pour que les mêmes choses qu'au début se déroulent et que trois mille personnes viennent à la conversion en un seul jour.

 

 

Si je regarde un peu plus loin, dans Actes 5, au verset 12, je lis : « Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres. Ils se tenaient tous ensemble (combien de fois l'expression « tous ensemble » revient-elle ? Il n'y en avait pas un qui manquait pour quelque raison que ce soit) au portique de Salomon et aucun des autres n'osait se joindre à eux mais le peuple le louait hautement. Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes s'augmentait de plus en plus (pourquoi faut-il que nous soyons remplis du Saint-Esprit ? Pour que le nombre des croyants s'augmente de plus en plus), en sorte qu'on apportait les malades dans les rues et qu'on les plaçait sur des lits et des couchettes afin que lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrit quelqu'un d'eux. La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem (vous imaginez cette multitude qui accourait ? Cela signifie qu'il y avait des milliers de gens qui couraient pour venir à Jérusalem, sans radio, ni affichettes, ni télévision, ni publicité, ni rien. Tout par la puissance du Saint-Esprit !), amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs, et tous étaient guéris. » De la même manière que Dieu l'a fait par Jésus, Dieu, dans sa bonté, voulait manifester sa grâce et sa puissance par des guérisons à travers ses apôtres.

 

Au début de la vie de l'Eglise, parce qu'elle était pleine du Saint-Esprit, ils annonçaient la Parole avec assurance parce que leur vie était consacrée. Ils étaient consacrés à la prière, à la communion fraternelle, ils étaient consacrés à l'enseignement, au pain et au vin, ils étaient remplis du Saint-Esprit et ils se remplissaient du Saint-Esprit. Ils demandaient à Dieu de les remplir en permanence et en raison de ces prières fondamentales, Dieu pouvait se servir d'eux avec puissance pour des conversions, des guérisons et des miracles. Des milliers étaient convertis et tous les malades étaient guéris ; tous sans une seule exception. Les exceptions, c'est nous qui les faisons par notre incrédulité, nous les Chrétiens des derniers temps. L'Eglise d'aujourd'hui est complètement incrédule, bien-aimés. L'Eglise visible ! Maintenant, c'est la médecine, ce sont les chirurgiens, c'est tout ça, mais... Moi je ne suis pas contre, je ne vais pas critiquer les médecins et la médecine, je ne vais pas leur taper dessus en leur disant : C'est mal ce que vous faites. Mais je dis aux Chrétiens : Il y a mieux que ça pour vous, parce que Jésus est le grand médecin qui soigne et qui guérit gratuitement et parfaitement comme il le faisait quand il était sur terre. Aujourd'hui encore, il veut le réaliser pour nous. Si nous nous confions en lui, il va le faire. Si nous lui faisons confiance, il va le faire. Il va renouveler la foi en nous, la foi du début.

 

Tant que l'Eglise a été remplie du Saint-Esprit, elle a été un instrument puissant. Quelques dizaines d'années plus tard, très vite, ils ont commencé à entrer dans des systèmes humains organisés et il n'est resté que la carcasse extérieure. Le Saint-Esprit, lui, était parti. A la mort des apôtres, il ne restait plus grand chose de ces manifestations glorieuses que nous venons de lire. Il y a toujours eu une Eglise fidèle qui est restée remplie du Saint-Esprit, mais ce n'est qu'un petit nombre, et je voudrais que tous les Chrétiens fassent partie de ce petit nombre. C'est le désir du Seigneur. Mais si le Seigneur n'arrive pas à trouver un grand nombre, il arrivera à trouver quelques-uns qui cherchent avec persévérance à être remplis de son Esprit, qui ne se découragent pas et qui continuent à prier. Faisons-le pour que la gloire de Dieu se manifeste au milieu de nous. La gloire de Dieu, pas notre gloire ! La gloire du Seigneur par des conversions. Prions pour être remplis du Saint-Esprit. Prions pour que le Saint-Esprit remplisse tous nos frères et toutes nos sœurs autour de nous et que la gloire de Dieu se manifeste comme au début. Prions davantage ensemble dans ce sens. Alléluia .

 

Prions : « Seigneur mon Père, je sais que tu es toujours le même. Mon cœur est désireux de voir ta gloire se manifester dans ma vie et dans la vie de tes enfants, et dans ce monde qui a besoin d'une eau fraîche, qui en a assez des religions et des déformations de ta Parole. Ce monde est malade, Seigneur, et je te prie que tu nous visites par ton Esprit, que tu nous remplisses, que tu mettes sur nos cœurs le désir de prier seuls ou ensemble afin d'être visités d'en haut, qu'un réveil éclate au milieu de nous, que nous soyons remplis de toi. Seigneur, aide-nous. Mets dans nos cœurs un esprit de prière ardente et persévérante, pour que nous puissions voir ta gloire se manifester avant le retour de Jésus. Fais-le, mon Père, fais-le, je t'en supplie, au nom de Jésus. Renouvelle-nous dans cet esprit de prière, donne-le nous en abondance, Seigneur, avec la foi d'en haut, avec les choses qui viennent d'en haut, d'auprès de toi, ta Parole sainte et ta nature. Seigneur, remplis-nous, renouvelle-nous ce soir. Je te prie que ce soir, tu nous renouvelles chacun, que nous partions d'ici renouvelés et désireux de recevoir davantage de toi pour te glorifier. Au nom de Jésus-Christ, je te demande ces choses, mon Père et je te remercie de nous les donner. Amen ! »