C72  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 18/12/2001


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Pourquoi Jésus faisait-il des miracles ?



Ce soir, je voudrais vous parler de la nécessité de prêcher l'Evangile accompagné de signes et de miracles, et de prier pour qu'il y ait des signes et des miracles. Nous allons voir dans l'évangile de Matthieu pourquoi le Seigneur faisait des miracles, pourquoi il donnait des signes. De nombreuses raisons nous sont données dans l'évangile de Matthieu. Nous finirons par le début du livre des Actes, et nous verrons qu'après le départ de Jésus, il en a toujours été ainsi, tant que l'Eglise était remplie du Saint-Esprit.

 

Les premiers disciples ne prêchaient pas les miracles, ils les pratiquaient. Ils ne prêchaient pas les miracles, ils prêchaient le royaume de Dieu et la repentance, et c'était le Seigneur qui confirmait la Parole par des miracles, des signes et des prodiges en réponse à leurs prières. Il n'est pas normal aujourd'hui que l'Evangile de Jésus-Christ soit prêché sans que le Seigneur le confirme par des signes et des miracles. Dans les églises où le Seigneur ne confirme pas sa Parole par des signes, des prodiges, et des vrais miracles, il manque quelque chose. Et nous devons nous sonder quand nous ne voyons pas le Seigneur confirmer sa Parole par des prodiges et des miracles, par ses œuvres à Lui.

 

Regardons dans Matthieu pour quelles raisons le Seigneur faisait des miracles (nous regarderons seulement l'évangile de Matthieu mais il y a bien d'autres raisons mentionnées ailleurs dans toute la Parole). Pourquoi le Dieu Tout-puissant, et Jésus son Fils bien-aimé, ont-ils accompli des miracles ? Et aussi les disciples ensuite ?

 

Dans Matthieu, au chapitre 4 et au verset 23, le Seigneur commence juste son ministère. Il a été appelé par son Père, Il a été envoyé 40 jours dans le désert, Il est rempli de la puissance de l'Esprit.

Il est dit :

 

« Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues (il enseignait la Parole de Dieu) prêchant la bonne nouvelle du royaume (et nous savons que la bonne nouvelle du royaume, c'était de leur dire : "Repentez-vous, le royaume de Dieu est proche") et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple. Sa renommée se répandit dans toute la Syrie. Et on lui amenait tous ceux qui souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des lunatiques (ce qu'ils appelaient les lunatiques, dans ce temps-là, c'est ce que nous appellerions aujourd'hui ceux qui sont dans les hôpitaux psychiatriques), des paralytiques, et il les guérissait. Une grande foule le suivit » .

 

Nous trouvons là une première raison pour laquelle le Seigneur accomplissait des miracles : c'était pour que la renommée de Jésus se répande, et qu'une grande foule le suive. A chaque fois que le Seigneur accomplissait des miracles, c'était en réponse à la prédication de la bonne nouvelle de l'Evangile. Il ne prêchait jamais les miracles, il n'expliquait jamais comment on faisait un miracle. Il prêchait la Parole de Dieu, la repentance, le salut, et il guérissait les malades pour confirmer sa Parole. Et le résultat de ces miracles et de ces guérisons, c'est ce que nous lisons au verset 24 : « Sa renommée se répandit, et une grande foule le suivit » . Dans les églises où la puissance du Seigneur est à l'œuvre par des guérisons, des miracles et des prodiges, la renommée de Jésus se répand au loin, et de grandes foules viennent au Seigneur, pour qu'il se révèle, et pour que les gens reçoivent aussi ces guérisons et ces miracles dont ils ont besoin. Donc, ça, c'est la première raison. Et, je crois qu'elle est toujours d'actualité. Les foules, aujourd'hui sont de plus en plus nombreuses à s'écarter du Seigneur. S'il y a la prédication de la repentance, de la bonne nouvelle de l'Evangile, d'un Sauveur, venu mourir pour nos péchés, qui a réglé le problème de notre nature de péché à la Croix, et s'il n'y a pas les confirmations par des miracles et des guérisons, les foules ne viendront pas ! C'est pour cela que le Seigneur appuyait sa Parole, c'est pour faire venir les foules. Les gens ont besoin d'avoir des miracles dans leurs vies. Ils ont des situations tellement compliquées, tellement inextricables, que les médecins, les psychiatres, les conseillers conjugaux, et tout ce que l'on peut avoir comme secours humain, ne peuvent absolument pas les aider. Ils ont besoin d'une intervention miraculeuse du Seigneur. Et quand Il le fait, sa renommée se répand.

 

Le sermon sur la montagne vient juste après, et il faut le placer dans ce contexte, c'est tout l'enseignement de Jésus. Quand il est dit : « Il allait dans les synagogues et il enseignait » , c'est cela qu'il enseignait. Il enseignait le sermon sur la montagne (ces principes merveilleux qu'on a déjà étudiés) et il accomplissait des miracles, des guérisons.

 

Juste après le sermon sur la montagne, au début du chapitre 8, nous lisons : « Lorsque Jésus fut descendu de la montagne, une grande foule le suivit. Et voici, un lépreux, s'étant approché, se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur. Jésus étendit la main, le toucha, et dit : je le veux, sois pur. Aussitôt, il fut purifié de sa lèpre » . C'était un grand miracle pour ceux de cette époque. Maintenant, la lèpre, ça peut se soigner, et encore ça laisse des traces. Mais quand le Seigneur Jésus touchait un lépreux, il était non seulement guéri de sa lèpre, mais tout était reconstitué à neuf. Et là, c'est ce qui s'est passé. Un grand miracle ! Donc, là, une raison supplémentaire pour laquelle Jésus veut faire des miracles, c'est qu'il veut, il veut guérir les malades ! Pas seulement pour que sa renommée se répande, et que les gens viennent écouter la bonne nouvelle de l'Evangile, (ce qui est le plus important, amener des gens à la repentance et au salut), mais le Seigneur veut guérir les malades. C'est dans son cœur, c'est dans sa nature. Il veut qu'ils soient guéris. « Je le veux, sois guéri ! » Et il fait un miracle. Toujours dans le même chapitre, au verset 14 : « Jésus se rendit ensuite à la maison de Pierre, dont il vit la belle-mère couchée et ayant la fièvre, il toucha sa main, et la fièvre la quitta » . C'est un miracle ! Certains penseront : ce n'est pas un miracle aussi extraordinaire, c'était une simple fièvre, mais vous savez qu'il y a des fièvres qui sont mortelles ?

« Il toucha sa main, et la fièvre la quitta, puis elle se leva, et le servit » .

 

Une autre raison pour laquelle Jésus veut faire des miracles, c'est que, par ces miracles, nous puissions être équipés, en bonne santé, en bon état physique, pour Le servir.

Vous savez ce que la belle-mère de Pierre a fait aussitôt ? Elle s'est levée, et elle a servi Jésus. Tant qu'elle était couchée dans son lit, avec la fièvre, elle ne pouvait pas servir Jésus. Quand nous sommes cloués au lit par des cancers, des maladies, des choses comme ça, en tant que chrétiens, enfants de Dieu, ou que l'on a des infirmités, ou des choses qui nous empêchent d'être entièrement disponibles pour servir le Seigneur, ça ne plaît pas à Jésus, et il veut venir à nous pour faire comme à la belle-mère de Pierre : nous toucher, faire un miracle pour qu'on puisse Le servir. Alléluia ! Déjà ça, c'est une raison fort importante. Le Seigneur veut des serviteurs et des servantes qui soient en bon état physique pour le servir. "Seigneur, enlève au milieu de nous tout ce qui est un obstacle à un bon service pour toi, que nous soyons en pleine force et en pleine santé."

 

« Il a pris sur lui nos infirmités, il s'est chargé de nos maladies » . Voilà encore une raison pour laquelle Dieu veut faire des miracles, et des guérisons. Juste les deux versets après : « Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques, il chassa les esprits par sa Parole, et il guérit tous les malades » .

Quand je lis ça, je me demande : "Mais, comment est-ce qu'une seule personne qui lit la Bible peut encore se poser la question, et dire : est-ce que Dieu veut guérir tous les malades ?" Comment est-ce possible ? On doit vraiment être aveuglé dans l'église de Jésus pour encore douter, et se dire : "Mais est-ce que Jésus veut vraiment me guérir, moi, ou guérir celui-là, ou celui-ci ? Ou, est-ce qu'il veut vraiment guérir ? Parce que ça fait 25 ans que j'attends ma guérison, et elle n'est pas venue. Alors, est-ce que Dieu veut me guérir ?" Mais Oui ! Il veut te guérir. Pourquoi ? « Afin que s'accomplisse ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète (et vous savez que les prophètes parlent de la part de Dieu, ils donnent la pensée, et la Parole de Dieu ; donc Esaïe donnait la pensée de Dieu, et quelle était cette pensée ?) Il a pris sur lui nos infirmités, il s'est chargé de nos maladies » . Voilà encore une raison pour laquelle Dieu veut faire des miracles, et des guérisons, c'est que Jésus s'est chargé sur lui de tout ce qui n'allait pas dans nos vies, du péché, et de toutes les conséquences du péché, c'est-à-dire, de la mort, de la maladie, et de l'infirmité. Il fallait que s'accomplisse cette prophétie. Et pour qu'elle s'accomplisse, il fallait qu'il guérisse tous les malades, et qu'il fasse des grands miracles de guérisons. Et il est toujours le même aujourd'hui. Il y a 2000 ans, quand le Seigneur Jésus était sur la Croix, Il s'est chargé de toutes nos maladies : pas seulement des maladies de l'époque, mais celles d'aujourd'hui, et jusqu'à son retour. Il s'était chargé de nos maladies, (qu'elles soient du corps, de l'âme ou de l'esprit), de nos faiblesses, et de nos infirmités physiques. Et c'est pour cela que ce soir-là, devant la porte de Pierre, il a guéri tous les malades, pour que s'accomplisse la Parole de Dieu. N'oubliez pas que, quand un malade n'est pas guéri, quand un malade meurt dans sa maladie, c'est un échec pour Dieu. Dieu le prend comme un échec personnel. Surtout quand c'est un enfant du Seigneur, parce que Sa volonté, c'était de le rétablir, et il s'est passé quelque chose qui a bloqué la volonté du Seigneur. De même, Dieu veut que tous les hommes soient sauvés. Et nous savons qu'il y en a beaucoup qui meurent sans être sauvés. Eh bien, c'est un échec pour le Seigneur. Ce n'est pas Lui qui est responsable de cet échec, mais ça veut dire que Lui qui voulait sauver, a été empêché par quelque chose. Et par quoi a-t-il été empêché ? Nous le savons. Par la désobéissance et par l'incrédulité de ceux qui ne veulent pas recevoir ce qu'Il vient donner. Alors, pour la maladie, c'est pareil. Tous les doutes de nos cœurs sont enlevés lorsque nous savons que Dieu veut faire un miracle dans notre vie, pour se glorifier, pour que sa renommée se répande, pour qu'on puisse Le servir, pour accomplir la prophétie, et lorsque nous savons qu'Il s'est chargé de toutes nos infirmités. Seigneur, si tu veux me guérir, ce n'est pas parce que je suis meilleur que les autres, ou parce que je suis ton chouchou, parce que tu as un plan spécial pour moi, ou que je suis l'heureux gagnant de la loterie ! Il n'y a pas de loterie, au ciel, ce n'est pas vrai, il n'y a que des hommes et des femmes qui croient à la Parole du Seigneur. Et si tu crois, tu vas pouvoir ouvrir la porte au Seigneur pour qu'il fasse un miracle. Et là, il va confirmer sa Parole, l'Evangile.

 

Autre raison : Jésus est ému de compassion pour tous ceux qui souffrent. Un peu plus loin, dans Matthieu, au chapitre 9, et au verset 20 : « Voici, une femme atteinte d'une perte de sang depuis 12 ans (la pauvre, elle a dû souffrir !) s'approcha par derrière, et toucha le bord de son vêtement, car elle se disait en elle-même : si je peux seulement toucher son vêtement, je serai guérie (c'était un miracle ! Parce qu'une perte de sang depuis douze ans, c'est quelque chose de très grave et incurable, comme un cancer). Jésus se retourna, et dit en la voyant : prends courage, ma fille, ta foi t'a guérie. » Jésus veut faire des miracles pour répondre à la foi de ceux qui le touchent. Il veut répondre à la foi de ceux qui le touchent, et, en réponse à cette foi, il fait un miracle ; comme pour cette femme, qui, à l'instant même, à l'heure même, a été guérie. Alléluia ! Merci Seigneur. Tu veux toujours répondre à la foi de ceux qui s'approchent de toi. Toujours dans le même chapitre, au verset 35 du chapitre 9 : « Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues (vous voyez que l'accent principal du Seigneur n'était pas placé sur la guérison. Il était placé sur l'enseignement et sur la prédication de la Parole. Mais il guérissait quand même tous les malades ! Faisons comme lui), prêchant la bonne nouvelle du royaume, et, guérissant toute maladie et toute infirmité » . Donc, tout serviteur de Dieu, tout enfant de Dieu, qui témoigne, ou qui prêche la Parole, doit avoir dans son cœur, la pensée du Seigneur, qui est de confirmer cette prédication de la Parole par des guérisons et des miracles, au moment même où il est en train de prêcher. Et s'il ne le fait pas, il manque quelque chose à son ministère. Son ministère n'est pas complet, il ne traduit pas pleinement la pensée du Seigneur. Il doit s'en repentir devant le Seigneur, et dire : "Seigneur, je veux non seulement prêcher la bonne nouvelle du royaume et de la repentance, mais en ton nom, guérir les malades, et accomplir des miracles en ton nom, parce que c'est toi qui le veux, et tu veux te servir de moi." Et juste après, au verset 36 : « Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu'elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n'ont pas de berger » (c'est la constatation qu'il vient de faire, il y a tellement de brebis languissantes). Et au verset 1 du chapitre 10 : « Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, de guérir toute maladie, et toute infirmité » . Pourquoi ? Parce que Jésus, autre raison, est ému de compassion pour tous ceux qui souffrent et qui sont languissants et abattus. Jésus est rempli de compassion. Il ne veut pas simplement se contenter de faire des miracles pour prouver sa gloire, pour montrer qu'il est le Messie, et pour appuyer le message de la Parole de Dieu ; mais, il est rempli de compassion pour ces foules. Et pour chacun, individuellement, il est rempli de compassion. Pas seulement pour la foule en bloc, mais pour chacun en particulier. Et c'est pour cela qu'il a envoyé ses disciples.

 

Je lis un peu plus loin, au chapitre 10, et au verset 7. Après les avoir équipés de ce pouvoir miraculeux, qui est le sien, Jésus leur dit : « Allez prêcher, et dites : le royaume de Dieu est proche, guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » . Donner quoi ? Donner le royaume de Dieu. Vous l'avez reçu, et le royaume de Dieu, c'est la présence même du Seigneur. Une autre raison est indiquée ici. Jésus dit : "Allez prêcher, guérissez les malades". Pourquoi ? Pour dire aux gens : "Le royaume de Dieu est proche. Il est tout près de vous, là !" Et vous avez reçu ce royaume, vous, gratuitement, donnez-le gratuitement. On ne peut pas garder pour nous ce que Dieu nous a donné. Dieu nous a donné le royaume, et ce royaume consiste à prêcher la repentance, à prêcher le Messie ressuscité, à guérir les malades, à purifier les lépreux, à ressusciter des morts, sous la direction du Saint-Esprit, parce que c'est sa volonté de le faire.

 

Au chapitre 11, une autre raison est indiquée, au verset 2 : « Jean-Baptiste, ayant entendu parler dans sa prison des œuvres du Christ, lui fit dire par ses disciples : es-tu celui qui doit venir ? Ou devons nous en attendre un autre ? » Le pauvre, il passait par une période difficile, il était en prison, et là, il a un moment de doute. Il va faire demander à Jésus s'il est vraiment le Messie, alors qu'il était le premier à annoncer Jésus comme étant le Christ, le Messie ; mais, on ne peut pas le lui reprocher. Et, voyez d'ailleurs la réaction de Jésus : il ne lui reproche rien. « Jésus leur répondit : Allez rapporter à Jean ce que vous entendez, et ce que vous voyez : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute » . Ou, d'autres versions disent : « Heureux celui qui ne doutera pas de moi » . C'est la même idée. Il est une occasion de chute pour ceux qui ne croient pas, ou qui doutent. Donc, là, le Seigneur accomplissait des guérisons et des miracles, et des prodiges, pour que l'on soit convaincu qu'il est vraiment le Christ, puisque c'est la preuve qu'il donne aux envoyés. Quand Jean dit : "Est-ce qu'il est vraiment le Christ ?", Jésus dit : "Eh bien, regardez les signes, les miracles, les prodiges, et les guérisons". C'est cela qui prouve que Jésus-Christ est vraiment le Christ, le Messie d'Israël, le Sauveur que le monde devait recevoir. Alors, imaginez un peu, des églises où l'on prêche le Christ, et où il n'y a aucun miracle, aucun signe, aucun prodige, aucune guérison ! Comment les gens verront-ils qu'il est vraiment le Christ, alors que c'est la volonté du Seigneur ? Il a prouvé qu'il était le Christ par ces signes, ces miracles, et ces prodiges véritables. « Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute ». Heureux celui qui croira quand il verra ces signes, ces prodiges et ces miracles. Cela amène des gens dans la présence du Messie. Et là, ils voient le Messie à l'œuvre, et ils croient en Lui.

 

Dans ce même chapitre 11, au verset 20 : « Alors, il se mit à faire des reproches aux villes dans lesquelles avaient eu lieu la plupart de ces miracles, parce qu'elles ne s'étaient pas repenties ». Jésus fait des miracles pour amener des gens à la repentance. Et cela, c'est l'objectif numéro un du Seigneur, parce qu'il sait très bien que si l'on se contente de recevoir des pains et des poissons, et de repartir avec le ventre plein, eh bien, on aura manqué le but du Seigneur. Parce que le Seigneur veut nous amener à la repentance pour être changés, pour recevoir la vie nouvelle en lui, pour être une nouvelle création, et pour rentrer dans son royaume de sainteté et de justice. Donc, là, il accomplissait des miracles. Et s'il le faisait dans les villes de Chorazin et de Bethsaïda, c'était pour qu'elles se repentent. Et il dit : « Malheur à vous, parce que j'ai fait de grands miracles au milieu de vous, et vous ne vous êtes pas repenties ». Il les faisait pour qu'elles se repentent. Donc demandons au Seigneur aussi, de nous faire la grâce d'accompagner le message que nous prêchons et le témoignage que nous donnons, par des miracles, des signes, des guérisons et des prodiges, pour que les gens se repentent. Ils vont voir Dieu à l'œuvre et dire : Il y a un Dieu. Il agit, et je ne connaissais pas ce Dieu. Je veux m'approcher de lui, et lui demander pardon de l'avoir laisser si loin, et si longtemps, loin de ma vie. Il y a longtemps qu'elles se seraient repenties en prenant le sac et la cendre. Et au verset 23 : « Car si les miracles qui ont été faits au milieu de toi avaient été faits dans Sodome... » . Vous vous rendez compte, cette ville impie, de Sodome, qui a été détruite par le feu du ciel ! Jésus dit : si ces miracles que j'ai fait là, chez toi, avaient été faits à Sodome, « ... elle subsisterait aujourd'hui. » Cela veut dire qu'elle se serait repentie. Et c'étaient les pires des gens, les pires vicieux, à Sodome. Et Jésus dit : ils se seraient repentis, s'ils avaient vu ces miracles ! Alors, aujourd'hui, vous ne croyez pas que l'on est dans des Sodome modernes ? Et qu'elles ont besoin de voir aussi des miracles, des signes et des prodiges, pour se repentir ? On a besoin, frères et soeurs, de demander au Seigneur de nous équiper de sa puissance miraculeuse, et de croire qu'il veut nous la donner ! Il faut oser l'exercer, en son nom. Quand on sait que c'est un tel désir pour Dieu, on peut entrer par la foi dans son plan, en disant : "Seigneur, utilise-moi pour faire des prodiges, des signes et des miracles en réponse à la prédication que je fais pour toi de l'Evangile, utilise-moi pour toutes ces raisons qui sont les mêmes aujourd'hui qu'à ce moment-là."

 

Jésus fait un miracle, parce qu'il veut faire du bien. Au chapitre 12, et au verset 10 : « Il y avait là, dans la synagogue, un homme qui avait la main sèche. Ils demandèrent à Jésus : Est-il permis de faire une guérison les jours de sabbat (vous voyez, les gens religieux ! Le sabbat, c'était fait pour le culte, dans la synagogue, et il ne fallait faire aucun travail. Et pour eux, guérir un malade, c'était faire un travail, c'était interdit par Dieu. Voyez, la religion, où ça mène !) C'était afin de pouvoir l'accuser. Il leur répondit : Lequel d'entre vous, s'il n'a qu'une brebis, et qu'elle tombe dans une fosse, le jour du sabbat, ne la saisira, pour l'en retirer ? Hypocrites ! Et combien un homme ne vaut-il pas plus qu'une brebis ? Il est donc permis de faire du bien les jours de sabbat. Alors, il dit à l'homme : Étends ta main. Il l'étendit, et elle devint saine, comme l'autre » Un miracle instantané ! Pourquoi a-t-il fait ce miracle ? Il le dit : pour faire du bien. Il est donc permis de faire du bien. Jésus fait un miracle, parce qu'il veut faire du bien. Dans le mot maladie, la racine est "mal".La maladie vient du malin et fait du mal. Tandis que par la guérison, c'est du bien que Jésus veut nous donner. Jésus veut du bien pour ses enfants. Il veut du bien, même pour ceux qui ne sont pas ses enfants. Il veut les attirer à lui. Et pour cela, il est aussi prêt à guérir un païen qui ne connait pas le Seigneur. Et cela va faire réfléchir ce païen, qui va venir au Seigneur Jésus pour croire en lui. Combien de fois c'est arrivé, que le Seigneur, dans sa miséricorde, a guéri un païen qui ne connaissait même pas le Seigneur, et qui n'avait aucun mérite à avoir une guérison. Il ne méritait rien, mais c'est un acte de bonté du Seigneur, qui voulait lui faire du bien. Il fait du bien, même à ses ennemis, pour qu'ils se repentent.

 

Et toujours au chapitre 12, le Seigneur était accusé de chasser les démons par Béelzébul, accusé par les pharisiens qui étaient jaloux, qui ne chassaient rien du tout, eux ! Et dans la Bible, chasser un démon, c'est un miracle. Jésus dit que ceux qui chassent des démons accomplissent des miracles en son nom. Donc, il dit au verset 27 : « Si moi, je chasse les démons par Béelzébul, vos fils, par qui les chassent-ils ? C'est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais, si c'est par l'Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous. Ou, comment quelqu'un peut-il entrer dans la maison d'un homme fort, et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort ? » Jésus accomplit des miracles en chassant des démons, pour nous prouver que l'homme fort, Satan, a été pillé. Il a dépouillé les dominations, les autorités, à la Croix. Il les a dépouillées de toute autorité, en triomphant d'elles, en les exposant publiquement à la Croix. Il a dépouillé l'homme fort qui était Satan, qui a l'humanité entière sous son pouvoir. Et il veut nous le montrer en nous faisant chasser les démons en son nom, parce que c'est aussi le signe que le royaume de Dieu est venu vers vous. « Le royaume de Dieu, ce n'est ni le manger, ni le boire, mais c'est la justice, la paix et la joie par le Saint-Esprit » . C'est-à-dire des choses qui sont absolument impossibles à supporter par le diable. Le diable ne peut pas supporter la justice, la paix et la joie du Saint-Esprit. Alors, il faut savoir qu'à chaque fois que le Seigneur fait un miracle pour chasser un démon, c'est le signe que Satan a été dépouillé de toute sa puissance, et qu'à la Croix, il a été réduit à néant pour toujours. Et il le sait. A nous de le savoir aussi ! Église du Seigneur Jésus, il faut que tu le saches, et que tu n'aies plus peur de Satan et de ses démons. Ils ont été vaincus. Quand tu discernes, par le Saint-Esprit qu'il y en a un, tu peux y aller à fond, et conduit par le Saint-Esprit, le chasser au nom de Jésus, et si tu es rempli de cette foi que le royaume de Dieu est arrivé vers nous en Jésus, eh bien il va partir. Il ne peut pas résister à la foi d'un enfant du Seigneur rempli du Saint-Esprit.

 

Un peu plus loin, au chapitre 14, à la fin du chapitre, Jésus calme les flots. C'est un grand miracle aussi. Il calme les flots, et à ce moment-là, ses disciples réalisent leur incrédulité. Quand Pierre marche sur l'eau, c'est Jésus qui lui permet de faire un miracle. Je lis à partir du verset 30 : « Voyant que le vent était fort, il eut peur, et comme il commençait à enfoncer il s'écria : Seigneur, sauve-moi. Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? Et ils montèrent dans la barque et le vent cessa. Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant Jésus, et dirent : Tu es véritablement le Fils de Dieu » . Il a fallu tous ces miracles, d'abord de voir Jésus marcher sur l'eau, Pierre marcher sur l'eau, et, d'une Parole, la tempête cesser, pour qu'ils comprennent que Jésus était le Fils de Dieu. Il y a des gens qui ne vont pas comprendre, bien-aimés, que Jésus est le Fils de Dieu, tant qu'ils n'ont pas vu un miracle. C'est comme ça. Les disciples étaient des hommes comme nous. Il a fallu que Jésus se manifeste par ce miracle pour qu'ils se prosternent devant lui en disant : « Tu es véritablement le Fils de Dieu » . Évidemment, cette révélation, ils l'ont reçue par le Saint-Esprit, mais le miracle les a fait réfléchir. Et cela a ouvert leurs cœurs à l'action du Saint-Esprit qui leur a montré qu'il se passait quelque chose de surnaturel, de divin. C'est Dieu qui était à l'œuvre. "Tu es véritablement le Fils de Dieu !"

 

Au chapitre 15 de Matthieu, du verset 21 au verset 28, c'est l'histoire de la femme cananéenne qui venait des contrées de Tyr et de Sidon, et qui criait à Jésus, pour qu'il délivre sa fille, qui était restée à la maison, et qui était possédée par un démon. Le Seigneur lui répond : « Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. Oui, Seigneur, dit-elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leur maître. Alors, Jésus lui dit : Femme, ta foi est grande. Qu'il te soit fait comme tu veux. Et à l'heure même, sa fille fut guérie » . Là, évidemment, la raison pour laquelle Jésus fait un miracle, c'est de répondre à la foi de la femme, comme on l'a vu pour un autre cas. Mais là, il y a aussi une raison supplémentaire qui est donnée, c'est que les délivrances et les miracles sont le pain des enfants de Dieu. D'abord, le Seigneur a dit à cette femme : "Ce miracle que tu me demandes pour ta fille, je le réserve en priorité aux enfants du Seigneur". Il dit : « Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants » . Quel était le pain des enfants ? C'était le miracle qu'elle demandait pour sa fille. Jésus lui dit : Ce miracle que tu demandes pour ta fille, toi qui es une païenne, c'est le pain que je réserve en priorité à mes enfants. Donc, il faut bien comprendre, nous qui sommes enfants du Seigneur, que le Seigneur veut accomplir des miracles en priorité au milieu de ses enfants, mais qu'il n'est pas du tout empêché de le faire aussi au milieu des païens, quand il trouve la foi. Jésus accomplit un miracle quand il voit cette femme cananéenne crier, et ne pas lâcher le Seigneur. Elle dit : "Seigneur, il faut absolument guérir ma fille, je me contenterai d'une miette qui tombe de la table des maîtres. Je suis un petit chien, Seigneur, c'est cela, d'accord. Je ne suis qu'un petit chien qui mendie quelques miettes." Rappelons-nous que le Seigneur veut en priorité donner le pain du ciel. Et ce pain, ce sont les miracles, les signes, et les prodiges, dont nous avons besoin en tant qu'enfants de Dieu. Mais, vous voyez que tous les païens peuvent avoir accès à ces miracles. Et le Seigneur ne demandait qu'une chose, c'était le donner aussi à cette femme.

 

Et juste après, au verset 29 : « Jésus quitta ces lieux, vint près de la mer de Galilée. Étant monté sur la montagne, il s'y assit. Alors s'approcha de lui une grande foule, ayant avec elle des aveugles, des boiteux, des muets, des estropiés, et beaucoup d'autres malades » . Ça devait être triste à voir ! Le Seigneur devait avoir le cœur rempli de compassion. Il devait pleurer devant ces foules. Alors, vous vous rendez compte ? Une grande foule, avec plein de malades, beaucoup !«  Et on les mit à ses pieds, et il les guérit ; »   Et je suis sûr qu'il les a tous guéris. Là, il n'est pas marqué "tous", mais, dans tant d'autres passages, il est marqué qu'il les a tous guéris, tous ceux qui étaient là, qui s'approchaient pour demander une guérison. « ...en sorte que la foule était dans l'admiration de voir que les muets parlaient, que les estropiés étaient guéris, que les boiteux marchaient, que les aveugles voyaient, et elle glorifiait le Dieu d'Israël » .

 

Voilà encore une raison pour laquelle Dieu veut faire des miracles, des guérisons : pour que les foules glorifient le Dieu d'Israël ! Parce qu'elles voient ces choses, elles comprennent que c'est de Dieu, et les foules sont dans l'admiration. Et Dieu veut que son œuvre soit glorifiée. Il ne veut donner sa gloire à aucun autre. Il veut glorifier l'œuvre de son Fils Jésus-Christ. Il veut que l'admiration des foules vienne vers lui. Et là, c'était le cas. Comment cela a pu se faire ? Par tous les miracles de guérisons, les prodiges, et les signes qu'il a accomplis là, devant cette foule. Ce n'était pas la prédication de Jésus qui permettait aux foules de glorifier Dieu. Il est écrit que c'étaient les miracles, et les guérisons, qui provoquaient l'admiration des foules, et elles se tournaient vers Dieu. Et elles glorifiaient le Dieu d'Israël.

 

Alors, ne pense pas, chrétien mal enseigné, que c'est ta maladie qui va glorifier le Dieu d'Israël ! Il y a des chrétiens que l'on enseigne tellement faussement, la puissance de Dieu est tellement loin de beaucoup de parties de l'église, que maintenant, on les enseigne en disant : "Tu sais, si tu es malade, c'est un cadeau spécial de Dieu, et tu vas pouvoir glorifier Dieu dans ta maladie. Tu vas pouvoir montrer à quel point tu restes fidèle au Seigneur, bien que souffrant atrocement. Et tu vas montrer aux autres à quel point tu supportes patiemment et bravement tes souffrances et tes douleurs". Dans certaines religions chrétiennes, il y a même des personnes qui disent : "Eh bien, je porte sur moi les souffrances des autres, je me charge des maladies des autres". C'est affreux ! Alors que Jésus s'en est chargé. C'est même une abomination de penser comme ça. Une abomination ! La seule manière de glorifier Dieu, c'est d'être guéri de sa maladie par la puissance du Saint-Esprit. Et là, on glorifie le Seigneur. Là, on ne peut pas faire autrement que de dire : "Seigneur c'est toi qui es intervenu, et je te glorifie de tout mon cœur". Recherchons cette puissance du Seigneur. Elle se manifestait dans le ministère de Jésus. Elle s'est manifestée dans le ministère des apôtres, qu'il a envoyés avant même la Pentecôte. Elle s'est manifestée encore plus puissamment après la Pentecôte. Les raisons que je viens d'indiquer se terminent par : « et elles glorifiaient le Dieu d'Israël » . Ça, c'est la plus belle des raisons. Que la gloire revienne au Seigneur Jésus.

 

Et, au début de la vie de l'église, au début des Actes des Apôtres, à partir du moment où le Saint-Esprit est descendu sur eux, et qu'ils ont été remplis et baptisés du Saint-Esprit, cela a été une vie de prodiges et de miracles pour l'église. Pas seulement des miracles de guérison, mais par exemple Philippe, qui est transporté à 40 km par le Saint-Esprit, des résurrections de morts… Toutes sortes de prodiges et de signes se manifestaient dans l'église du début, et il faut qu'ils se manifestent dans l'église de la fin.( parce que Jésus revient bientôt). Et il veut encore attirer des âmes à lui par ces miracles et ces prodiges, pour toutes ces raisons que nous venons de voir.

 

Ici, au chapitre 4 des Actes des apôtres, Pierre et Jean sont traduits devant le sanhédrin parce qu'ils ont guéri le boiteux à la porte du temple. Vous vous rappelez ce miracle ? Ils entraient pour prier dans le temple. Il y avait là un boiteux de naissance. Les disciples s'approchent de lui, et le boiteux tend la main pour recevoir de l'argent. «  Pierre lui dit : Je n'ai ni argent, ni or, mais ce que j'ai, je te le donne. Au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi, et marche ! » Et d'un bond, il s'est levé, il est entré dans le temple, en sautant, en chantant, et en glorifiant Dieu. C'était un miracle qui a attiré encore une fois la foule. De même que Jésus attirait les foules par ses miracles, Pierre et Jean ont attiré toute la foule d'un coup. Évidemment, ils ont eu des persécutions, mais la foule est arrivée, et ils ont dit à peu près ceci : Ne croyez pas que c'est par notre puissance. Ce n'est par par notre puissance, c'est par la foi dans le nom puissant de Jésus que ce nom-là a guéri ce malade, pour que vous puissiez comprendre que Jésus est vraiment le Seigneur et le Sauveur. On leur fait alors des menaces, en leur interdisant de prêcher en ce nom-là dans Jérusalem (c'était des menaces sérieuses, parce qu'ils risquaient leur vie). Relâchés par le sanhédrin, Pierre et Jean n'en tiennent aucun compte, parce qu'ils sont remplis du Saint-Esprit, et ils préférent obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes.

 

Au verset 27, il est dit : « En effet, contre ton saint fils Jésus, que tu as oint, Hérode, et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville, avec les nations et le peuple d'Israël, pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêté d'avance. Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs (alors quoi, de faire des miracles ? Non ! Pas d'abord de faire des miracles) d'annoncer ta Parole avec une pleine assurance,(c'est-à-dire une pleine foi en Dieu et en sa puissance. Et tout de suite après, il ajoute : ) en étendant ta main pour qu'il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton Saint Fils Jésus » . Quand nous annonçons la Parole de Dieu avec assurance, nous pouvons sans aucun problème demander à Dieu d'étendre sa main pour accomplir des signes, des prodiges et des miracles. Il va le faire parce que nous avons accompli la mission qu'il nous donnait, mission d'annoncer l'Evangile avec puissance, avec foi, et avec assurance. C'est ce que Dieu veut, et Il confirme la Parole par les miracles qui l'accompagnent.

 

Immédiatement nous voyons les résultats de cette prédication, dans Actes, au chapitre 5, et au verset 12 : « Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple, par les mains des apôtres. Ils se tenaient tous ensemble au portique de Salomon, aucun des autres n'osait se joindre à eux, mais le peuple les louait hautement. Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s'augmentait de plus en plus » . C'était une foi vivante qui était à l'œuvre. Un Dieu vivant qui agissait, qui se manifestait par toutes sortes de miracles, de guérisons, de signes, et de prodiges. « Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s'augmentait de plus en plus, en sorte qu'on apportait les malades dans les rues, qu'on les plaçait sur des lits et des couchettes, afin que lorsque Pierre passerait, son ombre au moins, couvrît quelqu'un d'eux. Et la multitude accourait des villes voisines, à Jérusalem » . Comme dans le ministère de Jésus ! La multitude accourait. Pourquoi ? Parce qu'il y avait des miracles, des signes, et des prodiges. « Et ils amenaient des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs, et TOUS étaient guéris » . Voilà ! Ils ont prié le Seigneur : "Donne-nous d'annoncer ta Parole avec assurance, sans aucune timidité. Pourquoi ? Parce qu'elle est plantée dans nos cœurs. Nous avons compris par la révélation de ton Esprit, qui est Jésus, qu'est-ce qu'il est venu faire, qu'est-ce qu'il a fait de nous en lui, la vie nouvelle qu'il met dans nos cœurs, le message de la repentance qu'il veut apporter au monde. Il a placé ce message dans nos cœurs. Donne-nous de l'annoncer avec une pleine assurance, et étends ta main pour qu'il se fasse des guérisons (ils commencent par dire des guérisons), des miracles, et des prodiges. Par le nom de ton Saint Fils Jésus".

 

La maison a tremblé. Ils ont été remplis du Saint-Esprit, parce que Dieu voulait exaucer cette prière. Et immédiatement après, on voit l'exaucement : tous les malades étaient guéris, et les foules entières venaient à l'évangile de Jésus-Christ. Et il en a été ainsi, tant que l'église est restée fidèle au Seigneur, et remplie du Saint-Esprit. Et à chaque fois qu'il y a un réveil, qui est accordé par le Seigneur en réponse à la prière de ses enfants, eh bien ça commence par rétablir le message de l'Evangile et de la repentance. Et dans tous les réveils véritables du Seigneur, le Seigneur agit pour restaurer aussi la puissance des guérisons, des miracles, des signes, et des prodiges, parce que ce sont des choses qui glorifient le Seigneur, et qui permettent aux âmes de s'approcher de lui, et de recevoir sa grâce.

 

Alors, je voudrais arrêter le message à ce niveau-là, et le mettre en pratique, ce soir, au milieu de nous. C'est-à-dire que nous allons simplement nous approcher du Seigneur, pour faire cette prière qu'ils ont faite, lui demander de nous remplir de son assurance, de sa foi pour prêcher sa Parole, et pour témoigner autour de nous. Et nous allons lui demander d'étendre sa main, pour qu'il se fasse des guérisons, des signes, et des prodiges, au milieu de nous d'abord, et autour de nous ensuite, partout, pour que des foules viennent à Jésus-Christ. Et ce soir, si nous avons des besoins à présenter au Seigneur, des maladies, et des choses qui ne se sont pas encore passées, ou des choses qui ne sont pas encore parties, eh bien, approchons-nous, demandons la prière. Nous allons prier ensemble, et Dieu va faire des miracles, ce soir. Ce soir même ! Alléluia ! Croyons-le, il est toujours le même ! Il faut oser : vous savez, quelquefois, on n'ose pas prier pour quelqu'un, parce que l'on craint que ça ne marche pas. Mais qu'est-ce que l'on a à perdre ? On a toutes les promesses du Seigneur. Ça m'est arrivé de prier pour des gens, et ça n'a pas marché, et cela m'a fait poser des questions devant le Seigneur. Mais, je dis : "Seigneur, je ne vais pas arrêter de prier pour les malades, parce que j'en ai vu qui n'étaient pas guéris. Je vais au contraire, insister devant toi, crier à toi, pour que tu me donnes une onction plus grande, pour que tu purifies ma vie, que tu me remplisses, que tu me donnes davantage de foi. Qu'est-ce que j'ai à perdre si j'impose les mains à quelqu'un en ton Nom, et qu'il n'est pas guéri ? Ma fierté ? Mon orgueil ? Que l'on dise : eh bien, lui, il prie pour les malades, et ça ne marche pas ?" Quand on est crucifié dans le Seigneur, on ne s'attache pas à ces choses là. On n'a pas besoin de s'attacher à cela. On y va par la foi, et c'est en y allant par la foi que le Seigneur fait des miracles. Parce qu'il a dit, dans Marc 16, aux versets 17 et 18 : « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpents ; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris. » Toute une série de miracles pour la gloire du Seigneur !

 

 

 

"Seigneur, je veux d'abord te remercier pour ta Parole qui donne la foi, et je te bénis parce que tu es toujours le même. Je te prie vraiment que, ce soir, tu nous visites, que dans ce moment de prière que nous allons avoir ensemble, tu nous accordes l'onction de ton Esprit, la puissance, la présence de ton Esprit, et que tu puisses nous renouveler dans ta Parole dans nos cœurs, dans l'assurance que tu nous donnes, dans la foi. Et aussi, que tu nous accordes, Seigneur, de voir, pour confirmer le témoignage que nous donnons, des guérisons, des miracles, des signes, et des prodiges, pour glorifier ton Nom. Seigneur, je te le demande de tout mon cœur. Je veux m'humilier devant toi, parce que je ne vois pas assez ces choses dans ma vie. Et je veux te demander, Seigneur, de me faire pleinement entrer dans ces choses, dans une annonce de ta Parole tout entière, sans faille, sans douter, avec une pleine assurance, en comptant sur toi pour qu'il se fasse des guérisons, et des prodiges, et des miracles. Je te remercie pour ce que tu nous as déjà accordé. Mais, Seigneur, nous voulons voir ta gloire pleinement manifestée, au milieu de nous. Je te bénis de faire en nous, et en moi, ce travail, de préparation, pour que nous puissions entrer pleinement dans les œuvres de Jésus-Christ, que nous puissions accomplir les œuvres que tu as accomplies, et de plus grandes encore. Seigneur, fais ce travail, ce soir, parmi nous. Fais-nous avancer plus loin avec toi. Et glorifie-toi au milieu de nous. Remplis-nous de ta Parole, de ton Esprit Saint. Renouvelle-nous, tous ensemble, dans le Nom de Jésus. Je crie à toi, et je t'en remercie, Seigneur. Je te bénis de tout mon cœur. Amen."