C68  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 18/12/2001


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Le Seigneur me demande d'être honnête avec Lui



Le Seigneur me demande d'être honnête avec lui.

 

Alors vous vous rappelez de quoi nous avons parlé ces derniers temps ? Je le résume parce que certains n'étaient pas là, mais nous avons parlé, au cours des dernières réunions, de ce que nous étions en Jésus-Christ, de ce qu'il a fait pour nous et de ce qu'il a fait de nous en lui. Et de tout ce qu'il veut manifester dans notre vie quand nous croyons en lui. Nous sommes de nouvelles créatures, et le Seigneur veut nous le faire bien comprendre parce qu'on a quelquefois beaucoup de mal à le comprendre. Il faut que le Saint-Esprit nous aide, qu'il ouvre notre intelligence pour qu'on puisse comprendre ces choses. Aucun homme ne peut les expliquer, il faut que ce soit le Saint-Esprit qui nous les révèle. Nous, nous pouvons prêcher la Parole de Dieu et compter sur l'action du Saint-Esprit dans les cœurs pour que le Seigneur ouvre les cœurs à sa Parole. Et quand on a compris, par l'intelligence spirituelle, dans le cœur, alors à ce moment là, il y a des nouveaux espaces qui s'ouvrent devant nous, où le Seigneur nous conduit. Il veut nous faire rentrer et monter toujours plus haut. Nous sommes de sa nature à lui. Lui est un aigle qui vole en haut des cieux, alors il veut que nous soyons portés sur ses ailes, que nous puissions élever nos regards et pas nous plonger le nez dans les choses de la terre. Même s'il faut vivre sur cette terre et y travailler, quand on a le ciel ouvert sur la tête, on peut mieux travailler sur cette terre pour le Seigneur. Vous êtes d'accord ?

Alors ce soir, je voudrais continuer encore sur le même thème, parce qu'il est inépuisable et on a besoin d'y revenir. Parce que la foi vient de ce qu'on entend et quand ça vient de la Parole de Dieu, ça fait grandir la foi dans nos cœurs. La dernière fois, nous avons surtout regardé dans l'épître aux Ephésiens, cette fois, je voudrais surtout regarder quelques passages dans l'épître aux Colossiens. Donc, nous allons regarder encore une fois dans l'épître aux Colossiens ce que le Seigneur dit de nous et puis je terminerai en rappelant de quelle manière on doit écouter la Parole ; parce que c'est important, la manière dont on écoute la Parole de Dieu. On peut l'écouter avec l'oreille, on peut l'écouter avec le cœur, on peut l'écouter avec l'intelligence et le Seigneur nous rend responsables de la manière dont on va écouter. C'est très important de savoir écouter la Parole, parce que le Seigneur parle tout le temps. Vous savez qu'il est dit que "Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité". Donc, si un homme ne vient pas au salut et à la connaissance de la vérité, ce n'est pas la faute du Seigneur. Il a tout fait et il fait tout pour que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité. Alors il y a une manière d'écouter sa Parole pour pouvoir recevoir son salut.

Alors dans l'épître aux Colossiens, au chapitre premier, je vais lire à partir du verset 15. Colossiens 1:15 ; il parle de Jésus. "Il est l'image du Dieu invisible". Ça veut dire : il est la forme visible du Dieu invisible. Le Père, Dieu le Père, est invisible. Nos yeux le verront un jour quand nous serons là-haut, mais il s'est rendu visible par Jésus-Christ. Et donc, il est : "Le premier né de toute la création". nous ne sommes pas comme certains qui disent qu'il a été créé le premier. Il n'a jamais été créé, Jésus. Jésus est éternel, puisqu'il est Dieu, mais il est le premier né. Ça veut dire : il est l'aîné dans la création du Seigneur que lui-même a faite, puisque c'est Jésus qui a créé toute chose par sa puissance. Il est le premier en tout. Un premier né, c'est celui qui vient le premier. Et nous savons que Jésus-Christ, il est le premier à être venu sur la terre et à avoir accompli toute la loi. Il est le premier à être ressuscité par la puissance de Dieu, il est le premier à être monté aux cieux en tant que Dieu fait homme et ressuscité, il est le premier de toute la nouvelle création que nous sommes en lui. Il est le chef. Le premier né ça veut dire aussi le chef. "Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre. Les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été par lui (donc, il est le créateur) et pour lui. Il est avant toutes choses, toutes choses subsistent en lui. Il est la tête du corps de l'Eglise. Il est le commencement, le premier né d'entre les morts (puisqu'il est le premier ressuscité) afin d'être en tout le premier". Voilà. La position de Jésus-Christ : il est le premier en tout ; il est le chef de tout, il est le chef de toute autorité, de toute domination. Il occupe la place la plus haute dans le ciel, à la droite du Père, égal au Père mais soumis à lui. Il est le premier en tout et il est la tête de l'Eglise. Et vous voyez quand nous sommes en lui la place que nous devons avoir, que nous avons en lui ? C'est lui qui nous la donne. "Car Dieu a voulu que toute plénitude habite en lui", toute la plénitude de Dieu et ce n'est pas peu dire, la plénitude de Dieu. La plénitude de Dieu, on ne peut pas la mesurer. C'est infini et il y a quelque chose qui nous dépasse, c'est un mystère. Paul parle du mystère de Christ, comment toute la plénitude de Dieu infini peut être rassemblée dans la personne de Jésus ; ce Jésus qui est fait homme comme nous. Toute la plénitude de Dieu habite en lui. Et c'est un encouragement pour nous parce que quand nous voyons Jésus rempli de toute la plénitude de Dieu, ça nous montre que Dieu veut aussi que nous aussi, nous soyons remplis de toute sa plénitude puisque nous sommes en Jésus-Christ, quand nous croyons en lui. C'est un encouragement pour nous. Le Seigneur ne veut pas que nous nous arrêtions à ce que nous sommes maintenant. Il ne faut pas s'arrêter à ce qu'on est maintenant. Il faut toujours avoir les yeux sur le but. Le but, c'est Jésus dans sa plénitude et il nous entraîne vers lui. "Il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux en faisant la paix avec lui par le sang de sa croix". Et nous savons qu'il y en a qui ont accepté ce qu'il a voulu, d'autres qui n'ont pas voulu. Dieu a voulu réconcilier tout le monde avec lui par le sang de Jésus-Christ et il est venu pour annoncer ce message de la bonne nouvelle, mais il y en a qui l'ont accepté et il y en a qui l'ont refusé. Ceux qui l'acceptent, et pas n'importe comment, on le verra à la fin de ce message, ceux qui l'acceptent de tout leur cœur, honnêtement, ceux-là sont entraînés par la puissance du Saint-Esprit dans toute la plénitude de Dieu. Alors je continue, le verset 21 : "Et vous qui étiez autrefois (alors si tu es en Christ, tu étais autrefois étranger et ennemi de Dieu, mais maintenant, tu ne l'es plus) ennemis par vos pensées et vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés avec Dieu (le Père) par sa mort dans le corps de sa chair pour vous faire paraître devant lui saints et irréprochables et sans reproche ; si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi". Je reviendrai constamment là-dessus parce que tout ce que Dieu nous donne en Jésus, il nous le donne gratuitement et nous devons le prendre par la foi pour que ce soit une grâce ; pas des œuvres, mais que ce soit une grâce. Et la seule façon de recevoir une grâce, c'est de la prendre par la foi. Quand Dieu dit qu'il nous appelle à être saints et irréprochables, il n'y a que lui qui peut le faire, mais si moi je ne le crois pas, je n'y arriverai pas. Non pas Dieu ne veut pas que j'y arrive, mais j'ai besoin de croire à ce qu'il veut faire en moi. Si je ne crois pas, je ne vais pas y arriver. Il veut me faire croire, puisque c'est lui qui me donne la foi, Jésus lui-même, mais si j'ouvre mon cœur, ça marche. Si je garde mon cœur fermé, la Parole de Dieu ne va pas rentrer, je ne vais pas comprendre son appel et je ne vais pas recevoir la foi. Mais si je reste fondé et inébranlable dans la foi, alors là, "sans vous détourner de l'espérance de l'Evangile que vous avez entendu" ; quelle est l'espérance de l'Evangile ? Etre comme Jésus. C'est être aussi avec lui dans le ciel pour toujours, mais c'est être semblable à lui. Lui sera toujours Dieu, nous ne serons jamais Dieu, mais nous serons ses petits frères et sœurs semblables à lui par sa puissance et dépendants complètement de lui.

Alors il dit au verset 25 : "C'est de l'Eglise que j'ai été fait ministre". Donc, ministre, ça veut dire serviteur. Paul dit : "J'ai été fait serviteur de l'Eglise et tous les serviteurs de Dieu sont aussi des serviteurs de l'Eglise. Alors : "C'est de l'Eglise que j'ai été fait ministre selon la charge que Dieu m'a donnée auprès de vous". Alors quelle est sa tâche, à Paul ?"Afin que j'annonce pleinement la Parole de Dieu". Pas à moitié ni à quatre-vingt-dix pour cent, pleinement. Et annoncer pleinement la Parole, c'est dire tout ce que Jésus a fait. Tout revient à l'œuvre de Jésus. "Annoncer pleinement la Parole, le mystère caché" (c'est un mystère) de tout temps et dans tous les âges mais (ce mystère maintenant est révélé), révélé maintenant à ses saints". Qui c'est, les saints ? c'est nous qui croyons en Jésus. Alors quel est ce mystère ?"A qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir : Christ en vous". Voilà le mystère qui est révélé maintenant. Et ce n'est que maintenant qu'il est révélé, maintenant, c'est-à-dire depuis que Jésus est venu "Christ en vous" ; les croyants avant la venue de Jésus n'avaient pas Christ en eux, le mystère était caché, complètement. Ils croyaient en Dieu, ils avaient des sacrifices, un temple etc…, mais ils n'avaient pas connaissance de ce mystère qui était dans le cœur de Dieu et que Dieu voulait révéler maintenant. Ce mystère, c'est : Christ en vous, en moi ; Christ avec toute sa plénitude divine, en moi. "L'espérance de la gloire" : si je sais que Christ est en moi, avec toute sa plénitude divine, c'est l'espérance de la gloire parce que je sais que lui va m'amener à la ressemblance de son image. Il va m'y entraîner, dans cette gloire. Il veut me faire partager sa gloire en me rendant semblable à lui et il me fait ce cadeau dès que j'arrive à la connaissance du salut, à la connaissance de Dieu. Mais il faut que mon intelligence s'ouvre. Alors il dit au verset 28 : "C'est lui que nous annonçons". C'est lui qu'il faut annoncer. Ce n'est pas l'église Baptiste, l'église protestante, l'église catholique, n'importe quelle église, c'est Jésus qui doit être annoncé, lui

seul ; lui seul. "Exhortant tout homme, instruisant tout homme en toute sagesse", pourquoi ?"Afin de présenter à Dieu tout homme, (toute femme) devenu parfait en Jésus-Christ". J'insiste toujours là-dessus. C'est important parce que c'est le plan de Dieu. Quand on connaît le plan de Dieu, on a la foi parce qu'on sait qu'en ce moment même, à condition que, on le verra à la fin, c'est important, à condition que je fasse ce que Dieu me demande de faire, à ce moment là, ce plan va s'exécuter aussi nettement et aussi sûrement que le jour vient après la nuit, et qu'on ne s'en occupe pas, on sait que ça vient. Ce sont les lois de l'univers. Si la loi de l'Esprit de vie est en moi, elle va me conduire, si je reste fondé et inébranlable dans la foi, elle va me conduire dans la perfection. Tout homme ! Ça n'en laisse aucun de côté. Ceux qui sont laissés de côté, ce sont ceux qui n'ont pas compris ou ceux qui ne veulent pas comprendre, ou ceux qui refusent. Alors là, ils ne peuvent pas rentrer dans le plan de Dieu. Et c'est pour ça que Paul travaille. Il travaille pour expliquer ce mystère, parce que Dieu l'avait révélé, ce mystère et il travaille pour expliquer ça et il dit, devenu parfait en Jésus : "C'est à quoi je travaille". Alors nous tous, serviteurs et servantes de Dieu, si nous voulons travailler pour le Seigneur, c'est ça que nous devons faire : annoncer Christ, annoncer le plan du Seigneur pour nous, annoncer ce qu'il veut faire en nous, annoncer que Christ vient habiter dans sa plénitude dans le cœur de ceux qui croient en lui, dans toutes leurs imperfections du début pour les amener à la perfection parfaite de la fin, celle qu'il a acquise déjà en Jésus. Il habite en nous et il veut nous amener à cette perfection. "C'est à quoi je travaille en combattant avec sa force qui agit puissamment en moi". Alors est-ce qu'elle agit seulement dans la vie de Paul, ou dans la vie de tous ses enfants ? De tous ses enfants, c'est-à-dire de toi, mon frère, de toi, ma sœur, de toi, de toi. Quel que soit ton état actuel, si tu es honnête devant Dieu et si tu veux marcher avec lui, bien sûr, si tu n'es pas honnête, si tu fais semblant d'être chrétien alors que tu ne veux pas vraiment marcher avec Dieu, ce n'est pas là que la puissance de Dieu va agir en toi. Mais si, dans ta faiblesse actuelle, dans tes problèmes actuels, tu dis au Seigneur : "Seigneur, j'ai compris ça et c'est à ça que je veux travailler, c'est à ça que je veux arriver par ta puissance qui agit en moi", alors là, c'est bon. Le Seigneur va nous faire aller de révélation en révélation, nous éclairer sur notre état, nous faire grandir, nous faire franchir des étapes, nous faire monter sur le roc qu'on ne peut pas atteindre, c'est lui qui le fera.

Et il ajoute au chapitre 2 et au verset 1 : "Je veux que vous sachiez combien est grand le combat que je soutiens pour vous". Le combat de la prière ; c'était son combat, Paul. Nous savons qu'il annonçait la Parole, mais il savait que cette parole ne pouvait rentrer que si elle était arrosée de prières pour que ceux qui l'écoutent aient la révélation. "Le combat que je soutiens pour vous, pour ceux qui sont à Laodicée, pour tous ceux qui n'ont pas vu mon visage dans la chair, afin qu'ils aient le cœur rempli de consolation". Quelle est ma consolation aujourd'hui ? C'est de savoir que le Seigneur m'a tiré d'où il m'a tiré, de rien du tout, du néant, du péché, pour me donner Sa vie, Sa nature, une nouvelle nature entièrement nouvelle et qu'il m'amène à Sa perfection. Ça, ça me console. "Afin qu'ils soient unis dans l'amour et enrichis d'une pleine intelligence pour connaître le mystère de notre Dieu et Père et de Christ ; mystère dans lequel sont cachés tous les trésors". Tous les trésors ! Où est ton trésor ? Dans tes vignes, dans tes champs, dans ton compte bancaire, dans ta maison ? Où est ton trésor ? Le trésor de mon cœur, c'est Christ parce qu'en lui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science, de la connaissance, tout. Le reste, ça vient en plus. Ce sont les choses que le Seigneur nous donne pour vivre. Mais ce Christ là habite en moi. Je ne vais pas négliger ces trésors. Je ne vais pas laisser tomber ces trésors là. Ils sont déjà en moi parce que Christ y est. Et si mes yeux sont toujours portés sur lui, il va me faire découvrir ces trésors ; les trésors de Jésus, les trésors merveilleux du Seigneur. Tous les trésors sont cachés en lui. Mais vous savez, il parlait d'un mystère révélé. Le Seigneur va me révéler où ils sont. Il va me révéler qu'est-ce que sont ces trésors. Lui-même, toute la nature de Dieu, tous ses dons merveilleux, tout ce qu'il a en lui, il veut m'en faire partager. Tous les trésors. "Je dis cela pour que personne ne vous trompe par des discours séduisants". Et les discours séduisants, ils viennent des hommes, des traditions humaines, des hommes qui n'ont pas la foi, des hommes qui n'ont pas l'Esprit, ce sont des choses qui viennent de la chair et du monde et que certains essayaient d'introduire dans l'Eglise pour la bloquer ; des discours séduisants. "Car si je suis absent de corps, je suis avec vous en esprit, voyant avec joie le bon ordre qui règne parmi vous et la fermeté de votre foi en Christ. Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur", c'est-à-dire par la foi ; j'ai reçu le Seigneur par la foi. Il dit : "Comme vous l'avez reçu, marchez en lui". Marcher en Christ, ça veut dire : avancer toujours plus loin dans la découverte de qui il est, de ce qu'il a fait, de ce qu'il veut faire et d'où il t'amène. Quand tu as cette révélation, tu ne peux pas faire autrement que marcher dans cette révélation. "Etant enracinés et fondés en lui", en lui seul. Il est la pierre angulaire, il est le fondement, il est la vie, il est le chemin, il est la vérité, il est tout. Et je proclame qu'il est tout et que je suis enraciné et fondé en lui. "Affermis par la foi d'après les instructions qui vous ont été données". Alors veille, fais bien attention aux instructions qui te sont données. Est-ce qu'elles produisent en toi la foi ou est-ce qu'elles produisent en toi le découragement, l'incrédulité ? Si tu écoutes les conseils des hommes, ta foi va couler, tu vas couler dans la foi. Si tu écoutes le conseil des hommes, ta foi disparaît. Si tu écoutes le conseil du Seigneur, ta foi grandit parce qu'il est tout puissant, il est la vie, il est le chemin. Il est la vie. Et nous devons faire attention, bien-aimés parce qu'il y a beaucoup de conseils qui nous arrivent de toutes sortes de directions et on doit bien faire le tri en comparant aux conseils de Jésus qui nous sont aussi donnés par le Saint-Esprit. Et Jésus veut nous ramener à sa Parole et à son Esprit pour que la foi grandisse et pas l'incrédulité. Alors il dit : "Et abonder en actions de grâce". On n'a pas besoin de se forcer, à ce moment là. Quand on découvre par la foi ce que Jésus est et ce qu'il a fait en nous et ce qu'il veut faire, ça coule de source. Les actions de grâce, là, on ne peut pas s'empêcher, on n'a pas besoin de nous forcer à remercier le Seigneur. "Prenez garde que personne", qui va veiller sur ton âme ? C'est le Seigneur qui veille sur toi, mais si toi, tu ne veilles pas sur tes oreilles et sur ton cœur, "prends garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie". La philosophie, c'est le discours des hommes, la sagesse humaine, les sciences des hommes, la psychologie, etc…, etc… C'est ça. "Et par une vaine tromperie s'appuyant sur les traditions des hommes et sur les rudiments du monde et non sur Christ". Les traditions des hommes, elles viennent de l'intelligence humaine et cette intelligence humaine, elle était en nous lorsque nous étions dans la chair, lorsque nous n'étions pas des nouvelles créatures. Nous n'étions guidés que par l'intelligence humaine, la notre et celle des autres. On avait besoin de cette intelligence humaine, la science des hommes, toute cette science merveilleuse qui a fait tant de choses, là, et puis qui est en train de se casser le nez parce qu'elle n'arrive pas à résoudre les problèmes, maintenant. Il n'y a plus rien qui marche et on voit que la science des hommes n'arrive pas à régler. On peut aller sur la lune ou sur Mars, ça oui ! Mais arriver à régler le problème des cœurs des hommes et des banlieues et des gens perdus et des gens désespérés, de ceux qui sont en train de se droguer et de se suicider, ça la science et les techniques des hommes, même les sciences humaines, même la psychologie, la médecine, ne peut pas régler ça. Alors si ça ne peut pas régler ça, nous devons nous en débarrasser complètement, complètement, complètement. Et il dit : "Seigneur, il faut que tu traques en moi toutes ces pensées humaines qui se cachent encore dans mes pensées, toutes ces habitudes humaines que je traîne encore avec moi, toutes ces habitudes charnelles qui m'empêchent de voir ta Parole comme elle est. Seigneur, montre-les-moi, je n'en veux plus". C'est important qu'on comprenne à quel point les traditions des hommes nous collent à la peau et nous collent à l'esprit. Exemple de tradition humaine : quand on regarde dans ce monde, on voit des gens intelligents, des gens capables, qui ont des bonnes places, qui dirigent des entreprises, qui dirigent des services, etc…, qui sont médecins, professeurs, enfin, qui ont des capacités humaines importantes. Et si nous marchons par la chair et pas par l'esprit, quand ces gens là vont se convertir à Jésus-Christ, si on est charnel, on va avoir tendance à dire : "Ah, parce que c'étaient des gens capables dans le monde, ils vont devenir capables dans l'Eglise". Alors on va leur donner des responsabilités parce qu'ils étaient capables dans le monde, en supposant que ça va être la même chose dans l'Eglise. Ça, c'est une erreur monstrueuse. Ce n'est pas parce que j'étais professeur dans le monde que je dois être enseignant dans l'Eglise. Le Seigneur ne va pas utiliser mes capacités d'enseignant dans le monde pour que je sois un meilleur enseignant dans l'Eglise. Je connais le cas d'un homme qui était le plus lourdaud des lourdauds dans la chair avant de se convertir et quand il s'est converti, le Saint-Esprit a travaillé tellement bien dans sa vie que c'est devenu un enseignant de la Parole merveilleux. Et si on avait dit à l'avance, avec notre intelligence humaine : "Oh, celui-là, tel que je le vois, lourdaud comme il est, jamais il ne va arriver à quoi que ce soit. Bon, avec la grâce de Dieu, peut-être, mais il sera tout juste bon à balayer l'Eglise ou à être un diacre. "Et on raisonne comme ça. Et inversement, on a tendance à considérer plus ceux qui avaient des capacités avant, quand ils viennent dans l'Eglise et c'est faux. Ce sont des habitudes charnelles. Dieu donne une nouvelle nature neuve, à cent pour cent, qui n'a rien de commun avec l'ancienne et il donne des dons spirituels à ses enfants en fonction de l'appel qu'il leur donne et de la place qu'il a prévue pour eux dans son corps. Donc, si toi tu étais manœuvre sans aucune éducation dans le monde et que tu te convertis et que Dieu t'appelle à une fonction, à être évangéliste ou à être pasteur ou à être docteur, tu peux être certain qu'il va te faire connaître cet appel et qu'il va te donner toutes les capacités pour que tu remplisses cette fonction là. Tout ! Par contre, si c'est toi qui essaye d'occuper cette place parce que tu en as bien envie, ça ne va pas marcher du tout. Si tu avais une bonne place dans le monde avant, que tu rentres dans l'Eglise et lui dis : "Moi, maintenant, je veux une bonne place là", et que ce n'est pas la volonté de Dieu, tu vas te casser le nez. Tu dois rester devant le Seigneur, attendre qu'il te révèle la place qu'il a pour toi et il va te parler dans ton cœur et puis tu vas voir dans ta vie des dons surnaturels qui vont commencer à venir ou que Dieu va mettre dans ta vie et c'est ça qui va compter, ce sont les dons de Dieu, les dons surnaturels de Dieu. C'est comme ça qu'il veut diriger son Eglise ; pas par notre intelligence humaine, il va se servir de notre intelligence, mais s'il t'en manque, il va t'en donner. Si tu manques de discernement, il va t'en donner. Si tu manques de quoi que ce soit, il va t'en donner, d'abord pour occuper la place qu'il veut pour toi et puis ensuite, parce qu'il veut que tu deviennes parfait comme Jésus. Alors, si tu es appelé à être parfait comme Jésus, tu ne peux pas rester comme tu es. Tu vas forcément progresser ; mais spirituellement. Jésus n'est pas limité dans ses capacités, que ce soit intellectuelles ou sentimentales ou physiques ou autres. Il n'est absolument pas limité, il est le tout puissant. Et quand Paul dit : "Moi, je peux tout par celui qui me fortifie, en Christ, je suis plus que vainqueur", si tu sais que tu es à ta place, là où Dieu t'a voulu, il va te donner les dons qu'il faut et tu vas occuper ta place dans le corps de Christ et tu vas grandir dans la perfection. Alors débarrasse-toi de tous tes dons naturels, c'est un handicap dans l'Eglise de Jésus-Christ, reçois les dons surnaturels que Dieu te donne. S'il veut utiliser certains des dons naturels qu'il t'a donnés, il va les faire passer d'abord par la mort complète, en Christ, dans le tombeau, pour les ressusciter après avec lui. Et ça ne sera pas du tout comme avant, plus du tout du tout. Et on doit bien se décrotter l'esprit par la grâce de Dieu dans ces pensées là et dire : "C'est terminé, le Seigneur a fait de nous de nouvelles créations à cent pour cent. Il a une place unique pour nous dans son corps, des dons qui vont descendre d'en haut et qui ne vont pas venir d'en bas. Bien sûr, c'est Dieu qui nous a tous créés à la naissance, mais il nous a créés dans la chair. Ce ne sont pas des dons spirituels, les dons naturels que nous pouvons avoir. Il y en a qui sont plus forts que d'autres, plus musclés que d'autres, d'autres qui ont une belle voix naturellement, d'autres qui ont une belle intelligence naturellement, ils sont doués pour les maths, ils sont doués pour tout, d'autres qui ont une belle parole, belle facilité de parler. Rien de ça ne compte pour le Seigneur. Paul qui était bardé de diplômes, qui était docteur en théologie, docteur en… Il dit : "Moi, je considère tout ça comme de la boue" et il dit : "Je viens devant vous avec une faiblesse de langage, mais la puissance du Saint-Esprit". Il considérait tout ça comme de la boue. Et j'ai vu des prédicateurs qui savaient à peine lire et écrire dans certains milieux, à peine lire et écrire, qui étaient remplis de la puissance du Saint-Esprit et qui faisaient cent fois plus de travail que ceux qui étaient avec une belle intelligence, qui avaient appris la Bible par cœur et qui étaient capable de te la réciter comme ça, mais ce n'était pas du Saint-Esprit. Ils n'avaient utilisé que leurs capacités naturelles. Ça ne compte pas pour le Seigneur. Et alors il dit : "Que personne ne fasse de vous sa proie par de vaines traditions", au chapitre 2 et au verset 9, il dit pourquoi, on doit se débarrasser de ces traditions : "Car en lui (il le répète) habite corporellement toute la plénitude de Dieu, de la divinité. Vous avez tout pleinement en lui (et pas dans ta vieille nature), vous avez tout pleinement en lui qui est le chef de toute domination, de toute autorité, et c'est en lui que vous avez été circoncis". Circoncis, ça veut dire : vous savez, la circoncision, on coupait un morceau de chair pour montrer l'alliance avec Dieu. Là, ce n'est pas une circoncision dans la chair, c'est la circoncision du cœur. Ça veut dire qu'on a coupé les liens avec la chair pour que nous puissions vivre par l'esprit. Et c'est en Christ que nous recevons cette circoncision, la mort et la résurrection en lui. "Une circoncision que la main n'a pas faite, mais la circoncision de Christ qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair". Il faut qu'on en soit entièrement dépouillé. Je vous rappelle que la chair, ce n'est pas simplement le corps, la chair, ce sont tous les sentiments humains, ce sont toutes les pensées humaines. C'est toute l'éducation humaine, ce sont les traditions humaines, c'est ton hérédité humaine, c'est ton enfance, ta vie, tout ce que tu as été. Tout ça, c'est dans la chair. Dieu dit là, par sa Parole que la circoncision, tu l'as reçue en Christ. Ça veut dire qu'il a passé son couteau spirituel qui est la Parole pour couper dans cette chair et l'enlever complètement et il veut que nous apprenions à l'enlever complètement. Comment tu veux qu'il se serve de toi spirituellement si tu es encore enfoncé dans cet habit de chair de ces traditions humaines et de ton passé ?

"Mais ayant été ensevelis avec lui par le baptême", vous voyez l'importance du baptême d'eau par immersion ? Vous voyez ce qu'il dit là ?"Ayant été ensevelis avec Jésus par le baptême" : c'est à ce moment là que nous recevons l'ensevelissement et la résurrection. On peut être sauvé sans avoir le baptême. Le salut, il y a beaucoup de gens qui sont sauvés dans le ciel, mais qui ne sont pas passés par la mort et la résurrection en Christ. Ils n'appartiennent pas à l'Eglise de Jésus. Tous les saints de l'Ancien Testament n'appartiennent pas à l'Eglise, mais ils sont sauvés. Ils appartiennent aux amis de l'Epoux, mais ils ne font pas partie de l'Epouse. Ils sont sauvés quand même. Jésus le dit à propos de Jean-Baptiste. "Lui, c'est le plus grand de tous les prophètes de l'Ancien, mais dans le royaume de mon Père, dans ce nouveau royaume qu'il vient instaurer, le plus petit est plus grand que lui". Et Jean-Baptiste dit : "Je suis heureux de voir l'Epouse avec l'Epoux et moi, l'ami de l'Epoux, je me réjouis à la table des noces". Mais il n'est pas l'Epouse. Donc, nous, nous avons une grâce spéciale de pouvoir entrer en Christ et lui en nous, d'être dépouillé de cette vieille nature complètement, entièrement, "ayant été ensevelis avec lui par le baptême". Et vous comprenez pourquoi le baptême était fait dans l'heure qui suit la conversion, ou dans la nuit qui suit ? Ils ne voulaient pas laisser quelqu'un qui se tournait vers Christ sans bénéficier aussitôt de cet ensevelissement et de cette résurrection en Christ. Ils ne voulaient pas s'arrêter là. Tout de suite, dans l'heure qui suit ! Alléluia !"Ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui par la foi". Evidemment, ce n'est pas le baptême tout seul, c'est avec la foi en Christ, mais c'est là, concrétisé au moment où… Par la foi en la puissance de Dieu qui l'a ressuscité des morts. "Vous qui étiez morts par vos offenses et l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui en nous faisant grâce pour toutes nos offenses". Tout !"Il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, il l'a détruit en le clouant à la croix, un acte de condamnation contre nous, parce que nous étions pécheurs et nous méritions d'être condamnés. Jésus a cloué cet acte à la croix par sa mort, c'est fini. Il a détruit la condamnation. Et en plus il a dépouillé les dominations et les autorités et il les a livrées publiquement en spectacle en triomphant d'elles à la croix. Nous sommes en lui, donc quand nous avons cette révélation, nous avons en Christ toute autorité sur toute la puissance du malin, sur toute la puissance de Satan, des démons et des serpents et des scorpions. Et en lui, nous pouvons marcher sur eux. Mais tu comprends que si tu n'as pas cette révélation, tu vas t'engager dans des combats qui sont perdus d'avance parce que tu vas essayer de lier des esprits, chasser des démons au nom de Jésus. Ils vont voir dans ton cœur que toi, tu n'as pas reçu la pleine révélation de ta mort et de ta résurrection en Christ et de la victoire totale de Jésus à la croix. Alors tu as du mal à combattre. On ne peut pas combattre dans ces conditions. "Que personne donc ne vous juge !".

Alors chapitre 3 : "Si donc vous êtes ressuscités avec Christ", il part de cette réalité. Puisque vous êtes ressuscités avec Christ, "cherchez les choses d'en haut". Les choses d'en haut qui sont aussi en nous par Christ. Christ habite en nous, donc les choses que nous cherchons en haut, le Seigneur nous les a déjà données en lui et il nous demande de les découvrir en les cherchant, en ayant soif de ces choses. Et ta soif va se voir si tu es ressuscité en Christ. Il dit : "Si vous êtes ressuscités en Christ, cherchez les choses d'en haut où Christ est assis à la droite de Dieu. C'est tout naturel". Ma soif de Jésus grandit à mesure que je le cherche et que je le découvre. "Affectionnez-vous aux choses d'en haut". Et s'il le répète, c'est que c'est facile de se laisser détourner de cet appel pour nous réaffectionner encore aux choses d'en bas quand on oublie Jésus. "Car vous êtes morts et votre vie est cachée avec Christ en Dieu". Vous êtes morts aux choses de la terre, à ces choses qui attirent tout le monde ici bas sur cette terre. On est mort à ça et on est vivant en Christ pour les choses d'en haut. Et "Quand Christ notre vie", ça, c'est un mot que j'aime bien : Christ, ma vie. Christ est ma vie. "Quand Christ notre vie paraîtra, vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire". Tout sera pleinement manifesté. "Faites donc mourir les membres qui sont ici bas", parce qu'ils sont déjà morts en Christ. Au verset 9, ça c'est important, ce qu'il dit là. Ecoutez bien : "Ne mentez pas les uns aux autres". Ce n'est pas simplement : "Dites-vous la vérité", mais ça veut dire : "N'essayez pas de vous faire passer pour quelque chose que vous n'avez pas compris, dont vous n'avez pas eu la révélation". Parce que ce serait un mensonge d'aller dire à quelqu'un : "Je suis mort et ressuscité en Christ". D'accord, tu cites une vérité de la Parole. Mais si ton cœur est complètement éloigné de cette vérité parce que tu es attiré par les choses de la terre et que tu veux paraître bien aux yeux des autres parce qu'on t'a enseigné ça et que tu le répètes, tu es en train de mentir. Tandis que si c'est une vérité qui a été révélée dans ton cœur par le Saint-Esprit et que tu sais que c'est ça ; la vie de Dieu est en toi, tu es en Christ et il est en toi, il t'a révélé qui tu es en lui, que tu es mort à ce monde, que tu es né à une vie nouvelle et qu'il est en train de t'amener à la perfection, que tu es attiré vers les choses d'en haut, par les choses du Seigneur et que tu le dis aux autres, alors là, tu dis la vérité. "Ne vous mentez pas les uns aux autres". Si je n'ai pas encore eu cette révélation, je ne vais pas faire semblant de l'avoir eue. Je vais dire honnêtement aux autres : "Moi j'ai compris ce qui a été enseigné, j'ai reçu une révélation qui n'est pas encore complète, je veux qu'elle soit complète. Prie pour moi pour que je reçoive une pleine révélation de ces choses, que je sache ce que je suis en Christ". Et là, quand on est honnête, on va s'aider les uns les autres. "Et ayant revêtu l'homme nouveau qui se renouvelle dans la connaissance selon l'image de celui qui l'a créé. Il n'y a ici ni Juif, ni Grec". Encore une tradition des hommes. Il y a certains chrétiens qui disent : "Oh, celui-là, il était juif, maintenant il est chrétien, alors parce qu'il était juif avant et que maintenant, il est chrétien, ça va être un chrétien exceptionnel". C'est faux, c'est une tradition des hommes. Il n'y a plus, en Christ ni Juif, ni Grec. Sinon, ça voudrait dire qu'au sein de l'Eglise, il y a une caste spéciale, c'étaient les juifs convertis, alors ceux-là, ils sont spéciaux. Et j'en ai vu, beaucoup de chrétiens qui avaient tendance à considérer les juifs convertis comme un peu plus spéciaux ou élevés que les autres ou ayant des dons spéciaux ou des révélations spéciales. C'est faux, c'est une tradition humaine. Puisqu'en Christ, "il n'y a ni Juif, ni Grec, ni païen, ni rien, ni circoncis, ni incirconcis, ni barbare, ni Scythe, ni esclave ni libre". Donc, il fait référence à toute la vie passée. En Christ, on peut dire tout le reste. Il n'y a ni professeur d'université, ni manœuvre ; il n'y a ni homme, ni femme. Il n'y a ni savant, ni ignorant. Il n'y a que le Seigneur, tout et en tous qui nous amène à la perfection. Christ est tout et en tous. Alors quand je regarde mon frère, je vois Christ qui est tout en lui. On dirait qu'il n'ose pas y croire. Certains disent : "C'est… Ah, Seigneur, oui, c'est presque trop beau, Seigneur, mais je ne mérite pas ça". Ah mais tu ne le mérites pas. C'est un don gratuit. C'est un cadeau. Tu vois ? Il te donne tout, tu le reçois simplement et tu dis : "Merci, Seigneur ! Merci ! Moi qui étais un incapable, moi qui étais un rien du tout, moi qui étais un misérable et qui croyait être quelqu'un". Maintenant, tu mets tout ça dans le panier, dans la poubelle du passé, de la mort, du tombeau et puis tu me dis : "Maintenant, c'est moi qui suis en toi, dit Jésus, qui suis tout en toi et puis je t'amène à la perfection. Je te donne tout d'en haut. Aie soif de moi, simplement et de ce que je vais faire dans ta vie. Aie soif !". "Tout et en tous. Ainsi, comme des élus de Dieu etc. supportez-vous". Quand j'ai cette révélation, je suis capable de supporter mon frère parce que quand je vais le voir ou voir ma sœur ou voir mon frère, avant, quand je le regardais avec les yeux de la chair, je le voyais insupportable, coléreux, difficile, etc. Maintenant, je vais voir un peu plus loin, je vais voir Christ en lui qui est en train de faire un travail de perfectionnement et mon regard va aller un peu plus loin. Tout ce que je vais essayer de comprendre, par la révélation du Saint-Esprit, c'est : "Est-ce qu'il veut marcher honnêtement avec Jésus ? Parce que Paul est sévère envers les chrétiens qui se prétendent chrétiens et qui continuent à vivre dans le péché et à s'y plaire et à y rester. Ou à ne pas travailler de leurs mains, ou à ne pas faire certaines choses que Dieu veut demander, alors qu'ils savent qu'ils devraient le faire. Ils ne sont pas honnêtes, ils prétendent être chrétiens tout en vivant dans le péché. On voit comment Paul demande de les traiter, ceux-là. Premier, deuxième, troisième avertissement, si tu ne veux pas comprendre quel est ton appel et crier au Seigneur pour qu'il t'amène avec tes faiblesses actuelles, tes difficultés, mais, avec un cœur honnête : "Seigneur, je veux avancer avec toi. Je ne veux pas paraître ce que je ne suis pas, mais je veux avancer avec toi et arriver au but". Alors là, le Seigneur t'aide. Mais celui qui dit : "Moi, je suis chrétien. Alléluia ! Gloire à Dieu ! On a un beau langage chrétien ou on assiste à des réunions et puis dans notre vie privée, on continue à faire, en le sachant, des choses que Dieu condamne, à être adultère ou menteur ou pratiquant certains péchés, tout en

disant : "Je suis chrétien", alors là, tu te mens à toi-même, tu mens aux autres et tu mens à Dieu. Tu mens, et il faut que tu sois repris, dans l'amour. Et si tu ne veux pas être repris, tu pars. Tu vas faire ta vie, mais tu ne vas pas chez moi. Enfin je veux dire, quand je dis chez moi, ce n'est pas ici, c'est dans l'Eglise de Jésus-Christ qui veut honnêtement avancer avec lui. Et il le dit dans le verset 16 du chapitre 3 : "Que la Parole de Christ habite parmi vous abondamment et exhortez-vous, instruisez-vous les uns les autres en toute sagesse". Ça veut dire : toi, mon frère ou ma sœur, tu vas m'exhorter, tu vas m'instruire parce que tu vas demander au Seigneur la capacité de m'aider. Demande-lui la capacité de m'aider, moi. Comment ? En m'aidant à voir des choses que je ne vois pas, en me donnant un conseil, une exhortation et puis moi, je vais en faire autant pour toi. Et nous allons nous exhorter mutuellement. Alors je ne lis pas la suite parce que ce sont des conseils pratiques qui ont toute leur valeur, une fois qu'on a compris le reste avant. Alors là, on peut entrer dans les conseils pratiques : "Femmes soyez soumises à vos maris, maris aimez vos femmes". Il reprend un certain nombre de choses, mais qui sont éclairées par tout l'enseignement qu'il a donné avant sur la révélation de notre position en Christ et de ce que Jésus a fait en nous et de ce qu'il veut faire en nous.

Alors maintenant, je vais pour terminer voir dans Luc de quelle manière nous devons écouter et pratiquer la Parole. Tout ce que nous avons entendu sur ce que nous sommes en Christ, comment faire etc. Il y a une manière de l'écouter qui nous permet de porter du fruit et une manière de l'écouter qui ne permet pas de porter du fruit. Dans Luc 8 et au verset 4, Jésus parle. Luc 8 verset 4 : "Une grande foule s'étant assemblée, des gens étant venus de diverses villes auprès de lui, il dit cette parabole : Un semeur sortit pour semer sa semence. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin. Elle fut foulée aux pieds et les oiseaux du ciel la mangèrent. Une autre partie tomba sur le roc. Quand elle fut levée, elle sécha parce qu'elle n'avait point d'humidité. Une autre partie tomba au milieu des épines, les épines crûrent avec elle et l'étouffèrent. Une autre partie tomba dans la bonne terre et quand elle fut levée, elle donna du fruit au centuple. Après avoir ainsi parlé, Jésus dit à haute voix : Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende !" Il y en avait qui n'avaient pas des oreilles pour entendre, il y en avait qui avaient des oreilles pour entendre. "Ses disciples lui demandèrent ce que signifiait cette parabole". Ils n'avaient pas compris. "Il répondit (alors regardez ce qu'il dit, le Seigneur, il parle à ses disciples, donc à nous) : Il vous a été donné de connaître les mystères du royaume de Dieu". Toutes ces choses que Dieu veut nous révéler, toute sa Parole, tout ce que Jésus a fait, tout ce qu'il veut faire en nous, Jésus dit à ses disciples : "A vous, disciples et à vous seuls il vous a été donné de comprendre". Et comment ils vont comprendre ? Et pourtant, ils étaient disciples et il dit : "On ne comprend pas". Comment ils vont comprendre ? En s'approchant de Jésus pour dire : "Jésus, explique-nous". Et aussitôt, Jésus explique. Mais il n'explique pas aux autres parce qu'ils ne pourraient pas comprendre, ils n'ont pas la vie du Seigneur en eux. Alors que quand nous avons la vie du Seigneur en nous, nous ne comprenons pas certaines choses, nous allons à Jésus en disant : "Jésus, je ne comprends pas ce que je suis en toi ou ce que tu m'appelles à faire etc. Jésus, explique-moi ta Parole". Et Jésus l'expliquera. C'est son désir, il le fait, là. Parce qu'il nous a été donné de connaître tous ces mystères. On doit les connaître tous, jusqu'au bout. Mais qu'est-ce qui ce serait passé s'ils n'avaient rien demandé au Seigneur, en disant : "Oh, il est occupé. Je n'ai rien compris à ce qu'il a dit"… Ils se sont approchés du Seigneur et ils ont demandé et parce que ça leur avait été donné, Jésus n'a aucun problème pour leur révéler l'explication. Mais il faut lui demander. C'est une prière qu'ils font à Jésus, une simple prière. Jésus, explique-nous. "Mais pour les autres, cela leur est dit en paraboles pour qu'en voyant, ils ne voient pas et qu'en entendant ils ne comprennent pas". C'est dur, apparemment. Dans Matthieu, je vous lis, ne regardez pas, je vous le lis, le même passage dans Matthieu, il dit un petit verset supplémentaire qui nous permet de comprendre pourquoi il parle de ça à propos des païens. Il dit : "Pour eux, pour les autres qui ne sont pas mes disciples, s'accomplit cette prophétie d'Esaïe : "Vous entendrez de vos oreilles et vous ne comprendrez pas, vous regarderez de vos yeux et vous ne verrez pas. Car le cœur de ce peuple est devenu insensible. Ils ont endurci leurs oreilles et ils ont fermé leurs yeux de peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, qu'ils ne comprennent de leur cœur, qu'ils ne se convertissent et que je ne les guérisse". Vous voyez pourquoi Jésus dit : "A eux, ça ne leur est pas donné, l'explication. Pourquoi ? Parce qu'ils ne sont pas mes disciples. Et pourquoi ils ne sont pas mes disciples ? Parce qu'ils ont fermé leurs oreilles et leurs yeux à l'appel que je leur adressais et ils ont dit : Non". Même du temps de Jésus, il y avait des foules qui le suivaient, mais parmi cette foule, il y avait des disciples, il y en avait pas. Jésus guérissait tous. Jésus donnait sa bénédiction à tous, même à ceux qui n'étaient pas ses disciples. Mais la compréhension des mystères de Dieu, ce n'était que pour ses disciples. Parce que les autres avaient dit : "Nous, on veut bien une guérison, on veut bien manger du pain ou des poissons, mais on ne veut pas de la vie de Jésus. On ne veut pas de sa sainteté, de sa perfection". Et à cause de ça, ils n'ont pas pu recevoir l'explication. Alors aux disciples, il leur dit. Mais même là, il leur dit : "Faites attention parce que vous, mes disciples, je vais vous expliquer ce que ça signifie, mais faites attention à la manière dont vous allez écouter cette Parole que je vous donne". Voici ce que signifie cette parabole, au verset 11 : "La semence, c'est la Parole de Dieu". Et ça, ça doit t'encourager aussi parce que chaque fois que tu lis cette parole, tu lis, tu es en contact avec une semence. Et une semence, quand elle est plantée et qu'elle grandit, elle produit du fruit au centuple. Quand je regarde, moi, on se promenait aujourd'hui, on regardait un amandier magnifique avec plein d'amandes et je prends une amande, et je dis : "Mais Seigneur, dans cette amande là, un seul fruit, si je la plante et que j'attends suffisamment de temps, il va produire un arbre qui va en donner des milliers. Quelle richesse, quelle abondance ! Et quand je vois cette petite amande, est-ce que ça ressemble à l'arbre qui va pousser derrière ? Rien, il n'y a rien de commun. Cet arbre majestueux, grand, des fleurs magnifiques au printemps, avec plein de fruits etc… ; tout ça dans cette petite semence là. Alors la Parole de Dieu, c'est pareil. C'est une semence formidable. Une graine est plantée dans ton cœur, elle va produire un arbre magnifique avec des fleurs, des fruits, des milliers ! une graine ! Une Parole de Dieu ! Et il y en a là-dedans, des paroles ! Chaque Parole une semence. Ça se plante. Et vous savez, la générosité du semeur, il sème partout, sur les ronces, les épines, les chemins, tout. Il arrose tout le monde parce qu'il veut que ça produise du fruit, il veut tellement que ça produise du fruit. Mais "ceux qui sont le long du chemin (il y a des gens, ils sont le long du chemin, ils sont comme un chemin tassé), ce sont ceux qui entendent, puis le diable vient et enlève de leur cœur la Parole". Ils ont le cœur dur comme ce sol, là. La Parole est bien semée, mais comme elle est dure, elle n'entre pas dans le sol et immédiatement, les oiseaux arrivent et hop, les démons arrivent et enlèvent la parole. Vous savez que Satan a le pouvoir d'enlever la Parole de Dieu d'un cœur où elle ne pénètre pas ? C'est un pouvoir fantastique, ça qu'il a, mais il ne peut rien faire quand la semence est tombée et rentrée dedans. Mais si elle est là sur le sol, il a le pouvoir de l'enlever. Et puis c'est fini, maintenant, elle n'y est plus, elle ne plus produire du fruit. Et là, ce sont ceux qui entendent, mais qui ont le cœur trop dur ; "de peur qu'ils ne croient et soient sauvés". "Ceux qui sont sur le roc (verset 13) ce sont ceux qui, lorsqu'ils entendent la Parole la reçoivent avec joie. Mais ils n'ont pas de racines". Il n'y a qu'une toute petite épaisseur de terre et en dessous, c'est du rocher, plein. Alors évidemment, elle va vite pousser et grandir, grandir. Ça pousse très vite, sur une mince épaisseur parce qu'il n'y a pas de racines, ça ne s'enfonce pas. Mais, ils n'ont pas de racines, à l'intérieur, en eux-mêmes. Ils croient pour un temps et ils succombent au moment de la tentation. Il ne faut pas qu'il en soit de même pour nous. Quand cette Parole arrive en disant : "Christ est en toi, il t'amène à la perfection, il a fait de toi un être entièrement créé nouveau". Ah, tu le reçois avec joie et puis, un temps et puis l'épreuve arrive, la difficulté vient où tu retombes dans ta colère habituelle et tu dis : "Ca y est, bon, c'est fini. C'est cuit, ça ne marche pas avec moi". Ça n'a pas pénétré, il n'y a pas de racines. Mais on va voir pourquoi il n'y a pas de racine. Verset 14 : "Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui ayant entendu la Parole s'en vont". Ils ont la Parole dans leur cœur, mais, ils la laissent étouffer par les soucis, les richesses, les plaisirs de la vie. Si nous nous laissons aller à être pris par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, ça va être des ronces et des épines qui vont étouffer, vous savez combien les mauvaises herbes poussent mieux que les bonnes ! Tous ces soucis, ces convoitises, cet amour des richesses et ces plaisirs de la vie, ça va être des ronces et des épines qui vont complètement étouffer la bonne semence. Elle n'arrivera pas à produire son fruit. Tout va partir dans les mauvaises herbes, tout. "Mais ce qui est tombé (alors verset 15), ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui ayant entendu la parole avec un cœur honnête et bon la retiennent et portent du fruit avec persévérance". Donc, parmi ces quatre catégories de personnes, ceux qui ont le cœur dur, ceux qui ont des rochers là, et pas beaucoup de terre et ceux qui ont rempli de ronces et d'épines, la différence avec la dernière catégorie, la seule différence, c'est que les trois premiers n'ont pas de cœur honnête et bon et que le dernier, il a un cœur honnête et bon. Il n'est pas dit qu'il est parfait et que parce qu'il est parfait, il va pouvoir écouter la Parole, pas du tout. Il a un cœur honnête et bon. Honnête ? Qu'est-ce que ça veut dire, être honnête devant Dieu ? Ça veut dire reconnaître ce qu'on est, reconnaître ses faiblesses, ses limites, reconnaître tout ce qu'on est, tout ce que Dieu nous montre en disant : "Seigneur, tu as raison, c'est ça. Je suis comme ça. Je suis … Oui… Seigneur, c'est ça. Donc, de moi-même, je suis honnête. Tu me montres ça, d'accord. Je n'essaye pas de me cacher devant toi". Les autres ne sont pas honnêtes. Et ils ne peuvent pas donc, avoir un terrain capable de garder la Parole. C'est la seule qualité que Dieu demande à ses disciples : au départ, un cœur honnête et bon. Bon parce qu'il est honnête et pas bon parce qu'il est rendu parfait. C'est un cœur honnête. "Seigneur, tel que je suis je viens à toi avec mes limitations. Je n'ai même pas une grande soif de toi, Seigneur. C'est vrai. Je suis honnête, je n'ai même pas une grande soif de toi". C'est honnête de le dire. J'entends quelquefois certaines prières, je me dis : "Mais il n'y a pas un brin d'exagération, là ?"" Ça peut être vrai quelquefois, mais quelquefois, je soupçonne : "Seigneur, tu connais la foi immense que j'ai pour toi, et puis la soif que j'ai de toi"… Je dis : "Mais, il y a quelque chose qui ne sonne pas juste". Je le sens dans mon cœur. Peut-être que je me trompe, mais… Moi, je le dis ça, à Dieu, quand je suis souvent en privé. Mais je n'ose pas le dire en public. Je devrais, si c'est vrai, si je suis honnête, je n'ai rien à cacher. Mais j'ai plus de facilité à le dire quand je suis seul avec le Seigneur, à épancher mon cœur comme ça : "Tu sais quelle soif j'ai de toi, Seigneur, quel désir ! Toutes les grandes choses"… J'ai encore un peu de scrupules à le dire en public, mais peut-être que ça viendra. La liberté sera pleine et entière, je dis : "Seigneur"… Honnête devant Dieu et devant les hommes. Amen. C'est la seule qualité que Dieu exige de toi. Un chrétien disciple qui n'est pas honnête devant son Dieu, qui ne reconnaît pas ce qu'il est quand Dieu le lui montre à la lumière du Saint-Esprit, tu auras un cœur dur, un cœur avec des pierres, un cœur avec des ronces parce que tu vas essayer de paraître ce que tu n'es pas. Un cœur honnête, automatiquement, la terre est prête. Elle est ouverte à la réception de la Parole. Alors n'oublie jamais que pour toutes ces choses dont nous avons parlé ou les choses que le Seigneur veut te montrer, la seule chose qu'il te demande, même si tu es encore plein de défauts, il y a une chose que Dieu demandera de toi, avec tous tes défauts, c'est que tu sois honnête. Honnête, c'est tout. "Seigneur, j'ai plein de défauts encore. Je sais que je suis parfait en toi, mais je regarde, j'ai encore plein de défauts". Ça, c'est honnête. "Mais en toi, j'ai reçu la perfection et c'est ça que je veux atteindre par ta puissance qui agit en moi. Et je crois que je l'ai reçue en toi, j'ai les yeux fixés sur toi et je vais avancer parce que la semence est plantée dans mon cœur. C'est ça que je garde, Seigneur, c'est ça. Elle va produire du fruit parce que je suis honnête devant toi". Et s'il y a quelque chose de malhonnête, s'il y a quelque chose qui paraît et qui n'est pas la sincérité, l'authenticité, l'honnêteté, tu vas me le montrer, Seigneur. Tu vois, je suis honnête, je veux que tu me montres tout, que tu me montres même la malhonnêteté, et que je t'en parle et que je dise : Oui, Seigneur, je ne suis pas vraiment honnête". C'est être honnête, ça. C'est formidable ! Alléluia ! Et à ce moment là, si tu as cette qualité d'honnêteté que Dieu demande à tous, le pire des pécheurs, même encore sans être converti, il peut avoir cette honnêteté devant le Seigneur et c'est ça qui permet à la semence de la Parole de salut d'entrer. Le pire des pécheurs, avant même d'être sauvé, il peut avoir tous les défauts du monde, mais s'il arrive à se placer devant le Seigneur avec un cœur honnête et dire : "Seigneur, bon ça va, maintenant, bas les masques, honnêtement, je reconnais que je suis malhonnête, voleur, pourri, tout. Je suis honnête, Seigneur. Je ne peux même pas changer moi-même. Fais ton œuvre en moi". Et là, c'est un travail du Saint-Esprit, c'est le Saint-Esprit qui convainc de péché, de justice et de jugement, mais tous les hommes sont capables de cette honnêteté là, tous au départ. Et c'est parce qu'ils auront cette honnêteté que leur cœur sera prêt à recevoir la semence de la Parole pour qu'elle grandisse et qu'elle produise du fruit. Quand ton cœur est honnête, il n'y a pas une seule ronce et épine dedans, il n'y a pas un seul rocher, il n'y a pas un seul brin de terre dur, ton cœur est honnête, il est bien prêt à recevoir la semence. Tu vois la différence entre la perfection et l'honnêteté ? C'est clair ? Alléluia ! Alors avec un cœur honnête comme ça, nous sommes capables d'arriver au but à chaque étape de notre progression parce qu'à chaque étape, le Seigneur va faire la lumière et le Seigneur va m'aider à comprendre ce qu'il a fait pour moi, la place qu'il a pour moi, les dons qu'il me réserve. Il va me permettre de comprendre ça et je vais le recevoir par la foi, sa parole, une révélation : "J'ai pour toi tel travail". C'est une parole de Dieu. "Et j'ai pour toi tel don spirituel". C'est une parole de Dieu, c'est une semence. Avant même de le voir accompli, je vais le recevoir dans un cœur honnête et puis je vais le garder et ça va produire du fruit à la gloire de Dieu jusqu'à la perfection puisque cette Parole où Dieu dit : "Tu es destiné à être parfait comme Christ", c'est une semence qui, si elle est reçue dans un cœur honnête, va produire exactement la récolte que Dieu attend. La perfection. Voilà, je vais en rester là pour ce soir, et j'ai le cœur rempli de louange et de reconnaissance pour ce que le Seigneur est en train de faire maintenant dans ma vie et puis dans la vie de tous ceux qui ont le cœur honnête et bon.

"Seigneur, je veux te bénir de tout mon cœur. J'ai soif de toi, de ta Parole, de la révélation d'en haut, Seigneur et je désire qu'honnêtement, Seigneur, je désire que tu me montres pas à pas tout ce qu'il faut faire. J'ai besoin de toi pour comprendre ta parole, j'ai besoin de toi, Seigneur, pour comprendre ce que tu veux faire dans ma vie, j'ai besoin de toi pour être guidé à chaque pas, j'ai besoin des dons que tu as prévus pour moi, j'ai besoin de mieux comprendre, Seigneur, j'ai besoin de pouvoir mieux aider mes frères, mes sœurs. Seigneur, je sais que tout cela, je l'ai en toi, déjà. Et je veux d'abord te bénir et t'adorer parce que tu habites en moi et tu m'as tout donné en toi et mes yeux sont sur toi et sur le but que tu veux que j'atteigne, je te remercie de m'aider. Aide-moi, Seigneur et aide mes frères, aide mes sœurs. Aide Seigneur, tous ceux qui entendent ton appel d'un cœur honnête et qui veulent vraiment que tu agisses dans leur cœur. Plante ta Parole dans leur cœur, Seigneur et continue de travailler par ton Saint-Esprit, dans le cœur de tous les hommes, Seigneur pour qu'ils voient briller ta lumière. Seigneur, je t'en remercie dans le nom de Jésus. Amen".