C103  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 18/12/2001


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Coupe les ponts de ton ancienne vie

Dieu veut que tu décides de couper tous les ponts de ton ancienne vie, que tu t'engages à fond pour Lui, que tu persévères jusqu'au bout, afin d'échapper à sa colère, qui sera sans pitié au jour du jugement.



Dans la Bible, dans le Nouveau Testament, dans l'épître aux Romains, au chapitre premier, et au verset 5, Paul explique des choses valables pour tout le monde, païens et chrétiens.

Il nous dit : « par Jésus-Christ notre Seigneur, nous avons reçu la grâce de l'apostolat, pour amener, en son nom à l'obéissance de la foi tous les païens, parmi lesquels vous êtes aussi, vous qui avez été appelés par Jésus-Christ ».

Rome était la ville la plus païenne du monde de l'époque. C'était une ville épouvantable, une ville remplie de péchés. Paul s'adresse à des personnes que Dieu avait fait sortir de ce monde de péchés pour entrer dans son royaume. Il leur dit qu'il a été appelé apôtre pour une seule chose : pour amener, au nom de Jésus tous les païens à l'obéissance de la foi. Ce n'est pas une petite mission d'amener au nom de Jésus tous les païens à l'obéissance de la foi. Pourquoi les païens ont-ils besoin d'être amenés à l'obéissance ? Y-a-t-il des païens ou d'anciens païens parmi nous ce soir ? Nous sommes tous nés dans le péché à cause de la faute d'Adam. Nous avons hérité du péché. Nous sommes tous païens de naissance. Qu'est-ce qu'un païen ? La meilleure définition que Paul donne : c'est quelqu'un qui n'obéit pas au Seigneur. Vous voyez qu'il y a des personnes qui se disent chrétiennes mais qui sont encore en plein paganisme, puisque la définition du païen, c'est celui qui n'obéit pas au Seigneur. Paul a été envoyé comme apôtre pour appeler tous les païens à l'obéissance.

 

Paul dit au verset 16 : « Je n'ai pas honte de l'Evangile de Christ ». Rappelez-vous qu'à cette époque, c'était quelque chose d'être chrétien. On clouait les chrétiens sur une croix, on les brûlait, on les persécutait. Celui qui se proclamait chrétien savait ce qu'il risquait, son engagement était réel. Et aujourd'hui aussi, quand nous sommes vraiment engagés à être chrétien à cent pour cent, cela nous coûte très cher. Cela nous coûte tout. Paul dit ceci : « Je n'ai pas honte de l'Evangile de Christ. C'est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit ». Une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit. Au verset 18, il dit ceci : « La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes ». La colère de Dieu ! J'ai été étonné de voir que dans l'épître aux Romains, il est fait mention plusieurs fois de la colère de Dieu qui repose sur ceux qui désobéissent au Seigneur. Si l'apôtre Paul parle de la colère de Dieu, c'est que cette colère existe. Nous savons que Dieu est un Dieu d'amour, mais Il a la particularité d'être à la fois plein d'amour pour ceux qui ouvrent leur cœur et rempli de sa colère divine, de son jugement, pour ceux qui lui ferment leur cœur. Les deux attributs existent en même temps. Pour nous, il est difficile d'être à la fois dans l'amour et dans la colère. Mais à Dieu, c'est possible parce que c'est une colère divine. Ce n'est pas notre colère humaine, c'est la colère de Dieu contre l'injustice et l'impiété. Paul le dit : « La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété ». Qu'est-ce qu'une impiété ? Encore une fois, c'est une désobéissance à la loi de Dieu. Nous pouvons désobéir à Dieu parce que nous ne connaissons pas la loi de Dieu. Nous pouvons aussi désobéir à Dieu parce que bien que connaissant la loi de Dieu, nous ne voulons pas y obéir. Dans les deux cas, même si le jugement de Dieu est différent, la colère de Dieu demeure sur nous. Le Seigneur ne désire pas que sa colère tombe sur les pécheurs. Il ne désire pas la mort du pécheur. Cela veut dire que la mort du pécheur viendra par la colère de Dieu sur celui qui résiste au Seigneur, mais Dieu ne veut pas que sa colère tombe sur le pécheur.

 

Pourquoi la colère de Dieu demeure-t-elle sur le monde entier qui ne connaît pas son Fils Jésus ? Parce que le monde entier est sous la puissance du péché, qui est la désobéissance à Dieu. Le péché, c'est la désobéissance à la Parole de Dieu. Le monde entier qui ne connaît pas le Seigneur est dans la désobéissance, dans le péché. Il est donc sous la colère et sous le jugement de Dieu ; sous la malédiction de Dieu. Pourquoi Dieu annonce-t-Il sa colère et sa malédiction sur les pécheurs ? Ecoutez bien cela, c'est important. L'Evangile est quelque chose de spirituellement rationnel. Cela veut dire que l'Evangile a été conçu par Dieu pour être compris par des hommes qui ne connaissent pas Dieu. Sinon, personne ne pourrait être sauvé. L'Evangile de Dieu est parfaitement rationnel pour l'homme qui ne connaît pas Dieu. C'est-à-dire que l'homme reçoit le message et peut comprendre ce message. Il a été fait pour comprendre ce message. Si Dieu nous rend responsables, c'est qu'Il nous a créés libres de choisir entre le bien et le mal, entre Lui et Satan. Nous savons dans notre cœur que nous sommes libres. Nous ne sommes pas libres forcément de supporter toutes les conséquences de notre péché, puisque nous ne les connaissons pas toutes à l'avance. Mais nous sommes libres de choisir de pécher, ou de marcher avec Dieu. C'est la raison pour laquelle la colère de Dieu demeure sur le pécheur. Parce que Dieu l'a fait libre de se tourner vers Lui ou pas.

 

Paul dit dans Romains 1, au verset 19 : « Car ce qu'on peut connaître de Dieu est manifeste pour les hommes, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance et sa divinité se voient comme à l'œil depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages ». Cela veut dire que Dieu a créé les hommes avec des yeux pour voir, des oreilles pour entendre. Ces hommes, qui ne connaissent pas Dieu, regardent le monde, la création, ces choses merveilleuses qui sont dans le monde qui nous entoure, ces lois magnifiques, merveilleuses de l'univers. Dieu a fait ces lois magnifiques pour que n'importe quel pécheur puisse regarder cette création et se dire immédiatement : « Ce n'est pas le fruit du hasard, le chaos du hasard. Il y a un ordre magnifique ». N'importe quel païen, en voyant l'univers, en voyant le ciel et les étoiles, la terre et tout ce qu'elle renferme, peut dire dans son cœur : « Il y a quelqu'un d'invisible qui a créé tout cela. Ce n'est pas possible autrement. Puisqu'il y a quelqu'un qui a créé tout cela, je vais essayer de chercher à le connaître, du fond du péché où je suis maintenant ». Quand l'homme a déjà cette attitude-là, le cœur s'ouvre à l'action de l'Esprit de Dieu. Dieu par son Esprit, va se révéler et va montrer à cet homme comment trouver ce Dieu qu'il commence à chercher. Parce qu'en fait, c'est Dieu qui nous cherche, c'est Dieu qui met ce sentiment dans notre cœur.

 

Il dit à la fin du verset 20 : « Les hommes sont donc inexcusables ». Que nous soyons païens ou chrétiens, nous n'avons aucune excuse si nous continuons à persévérer dans le péché ou dans une forme ou une autre de péché. Nous n'avons aucune excuse. Il ne faut pas essayer de caresser les pécheurs dans le sens du poil, en leur disant : « Pauvre petit, tu es né comme ça, tu n'y peux rien. C'est la faute de ton grand-père, c'est la faute de ton père, c'est ton hérédité, c'est la faute d'Adam, c'est la faute du diable ». Nous n'avons pas le droit de dire cela à des hommes et des femmes qui sont nés dans le péché mais qui ont la possibilité d'en sortir par la grâce de Dieu. Nous devons leur dire, (Dieu me l'a dit, à moi) : « Tu es inexcusable, parce que tu es un être libre et tu as choisi volontairement de résister à Dieu, en désobéissant à sa loi. Tu sais que Dieu existe, tu sais que la loi de Dieu est bonne et parfaite, tu sais que tu es un pécheur ».

Moi-même qui vous parle, je savais que j'étais un pécheur avant de me convertir, mais il y avait une chose dont je n'avais pas conscience, c'était la gravité de ma culpabilité devant Dieu. Je ne connaissais pas la gravité des conséquences de mon péché pour la vie éternelle ou la mort éternelle. Je savais que j'étais un pécheur, mais j'étais aveuglé sur les conséquences de mon péché. Si j'avais ouvert les yeux aux conséquences de mon péché, je me serais précipité plus tôt dans les bras du Seigneur Jésus. Mais j'étais insouciant, je me plaisais dans mon péché et je n'obéissais qu'aux convoitises de ma chair.

Nous sommes tous faits dans le même moule. C'est pour cela que nous sommes inexcusables. Nous sommes libres et nous avons choisi volontairement de désobéir à Dieu. Nous avons choisi de nous opposer volontairement à Lui, en Lui disant : « Je sais que Tu existes mais je ne veux pas de Toi. Je me rebelle contre Toi, je n'accepte pas ton Evangile, je n'accepte pas ton salut. Je préfère mon péché et le plaisir de mon péché ». Voilà ce qu'il y a dans le cœur de tous les hommes, bien-aimés. C'était dans mon cœur ; je sais très bien comment cela se passe et nous le savons tous.

 

Dans Romains 1, au verset 21, il est écrit : « Puisque,ayant connu Dieu (par ses œuvres), ils ne l'ont pas glorifié comme Dieu et ne lui ont pas rendu grâce ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres ». J'aime ces paroles fortes. Voilà l'Evangile de Jésus-Christ. Je refuse cet évangile à l'eau de rose que l'on entend prêcher partout : « Jésus est un peu comme votre meilleur copain, il vous veut du bien, venez à lui. Et ensuite allez-y, vous êtes sous la grâce de Dieu, faites ce que vous voulez, éclatez-vous ! ». Ce n'est pas cela l'Evangile de Jésus. Nous avons affaire à un Dieu qui est un feu dévorant ; un Dieu terrible que nous devons craindre de la crainte de Dieu. Au jour du Seigneur, le jour du jugement, il n'y aura aucune compassion, aucune pitié, aucune miséricorde pour ceux qui ont refusé la seule porte de salut que Dieu donnait en Jésus-Christ. N'espérez pas avoir un Dieu papa gâteau ou père Noël qui, au jour du jugement passera la main en disant : « Bon, je sais que tu étais un pauvre malheureux, alors je viens à ton secours. Entre quand même au ciel, il y a de la place pour tout le monde ». Il y a de la place pour tout le monde à condition de passer par la porte étroite. Sinon, tu n'entreras pas. Que tu te dises païen, ou chrétien, si tu persévères dans ton péché, tu n'entreras pas.

 

Verset 22 : « Se vantant d'être sages, ils sont devenus fous ». Paul dit au verset 24 : « C'est pourquoi Dieu les a livrés à l'impureté selon les convoitises de leurs cœurs, de sorte qu'ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps ». Ils détruisent leur corps par toutes sortes de péchés. Ils le détruisent par l'alcool, par la drogue, par le tabac, et avant tout par la gangrène du péché. Il est dit, au verset 26 : « Dieu les a livrés à des passions infâmes ». Vous vous rendez compte, un Dieu d'amour ? Dieu les livre. Cela veut dire que Dieu dit : « Tu le veux ? Vas-y. Si c'est ce que tu veux, tu l'auras ». Mais le Seigneur dit : « Ce n'est pas ce que Moi, je veux. Je veux autre chose pour ta vie. Mais si toi tu as décidé cela, vas-y ». Cela veut dire que quand nous péchons, nous sommes volontairement ennemis de Dieu. Si tu te fais ennemi de Dieu en refusant qu'Il soit le Seigneur de ta vie, tu périras dans ton péché parce que le temps de la grâce viendra à son terme quand Dieu le décidera de sa propre autorité. Quand la porte de la grâce est fermée, c'est terminé pour l'éternité.

 

Un peu plus loin, au verset 28, nous lisons : « Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu », là je parle aussi aux chrétiens qui m'entendent. Il y a beaucoup de chrétiens qui font une expérience superficielle de conversion et qui ne se soucient absolument pas de connaître Dieu par la suite. « Ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu. Dieu les a livrés à leurs sens réprouvés pour commettre des choses indignes ». Regardez la liste et voyez si vous ne reconnaissez pas ce que vous pratiquiez avant de connaître le Seigneur (si vous Lui appartenez). En tout cas, moi, je pratiquais ces choses. Je le confesse à ma honte maintenant, mais je confesse à la gloire de Jésus-Christ qui m'en a sorti. Pourquoi Dieu m'en a sorti ? Parce que je l'ai voulu ; uniquement parce que je l'ai voulu. Cela vous paraît peut-être bizarre de l'entendre. « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés ». Donc qu'est-ce qui empêche que tous les hommes soient sauvés ? C'est la volonté des hommes. Dieu veut que tous les hommes soient sauvés. Si tous les hommes voulaient être sauvés, tous seraient sauvés. Mais ceux qui ne veulent pas ne seront pas sauvés. Qu'est-ce qui a fait la différence ? C'est quand j'ai décidé de donner ma vie à Jésus de tout mon cœur. Là tout a changé, la volonté de Dieu a pu s'accomplir dans ma vie.

 

« Mais ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu. Dieu les a livrés à leurs sens réprouvés pour commettre des choses indignes, étant remplis de toute espèce d'injustice, d'impureté, de méchanceté, de cupidité, de malice ; pleins d'envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité, rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d'intelligence, de loyauté, d'affection naturelle, implacables, sans miséricorde ». Reconnaissez-vous certaines des choses dans lesquelles vous étiez avant ? Quand vous regardez autour de vous dans ce monde pourri par le péché, ne reconnaissez-vous pas ce qui se pratique aujourd'hui dans la vie de ceux qui ne connaissent pas Jésus, qui n'ont pas été changés par sa grâce ?

 

« Et, bien qu'ils connaissent le jugement de Dieu ». Tous ceux qui pratiquent ces choses savent très bien qu'il y a un jugement. Un jour, il y a des années, j'écoutais André Malraux à la télévision. Il y a peut-être vingt ans. André Malraux était un athée parfait. Il se vantait d'être athée. C'était un grand intellectuel, un magnifique intellectuel humain, un grand cerveau. Je l'ai entendu quelques semaines ou quelques mois avant sa mort, à la télévision. Il était rempli de tics, affreux à voir. Entre deux tics, il disait devant des millions de téléspectateurs : « Je suis athée, je ne crois pas en Dieu. Mais je dois vous avouer qu'il y a une chose que je n'ai jamais réussi à enlever de mon cœur, c'est la pensée qu'il y avait un jugement après la mort ». Il repoussait évidemment cette idée, mais il l'avait constamment dans son cœur. Où est-il maintenant ? S'il n'a pas demandé pardon à Jésus avant de mourir, il est en enfer. Il savait qu'il y avait un jugement parce que Dieu lui avait mis cette pensée dans le cœur. Nous savons dans notre coeur qu'il y a un moment où nous devrons rendre compte devant le tribunal de Dieu. « Après la mort vient le jugement ». Ce jugement est définitif. Nous, les hommes, nous avons des cours d'appel, des cours de cassation etc. Dans le tribunal de Dieu, il n'y a rien de tout cela. Dieu est souverain. Il regarde notre vie, tout est à nu et à découvert devant ses yeux. Depuis le moment de notre conception jusqu'au moment de la mort, Dieu a tout sous ses yeux, le dossier est ouvert et la sentence tombe. « Tu es condamné pour l'éternité à l'enfer éternel ». Pouvez-vous imaginer lorsqu'une oreille humaine entend cela devant le tribunal de Dieu ? Il sait qu'il n'y a pas d'appel et qu'un ange de Dieu le prend et le donne aux démons qui l'entraînent dans l'enfer pour l'éternité ?

 

Cela veut dire que ton péché te rend coupable devant Dieu et tu le sais. Pour Dieu, il n'y a qu'une seule condamnation, une seule, écoutez bien : c'est la mort. Quand Adam et Eve ont péché, Dieu avait dit : « Le jour où tu mangeras de ce fruit défendu, tu mourras ». Ils sont morts neuf cents ans après. Le jour où ils en ont mangé, leur esprit est mort et cela a entraîné la mort physique. Il n'y a qu'une seule conséquence du péché, c'est la mort éternelle. C'est cela la justice de Dieu. Pour nous humains, cela nous semble impensable. Nous nous disons : « Mais c'est injuste, comment est-ce possible ? »

Dieu n'est pas comme nous. Sur cette terre, une petite amende pour ci, une grosse amende pour ça, une condamnation avec sursis, deux ans de prison, dix ans, tu t'en sors… Ce n'est pas comme cela avec le Seigneur. Avec le Seigneur, un seul péché et c'est la mort éternelle pour toujours. Dieu a enfermé tous les hommes dans le péché pour leur faire grâce à tous. Pour que les hommes s'humilient devant Dieu et se reconnaissent pécheurs. Pour qu'ils n'arrivent pas devant Dieu en disant : « Finalement, ce n'était pas si grave, Seigneur. J'ai quand même mené une vie à peu près correcte. Tu n'as pas le droit de m'envoyer en enfer pour l'éternité. Je n'ai pas commis de meurtres, je n'ai pas volé des grosses sommes, juste des petites ». C'est comme cela que nous raisonnerions, nous. Mais Dieu te dit : un seul péché devant un Dieu saint parfaitement pur et saint conduit à la mort. Tu crois que Dieu peut admettre dans son ciel de gloire, pour l'éternité, un homme avec un seul péché ? Pensez-vous que Dieu va admettre dans son ciel pur et sans tache un homme avec un seul péché ? Impossible ! Le ciel serait rempli de pécheurs puisque nous avons tous péché. Il n'y aurait que des pécheurs et des péchés. L'atmosphère serait horrible. Nous retrouverions dans le ciel de Dieu ce que nous vivons maintenant : l'enfer sur la terre, les haines, les disputes, les animosités. « Ah, tu es plus près du trône que moi, ça ne va pas. Moi, j'ai ceci, j'ai ce bout de table et pas toi ». Ce serait épouvantable. Dieu ne veut pas de cela. Il a un ciel d'une parfaite sainteté. Il faut que celui qui y entre soit entièrement pur de tout péché. Il faut que tu comprennes bien que ton état de péché et de pécheur t'entraîne à une condamnation éternelle, pour toujours en enfer, tant que tu vas persévérer dans ta décision volontaire de rester dans le péché.

 

Je lis dans Romains 3, et au verset 9 : « Sommes-nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous (tous !cela veut dire sans une seule exception), juifs et grecs sont sous l'empire du péché ». Un empire, c'est quelque chose qui te tient ; l'emprise totale du péché. « Selon ce qui est écrit, il n'y a point de juste, pas même un seul. Nul n'est intelligent, nul ne cherche Dieu. Tous sont égarés, tous sont pervertis » ; volontairement pervertis, j'insiste là-dessus. Parce que tu ne vas pas me faire croire que le pécheur n'est pas conscient de ce qu'il fait. C'est volontairement qu'il fait ce qu'il fait. « Et il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul ». Au verset 17 : « Ils ne connaissent pas le chemin de la paix, la crainte de Dieu n'est pas devant leurs yeux ».

 

Dans Romains 6, au verset 23, il est écrit ceci : « Car le salaire du péché, c'est la mort ». Il faut bien comprendre que le salaire (la conséquence du péché), est unique, c'est la mort éternelle. Cela veut dire que Dieu est obligé de punir le péché. Il ne passe pas l'éponge en disant : « Je suis un Dieu bon, je passe l'éponge et on n'en parle plus ». Dieu ne serait pas juste. Puisque le salaire du péché, c'est la mort, Dieu est obligé de punir le péché par la mort. Sinon Dieu ne serait pas juste. Comprends-tu bien cela ? Nous le comprenons puisque dans la loi des hommes, c'est la même chose. Si une loi s'applique, la condamnation qui en découle doit s'appliquer à la personne qui a enfreint cette loi. Dieu est un juge parfait. Devant la loi de Dieu, devant le trône et le tribunal de Dieu, le péché sera toujours puni par la mort. Je veux dire que Dieu ne pardonnera jamais à la légère un péché qui a été commis devant Lui. Il y a des personnes qui croient que Dieu est trop bon pour envoyer un seul homme en enfer. Je vous dis que vous vous trompez, si vous croyez cela, car Dieu est obligé de punir le pécheur par la mort. C'est la conséquence de la justice parfaite de Dieu. Dieu n'avait pas conçu cela au départ. L'enfer a été créé pour les anges rebelles qui se sont rebellés bien avant les hommes. Dieu n'avait pas conçu l'enfer pour l'homme. Lorsque l'homme a été créé et qu'il s'est rebellé à son tour, Dieu a été obligé de punir le péché et la rébellion de l'homme en l'envoyant aussi dans cet enfer qui avait été conçu pour les anges rebelles. C'est le lieu d'aboutissement de tous les rebelles, de tous ceux qui résistent à Dieu pour faire leur volonté personnelle, propre.

 

Il y a un terrible jugement qui vient, la colère de Dieu qui vient sur tous les pécheurs. Je voudrais augmenter la crainte de Dieu dans vos cœurs, bien-aimés chrétiens. Je parle aux chrétiens. Je voudrais augmenter la crainte de Dieu dans vos cœurs, la vraie crainte de l'Eternel. Les chrétiens ne craignent pas assez l'Eternel dans le bon sens du terme. Vous voyez ce que je veux dire ? C'est-à-dire craindre de s'opposer à la volonté de Dieu en Lui résistant. Peux-tu imaginer être chrétien et n'avoir aucune crainte de t'opposer à Dieu, de Lui résister sous prétexte que tu es sous la grâce ? J'ai entendu des chrétiens dire des choses abominables : « Nous sommes sous la grâce. Maintenant, à la limite, je peux pécher. Je vais toujours pouvoir confesser mon péché et puis je serai pardonné parce que Dieu est bon ». C'est une doctrine de démons qui amène les gens en enfer.

 

L'apôtre Jean, qui est l'apôtre de l'amour, dit ceci dans 1 Jean 3, au verset 8 : « Celui qui pèche est du diable ». Nous étions tous du diable. Nous sommes tous des enfants du diable au départ, bien qu'étant créés par Dieu. « Celui qui pèche est du diable car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable ». Les œuvres du diable sont le péché, la maladie, la mort et toutes ses conséquences. Ecoutez la suite : « Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché. Parce que la semence de Dieu ( la Parole de Dieu, la vie de Dieu ) demeure en lui ».

Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché ! Si tu te dis chrétien et que tu pratiques volontairement une forme ou une autre de péché, tu n'es pas né de nouveau. Tu es encore perdu dans tes péchés. Tu ne sais pas ce que c'est que la repentance. Je veux dire : si tu pratiques consciemment une forme de péché. Je ne parle pas d'une chute involontaire due à notre faiblesse, que nous devons immédiatement confesser pour avoir le pardon. Je parle de la pratique régulière d'un péché en sachant que c'est un péché.

Ah oui, on va le confesser le samedi soir en disant  : « Seigneur, pardonne, j'ai encore péché ». Et au culte du dimanche matin, on va prendre la cène tranquillement. Et puis le lundi on recommence à pécher, et le mardi aussi. Samedi, on va encore le confesser pour être tranquille dimanche. On recommence à pécher lundi, et on recommence mardi.

Tu n'es pas né de nouveau si tu fais cela. Je ne peux pas être plus clair. Parce que la Parole de Dieu dit : « Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché parce qu'il est né de Dieu. Et il ne peut pécher (au sens de pécher régulièrement et volontairement), il ne peut pécher parce qu'il est né de Dieu ».

 

Je lis la suite, dans 1 Jean 3, au verset 10 : « C'est par là (c'est-à-dire la pratique régulière du péché), que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable ». C'est facile à reconnaître dans ma vie personnelle. Est-ce que je pratique le péché de manière volontaire, consciente et régulière, tout en demandant pardon à Dieu de temps en temps pour calmer ma conscience (qui n'arrive d'ailleurs pas à être calmée) ? Si je fais cela, non, je ne suis pas enfant de Dieu parce que si j'étais enfant de Dieu, je ne pratiquerais pas le péché. Je peux chuter involontairement, mais l'Esprit de Dieu me le montre aussitôt et je le confesse à mon Père pour être pardonné par le sang de Jésus qui me lave.

 

« Quiconque ne pratique pas la justice n'est pas de Dieu ». C'est clair, cela ne peut pas être plus clair. « Quiconque ne pratique pas ce qui est juste, n'est pas de Dieu, pas plus que celui qui n'aime pas son frère ». Conserves-tu de la haine envers une personne ? Tu n'es pas de Dieu. Tu as besoin de te convertir.

 

Au verset 14, il dit : « Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie parce que nous aimons les frères », y compris les plus insupportables parce que l'amour supporte tout. Mais l'amour dit les choses fermement en face. Si ton frère a péché, reprends-le avec amour, mais reprends-le fermement et tu gagneras ton frère. « Celui qui n'aime pas son frère demeure dans la mort. Quiconque hait son frère est un meurtrier (écoutez bien) et vous savez qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui ». Je me demande encore comment en lisant des phrases si claires, les chrétiens peuvent être encore séduits. Mais Dieu n'est pas séduit. Dieu voit le fond de ton cœur. Il voit le fond de ton cœur. Il voit ce que tu penses dans ton cœur. Il voit si tu as encore de la haine contre quelqu'un. Il voit si tu gardes encore l'iniquité et le péché dans ton cœur et Il est en train de te parler pour que tu te convertisses réellement.

 

Alors que faut-il faire pour sortir de cette mort et de cette malédiction ? Si tu restes dans ton péché, la malédiction de Dieu est attachée à toi. Elle est attachée à toi, elle ne te quittera pas. La colère de Dieu est sur toi. Mais Dieu veut t'en faire sortir. Si nous prêchons la justice et la sainteté de Dieu, nous devons aussi prêcher l'amour du Seigneur qui veut que le pécheur se convertisse et vienne à Lui. Dieu ne se réjouit pas d'envoyer des millions d'âmes en enfer ! Des millions d'âmes vont en enfer par le juste jugement de Dieu. Cela ne réjouit pas le Seigneur. Il en pleure ! Même dans son ciel, Il en pleure. Parce qu'Il est juste, Il doit le faire. Mais Il pleure et dit : « Moi qui ai tout fait pour qu'ils en sortent ! Moi qui ai donné mon Fils pour qu'ils en sortent ! Ils le refusent . Jésus est venu vers les siens et ils l'ont refusé. Alors Je suis obligé de sévir et de les envoyer en enfer ».

 

Il faut que tu comprennes que pour être agréable à Dieu, il faut un changement radical dans ta vie ; pas superficiel. Pas un plâtre religieux où un jour tu as été ému : on a fait un bel appel, tu t'es avancé et tu as cru que tu étais devenu chrétien. Alors qu'en fait, tu ne t'es pas repenti profondément. Tu n'as pas compris ce qu'était le péché. Tu n'as pas compris où le péché t'amenait et quelles étaient les conséquences de ce péché pour toi, pour les autres et pour le Seigneur Jésus. Est-ce que tu sais, est-ce que tu comprends que le péché que tu as pratiqué a eu des conséquences épouvantables pour toi et pour les autres ? Tu as fait souffrir les autres, tu as fait souffrir ta femme, tu as fait souffrir tes enfants, tu as fait souffrir tes parents, tu as fait souffrir tes voisins, tes frères, tes sœurs, tu as fait souffrir Jésus-Christ sur la Croix. Et malgré tout, tu continues ? Le Seigneur te propose un changement radical et complet pour toujours. Le Seigneur en a assez de voir ceux qui se convertissent clocher des deux pieds, marcher un jour avec Satan, un jour avec Dieu et puis finir par rétrograder et retourner en arrière dans ce qu'ils ont vomi. Le Seigneur ne veut pas de ces choses. Le Seigneur veut un changement radical.

 

Alors c'est là qu'intervient le message de l'Evangile, la bonne nouvelle du moyen d'échapper à ce terrible jugement qui vient, cette colère de Dieu qui vient sur tous les pécheurs.

Comprends ceci : seul le Seigneur peut faire dans ton cœur, un miracle de changement complet de ton cœur. Seul le Seigneur peut changer ton mauvais cœur de pécheur par un miracle qui s'appelle la nouvelle naissance. Ecoute bien ce que je vais te dire car ce n'est peut-être pas l'Evangile que tu as entendu.

La nouvelle naissance en Jésus-Christ, c'est toi qui la déclenche par ta volonté.

Si tu as compris cela, tu comprends la grâce de Dieu. Dieu veut que tous les hommes se convertissent. La bonté de Dieu pousse tous les hommes à la repentance. Mais qui va déclencher l'action miraculeuse de Dieu pour changer ton cœur ? C'est toi, quand tu vas décider d'ouvrir ton cœur à l'action du Saint-Esprit. La nouvelle naissance, c'est toi qui la décide. Une fois que tu l'as décidée parce que tu as compris l'Evangile, Dieu par le Saint-Esprit fait un miracle dans ton cœur pour changer ton cœur. Tu peux et tu dois décider toi-même, parce que c'est toi qui as la clé de ton cœur, mais c'est Dieu qui fait le miracle une fois que tu as décidé de dire oui à la nouvelle naissance de Jésus. Pour passer par cette nouvelle naissance, il faut une repentance totale, une repentance digne d'un fils et d'une fille de Dieu que tu vas devenir. Une repentance totale ! Pas une repentance à cinquante pour cent, à soixante pour cent. « Seigneur, oui, j'ai compris, j'étais un pécheur mais finalement, je n'aime pas trop penser à ces conséquences funestes, l'enfer pour l'éternité. Alors oui, je dis oui à ton amour et j'ouvre mon cœur, Seigneur. Oui, Oui ». Parce que cette repentance n'est pas totale à cent pour cent, tu vas clocher des deux pieds comme le font beaucoup de chrétiens.

 

Il y en a qui finissent en enfer parce qu'ils ont cru à la doctrine d'un salut éternel que personne ne peut leur enlever. Où est-ce que vous voyez cela dans la Bible ? A celui qui renie le Seigneur, Jésus dit : « Je te renierai aussi ». Il faut une repentance totale et une repentance entretenue tous les jours. Qu'est-ce qu'une repentance totale ? Est-ce que c'est un miracle incompréhensible que Dieu donne à certains et pas à d'autres ? « Oh celui-là, oh, il a fait une conversion fantastique ! Il a reçu une grâce de Dieu beaucoup plus grande. Mais moi ! Pauvre de moi ! Moi, je n'ai pas reçu cette repentance-là ».

Finalement, nous essayons de trouver des portes de sortie parce que nous n'avons pas coupé tous les ponts avec le monde. Nous essayons de garder quelques ponts ouverts au cas où. Nous n'avons pas tout coupé. Pourquoi nous n'avons pas tout coupé ? Parce que nous aimons encore un peu le péché et nous voulons nous garder une petite porte ouverte pour pouvoir y toucher de temps en temps en demandant vite pardon à Jésus.

 

Ce n'est pas cette sorte de repentance que Dieu demande. Dieu veut des hommes et des femmes qui soient courageux devant Lui. Des gens qui s'engagent entièrement à cent pour cent, qui soient ensuite des instruments puissants entre ses mains pour aller en tirer d'autres de l'enfer. Comment veux-tu que Dieu t'utilise si tu te convertis à cinquante pour cent ? Le monde va se moquer de toi ! Il va te voir vivre et va dire : « Celui-là ? Celle là ? Me parler de Jésus ? Mais je n'ai qu'à regarder sa vie ! Qu'est-ce que c'est que cet évangile ? » C'est une honte pour Dieu. C'est une honte pour l'Evangile de Jésus-Christ, c'est une honte pour l'Eglise de Jésus-Christ. Dieu veut des hommes et des femmes qui ont une colonne vertébrale solide et qui s'engagent à fond.

 

Et cela dépend uniquement de ta décision personnelle. Quand tu as compris l'horreur du péché et ce qui attend le pécheur, tu te décides à cent pour cent. Tu n'as rien à gagner en te décidant à cinquante ou quatre-vingts ou quatre-vingt-dix-neuf pour cent. Si tu n'es pas engagé à cent pour cent et que tu es engagé à quatre-vingt-dix-neuf pour cent, ce un pour cent qui reste va causer ta ruine. C'est comme un petit trou au fond de ton bateau, il peut être tout petit, mais l'eau va finir par entrer et va faire couler le bateau. Si le bateau n'est pas parfaitement étanche, il n'est pas étanche du tout. Il y en a qui ont un trou béant et le bateau coule en trente secondes. Il y en a qui ont un petit trou d'épingle, ils vont couler en dix ans, mais ils couleront de toutes façons parce que leur engagement est à quatre-vingt-dix neuf pour cent et non à cent pour cent.

 

Une repentance totale, c'est un renoncement volontaire et total à ne plus pécher. Un renoncement volontaire et total à ne plus pécher en comptant sur la grâce et la puissance de Dieu. S'il n'y a pas cet engagement volontaire, personnel et total, la grâce de Dieu n'aura aucun pouvoir sur toi parce que Dieu ne va pas faire violence à ta volonté. Comme ces Hébreux dans le désert qui étaient constamment secourus par Dieu et dont il est dit : « La parole qui leur fut adressée ne leur servit à rien parce qu'elle ne trouva pas de foi en eux ». Ils ont entendu, mais ils continuaient à faire ce qu'ils voulaient. Ils ont tous péri dans le désert sauf ceux qui étaient engagés à cent pour cent. Ceux-là seuls sont passés. Ils n'étaient pas très nombreux. Ils étaient deux (Josué et Caleb), et les Lévites. Une repentance totale, c'est un renoncement volontaire, définitif et total au péché, de quelqu'un qui dit : « Seigneur, maintenant aussi clairement que je vois le problème, je m'engage à cent pour cent pour Toi, je décide volontairement de ne plus pécher. J'ouvre mon cœur à l'action de ton Esprit maintenant, pour que Tu me donnes ta puissance et ta grâce ». Et là je vais recevoir le cent pour cent de Dieu.

 

Dans 1 Thessalonissiens 1, au verset 9, Paul parle aux Thessalonissiens qui étaient persécutés et leur dit : « On raconte à notre sujet quel accès nous avons eu auprès de vous et comment vous vous êtes convertis à Dieu ». C'étaient des gens dont on racontait comment ils s'étaient convertis à Dieu. Pourquoi ? Parce qu'ils étaient célèbres pour leur conversion forte et solide. Il est dit : « En abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai et attendre des cieux son Fils qu'Il a ressuscité des morts, Jésus qui nous délivre de la colère à venir ». Si tu veux être délivré de la colère de Dieu qui demeure sur toi à cause de ton péché, une seule personne peur t'en délivrer, c'est le Seigneur Jésus-Christ. Vous voyez ce qu'ont fait les Thessalonissiens ? Ils ont abandonné toutes leurs idoles. Ils n'ont pas abandonné la moitié de leurs idoles, ils ont abandonné toutes leurs idoles. Qu'est-ce qu'une idole pour toi ? C'est ce qui prend la place de Dieu, la première place. Si tu continues à faire ce que tu as envie de faire, tu es ton idole pour toi. Si tu désires encore faire ta volonté personnelle, tu ne t'es pas converti. Jésus a dit : « Celui qui se charge de sa croix chaque jour, celui-là est mon disciple ». Si tu ne t'es pas chargé de ta croix, c'est-à-dire abandonner ta volonté personnelle pour obéir à ton Père céleste, tu ne peux pas être disciple de Jésus. C'est simple, tu ne peux pas. Tu peux essayer, oui mais tu n'y arriveras pas.

« Abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant ». J'aime bien ce terme-là : pour servir le Dieu vivant. « Je ne vous appelle plus serviteurs, je vous appelle mes amis »; des amis qui sont des esclaves d'amour de Jésus pour faire sa volonté. « Seigneur, quel que soit le prix que cela me coûte, je veux le faire ». Il faut cela : une repentance totale. La repentance est un don de Dieu qui est donné à ceux qui le veulent entièrement, comme tous les dons de Dieu. As-tu déjà essayé de recevoir quelque chose de Dieu que tu ne voulais pas vraiment ? Même par la foi ? Cela ne marche pas. Mais si tu veux ouvrir ton cœur à l'action du Saint-Esprit, tu vas être visité.

 

Si tu veux échapper à la colère, à la mort et à la perdition éternelle, il faut que tu comprennes que Jésus-Christ, Dieu le Fils, s'est donné volontairement pour recevoir à ta place la colère, la justice et le jugement de Dieu. Jésus l'a fait volontairement par amour pour toi. parce que ton péché devait être puni. Donc tu comprends la culpabilité qui est la tienne si tu refuses ce don d'amour de Jésus-Christ ? Ou si tu recules en disant : « Je ne suis pas encore prêt » ou « Cela viendra plus tard » ou « Je suis trop jeune » ou « Je ne suis pas encore assez convaincu » ? Tu en sais suffisamment pour te décider à l'instant même. Un seul a été jugé digne par Dieu de servir de remplaçant à tous les pécheurs qui étaient sous la colère de Dieu, c'est le Seigneur Jésus-Christ. Jésus est le don du Dieu d'amour pour ceux qui veulent en sortir. C'est épouvantable de penser qu'il y a encore tant de gens qui ne veulent pas en sortir ! Alors que Dieu leur offre la seule porte de salut capable de les faire entrer au ciel et de leur faire vivre sur la terre une vie de victoire.

 

La seule porte de salut, c'est d'accepter le sacrifice de Jésus. Il n'y a pas de salut sans repentance, il n'y a pas de salut sans foi. Certains disent : « La foi, c'est un don de Dieu. Il y en a qui l'ont, il y en a qui ne l'ont pas. Et alors comme ça, puisque je n'ai pas la foi, je ne peux pas me convertir ». C'est une honte ! Si tu n'as pas la foi, c'est que tu ne veux pas l'avoir et que tu te complais dans ton péché jusqu'au bout. Parce que Dieu donne la foi à tous ceux qui la veulent et qui la demandent. La foi, c'est un acte volontaire de confiance en Dieu, quand on a entendu son message. Ce n'est pas plus difficile que cela. C'est un acte volontaire de confiance en Dieu quand on a entendu sa Parole. La foi vient de la Parole, c'est un don de Dieu. Mais comme tous les dons de Dieu, ils sont bloqués à la porte de mon cœur si moi je ne fais pas un acte volontaire pour ouvrir mon cœur. Il est dit : « Si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre cœur » (Hébreux 3:7, 3:15, 4:7). Ouvre ton coeur ! La foi va entrer parce que tu as ouvert ton cœur. C'est un acte volontaire.

Imaginez la puissance de l'océan sur un petit coquillage qui est fermé là, au fond de la mer. Il est fermé dans sa coquille, et il y a toute la puissance de l'océan qui pèse sur lui. Tant qu'il est fermé, l'eau n'entrera pas du tout et pourtant, l'eau voudrait entrer. C'est la puissance de la gravité qui est là et qui pèse constamment. Dieu fait peser sur l'humanité la repentance, la foi, ses dons, son amour, son salut. Il essaye d'entrer, Il pousse et les cœurs sont fermés. Il ne peut pas entrer.

 

La foi est un acte volontaire pour décider d'accepter ce que Dieu nous dit parce que nous savons que cela vient d'un Dieu qui ne ment pas, qui nous aime et qui a une parole de salut pour nous. Cette parole, c'est que Dieu m'aime et ne veut pas que sa colère tombe sur moi. Il a fait tomber sa colère sur Jésus-Christ qui ne le méritait pas, qui a pris sur Lui ma condamnation, ma mort et qui est mort en payant à ma place. Et alors, la justice de Dieu a été satisfaite. Mais la colère de Dieu reste sur toi tant que tu n'as pas accepté ce message simple, de tout ton cœur et une fois pour toutes. Ne passe pas ton temps à te convertir. Fais-le une fois pour toutes, à la manière de l'apôtre Paul sur le chemin de Damas, qui a été terrassé par la lumière et le feu de Dieu. Le premier mot qu'il a dit en se relevant aveugle, c'est : « Seigneur, que veux-Tu que je fasse ? » Voilà une conversion réelle. Il avait compris, en un instant, que jusque-là il était complètement à côté de la volonté de Dieu.

 

Dieu s'est révélé à Paul par sa lumière et sa Parole, comme Il se révèle et te parle ce soir. La première décision du cœur de Paul a été de demander : « Seigneur, que veux-Tu que je fasse ? » Jésus lui parle et lui dit : « Laisse-toi conduire à Damas, on te dira ce que tu dois faire ». Vous savez que pendant trois jours et trois nuits, Paul n'a ni bu ni mangé. Il a jeûné et prié pendant trois jours et trois nuits avant qu'Ananias arrive pour lui annoncer un peu plus en détails le message du salut et pour lui dire ce qu'il avait à faire. Vous vous rendez compte de cette conversion ? Cela a donné par la suite un apôtre Paul. Si dès le départ, tu as fait une conversion à cent pour cent, totale, de tout ton cœur en disant : « Quoi que cela me coûte maintenant, Seigneur, persécutions, n'importe, je me décide pour Toi, à cent pour cent, maintenant et pour toujours. Et Tu vas m'aider », alors là, tu vas pouvoir être utilisé par Dieu et être à la gloire du Seigneur. Ça, c'est une conversion qui coupe tous les ponts. On coupe les ponts avec la chair, on coupe les ponts avec le monde. On n'en veut plus du monde ! On n'en veut plus de ces choses où l'on a croupi pendant des années à souffrir et à faire souffrir les autres.

 

Cela veut dire que tu vas laisser le Saint-Esprit entrer dans ton cœur. Il va te montrer immédiatement la noirceur de ton cœur et de ton péché. Tu vas peut-être pleurer sur ton péché, tu vas être triste et regretter d'avoir commis ce péché. Tu vas le confesser à Dieu. Le Saint-Esprit va te montrer que le sang de Jésus qui a coulé pour toi, a la puissance de te laver, de te pardonner entièrement pour tout ce que tu as fait de mal dans ta vie. Le Seigneur va te donner un esprit nouveau, entièrement nouveau, créé à neuf pour toi ; saint en Jésus-Christ. Voilà la puissance de l'Evangile de Jésus. Un sang de Jésus qui est pur et qui efface d'un coup tous tes péchés ! Si tu l'as fait à cent pour cent, tu dis à Dieu :

– « Seigneur, que veux-Tu que je fasse maintenant ? »

Et le Saint-Esprit te dira :

– « Tu vas aller demander pardon à tous ceux que tu as offensés. Personnellement, à tous, à chacun. Tu vas demander pardon dans la mesure du possible. »

– « D'accord, Seigneur, cela va me coûter, mais je vais le faire ».

– « Tu vas restituer tout ce que tu as volé. Tu vas tout rendre dans la mesure du possible. »

Le Saint-Esprit va te demander des choses qui te coûteront, très cher quelquefois. Mais parce que tu as accepté Jésus, tu le fais sans discuter. Il y va de ton salut, il y va de la gloire de Dieu et il y va de la vitesse de ta progression spirituelle.

 

Ne reste pas indéfiniment à traîner une vie chrétienne lamentable parce que tu refuses de confesser que tu as offensé quelqu'un alors que Dieu te demande d'aller lui demander pardon, ou que tu refuses d'aller rendre cet objet que tu as volé ou cette somme que tu avais volée. Ne t'imagine pas que parce que Dieu pardonne ton péché, Il ne va pas te demander de pardonner et de restituer. Ne t'inquiète pas, Il va te parler. Si tu as un cœur entier, tu vas le faire de tout ton cœur. Tu vas le faire parce que tu aimes ton Dieu. Tu vas le faire parce que tu ne veux pas croupir encore dans la médiocrité. Tu veux être quelqu'un que Dieu utilise avec puissance. Dieu a besoin d'ouvriers dans sa moisson.

Il t'appelle à travailler dans sa moisson. Et tu vas aller travailler tout clopinant ? Tu vas aller travailler avec des choses, des boulets que tu traînes encore ? Dieu veut que tu ailles travailler dans la plénitude de tes moyens, plein de force, de vie spirituelle, parce que tu as obéi.

 

Et enfin, il faut que dès le départ, tu aies compris que tu dois persévérer jusqu'au bout avec Dieu. Dieu te donne dès le départ son plan pour ta vie. Si le salut consistait simplement à effacer nos péchés, nous serions les plus misérables des hommes, je n'hésite pas à le dire. S'il n'y avait que cela : effacer mes péchés, mais que ma nature ne soit pas changée, et que Dieu ne me montre pas son plan pour ma vie, nous serions misérables. Son plan, c'est de me transformer à l'image de Jésus pour devenir un jour semblable à l'image de Jésus, par sa puissance qui va travailler en moi, qui va me transformer jour après jour, si je reste humble et obéissant. Dieu veut me laver de mes péchés passés, puis enlever les péchés de ma vie, et me transformer à l'image de Jésus pour qu'un jour, nous soyons tous semblables à l'image de la gloire de Jésus-Christ. Voilà son plan. Tu peux faire accélérer le plan du Seigneur si tu as compris que c'était ce qu'Il voulait. Tu t'engages à cent pour cent, et tu dis : « Seigneur, ce qui compte, ce n'est pas le début, c'est la fin de ma vie ». C'est pour cela qu'il est dit dans Hébreux 13:7 : « Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu; considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi. ». Pas le début de leur vie, mais la fin de leur vie. Il y a des conducteurs qui ont été d'excellents conducteurs au début. Ensuite ils se sont laissés séduire, empêtrer par le péché, parce qu'il y avait quelque chose qui n'avait pas été réglé dans le fond, un problème personnel qui n'avait pas été réglé. Ils n'ont pas persévéré jusqu'au bout pour être sauvés. Ils sont retombés et cela a été une perte épouvantable. Ce que le Seigneur veut, c'est notre sanctification totale et parfaite. Totale et parfaite ! En tous points ! C'est sa puissance qui l'accomplit en moi si je reste attaché au cep qui est Jésus, si je L'aime et si je fais ce qu'Il me demande de faire.

 

Dans Ephésiens 1, au verset 13, il est écrit : « En Christ vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l'Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, qui est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s'est acquis à la louange de sa gloire ». Cela veut dire que si tu te convertis à cent pour cent, Dieu te pardonne et change ton cœur et ta vie, Il te donne le Saint-Esprit et le Saint-Esprit te scelle. C'est comme un document qui est scellé, il est fermé, personne ne peut l'ouvrir. Si ta conversion est faite ainsi, totale et parfaite à Jésus, Dieu met le sceau de son Esprit en disant : « Celui-là, celle-là m'appartient maintenant, à cent pour cent ». Tu es scellé par le Saint-Esprit et personne ne pourra briser ce sceau sinon toi. Ton engagement avec Jésus est comme un mariage. Un mariage peut être brisé à n'importe quel moment par la décision de l'un ou de l'autre. C'est vrai. Mais quand les deux décident de rester ensemble, personne ne peut le briser. Personne ! C'est un mariage entre Dieu et nous. Du côté de Dieu, ce n'est pas Lui qui va briser ce mariage, jamais. Il n'y a que nous qui pouvons le briser par notre infidélité. Mais quand nous aimons notre Epoux Divin, nous Lui restons fidèles. Il est fidèle, Lui.

 

Alors je terminerai en vous lisant ceci, dans le sermon sur la montagne. Je voudrais bien planter dans vos cœurs à tous, bien-aimés, ce soir que nous ne devons garder aucune indulgence envers le péché. Aucune ! Un péché, c'est un péché. Ne gardons aucune justification, aucune indulgence pour un péché quelconque, mais demandons constamment au Seigneur de nous éclairer sur notre propre péché. « Seigneur, ouvre-moi les yeux et le cœur ». Dans le sermon sur la montagne, il est dit ceci. Dans Matthieu 5, au verset 43 : « Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ». Vous voyez l'attitude du cœur du Père ? Moi, en tant que pécheur, j'étais en train de maltraiter, de persécuter, de faire du mal à Dieu. Quand Paul est touché par Jésus sur le chemin de Damas, Jésus lui dit : « Je suis Jésus que tu persécutes ». Par ton péché, tu es en train de persécuter Jésus. C'est la pire des offenses. Dieu dit à ses enfants : « Aimez ceux qui vous persécutent. Faites du bien à ceux qui vous haïssent ». Je persécutais et je haïssais Dieu dans mon péché. J'avais la colère de Dieu qui reposait sur moi et j'étais destiné à l'enfer. Mais Dieu m'aimait et Jésus-Christ auprès du Père intercédait pour moi. Il priait pour moi pour que le Père me fasse grâce et que je puisse être placé devant le message de l'Evangile. C'est ce qu'Il a fait un jour. C'est pour cela qu'Il nous demande de le faire envers tous ceux qui nous offensent et qui nous maltraitent. Parce que Lui l'a fait pour nous. Nous, qui étions rebelles contre Lui, qui L'avons offensé en permanence, qui Lui avons fait de la peine. Dieu est un Dieu saint. Quand Il me voit pécher vous croyez que cela Lui fait plaisir ? Cela L'offense, cela Lui fait de la peine. Il veut m'en sortir. Pour cela, Il m'a donné un sauveur merveilleux qui intercède en permanence auprès du Père pour moi, pour toi. Pour que tu sois un jour rempli du même Esprit et que tu puisses toi aussi faire du bien à tous ceux qui te font du mal autour de toi.

 

« Afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux. Car Il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, Il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? » Dieu m'a aimé alors que je ne L'aimais pas. Dieu m'a aimé alors que je n'étais pas aimable. Il a mis sa colère un instant de côté pour que je comprenne.

 

Il termine au verset 48 : « Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait ». Vous voyez le plan du Seigneur qui est aussi un ordre pour moi. Je reçois la Parole de Dieu comme un ordre de mon Père céleste. Dieu me dit : « Je t'ordonne d'être parfait en tout. Si Je te donne cet ordre, je te donne en même temps les moyens d'atteindre cette perfection. Si tu le veux. Si tu décides dans ton cœur d'atteindre cette perfection, Je te donnerai les moyens de l'atteindre pour que tu glorifies ton Dieu ». Le Seigneur veut que notre foi soit suivie d'œuvres. Une foi sans œuvres, c'est une foi morte. Qu'est-ce qu'une œuvre ? C'est une action correspondant à la décision que j'ai prise dans mon cœur en entendant la Parole.

 

Je pourrais faire un appel maintenant, je pourrais le tourner de telle manière qu'il y aurait forcément quelqu'un qui se lève. Mais ce n'est pas ce que je désire. Je désire faire un appel dans ton cœur pour que, si tu n'as pas donné ta vie à Jésus-Christ, tu décides ce soir, à la seconde où tu entends cette voix, de te repentir de ton péché une fois pour toutes et de donner ta vie à Jésus-Christ pour toujours. Il y va de ton salut éternel. Il y va de ta paix avec Dieu pour toujours. Tu peux mourir cette nuit et moi, je ne veux pas avoir ton sang sur les mains. Je t'ai averti, tu peux mourir cette nuit ou demain dans la journée et personne ne te garantit qu'avant de mourir, tu auras le temps de faire cette démarche. Il y a des jeunes qui ont entendu l'Evangile, ils ont dit : « Oh, j'ai le temps ! » Ils sont sortis, ils se sont tués en moto. J'en connais. Est-ce qu'ils ont eu le temps de demander pardon à Dieu pour leurs péchés et de L'accepter comme sauveur et Seigneur ? Dieu seul le sait. Si tu t'es converti à moitié, je fais un appel dans ton cœur pour que ce soir où tu entends cette voix-là, tu te convertisses à cent pour cent, une fois pour toutes et que tu arrêtes de clocher des deux pieds. Si tu es converti à cent pour cent, je te fais un appel pour que tu persévères jusqu'au bout et que tu ne t'arrêtes pas avant d'avoir parfaitement manifesté la perfection et la sainteté de Dieu. Vous voyez comment les serviteurs de Dieu pourraient manipuler une assistance ? Si je faisais un appel maintenant pour dire : « Que tous ceux qui veulent vraiment à cent pour cent se donner à Dieu pour aller jusqu'au bout »… Vous allez tous vous lever ou presque tous. Mais ce n'est pas ce que veut le Seigneur. J'en ai vu qui se lèvent et qui se relèvent. Et puis au prochain appel, ils vont se relever. Et ils se relèvent encore au prochain appel. Et rien n'a changé dans leur vie. C'est l'appel de Dieu dans ton cœur que tu dois entendre et c'est devant Dieu que tu es. Ce n'est pas devant des hommes. Alors entends cet appel. Nous allons passer un moment à prier. Prier et demander que Dieu fasse ce travail dans les cœurs maintenant. Pour que nous soyons tous ce soir changés complètement ou changés un peu plus, ou un peu plus remplis de la paix et de l'Esprit du Seigneur.

 

 

"Seigneur, je Te demande qu'en ce moment même, Tu agisses par ton Esprit dans les cœurs. Ce que je Te demande pour nous tous, c'est que Tu nous révèles l'horreur du péché pour Toi, l'horreur de la désobéissance, que Tu nous révèles les conséquences terribles, épouvantables du péché pour Toi et pour nous tous. Seigneur, je Te supplie que par ton Esprit, Tu convainques de péché, de justice et de jugement ; de ton jugement terrible sur le pécheur qui ne se repent pas, qui ne veut pas se repentir ; de ta colère épouvantable. Mais je veux que Tu nous convainques de ta justice, mon Père. Je le désire, convaincs-nous par le Saint-Esprit, de ta justice parfaite, de ton pardon en Jésus, de ce merveilleux Sauveur que Tu nous as donné pour nous faire marcher droit enfin devant Toi. Pour nous faire marcher dans la sainteté, dans la perfection, par ta grâce, parce que nous le désirons de tout notre cœur et que Toi aussi, Tu le désires. Seigneur, fais cette action dans les cœurs, je T'en prie, que personne ne se perde de ceux qui entendent ce message ! C'est la grâce que je Te demande. Tu es puissant pour changer les vies de fond en comble et je Te demande de le faire pour chacun de nous, mon Père ! Agis en profondeur dans les cœurs, que ce soit profond et vrai dans nos cœurs, pas sentimental, mon Père. Pas sentimental, mais vrai. Une décision qui vient du fond du cœur, qui vient d'une volonté entièrement engagée pour Toi. C'est ce que je Te demande mon Père, par ton Esprit. Donne-nous Père, des hommes et des femmes qui veulent s'engager entièrement et sincèrement pour Toi. Seigneur, au nom de Jésus, Père ! Amen."