A091  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 24/05/2008





La Fête des Trompettes et l'Enlèvement.

Le plan de Dieu pour l'humanité, les fêtes juives, les signes qui précèdent le retour très proche de Jésus, et l'enlèvement de tous ceux qui seront prêts.



Henri Viaud-Murat. 23 Mai 2008

 

 

            Nous reproduisons tout d'abord ci-dessous (pages 1 à 6) notre ancien article intitulé Les Fêtes de l'Eternel (article autrefois diffusé sur le site Internet Parole de Vie sous la référence A371), car la lecture préalable de cet article est essentielle pour la compréhension de la suite du présent article (pages 6 à 15).

 

 

Les Fêtes de l'Eternel

 

Le chapitre 23 du Livre du Lévitique présente l'ensemble des sept Fêtes solennelles que devait observer le peuple d'Israël, selon l'ordre donné par l'Eternel à Moïse. Chaque Fête représente un signe prophétique concernant la vie et le ministère du Seigneur Jésus-Christ. Ces signes s'appliquent par conséquent aussi à l'Eglise, Corps de Christ.

 

            Tout le plan de Dieu pour l'humanité est, d'une manière extraordinaire, révélé par la nature et le calendrier exact des sept Fêtes de l'Eternel que devait observer Israël. C'est toute la destinée de l'espèce humaine qui se déroule entre la première et la septième Fête.

 

Le calendrier de Dieu est basé sur les phases de la lune. Chaque mois Juif commence donc immédiatement après une nouvelle lune.

 

Voici la liste de ces Fêtes et leur date :

 

- La Fête de la Pâque : le 14 du mois de Nisan. Première pleine lune de printemps.

 

- La Fête des Pains sans Levain : du 15 au 22 du mois de Nisan.

 

- La Fête des Prémices : le premier jour de la semaine qui suit le sabbat de la Pâque du mois de Nisan. Cela pouvait être le 16 du mois, si le 15 était un sabbat. Sinon, il fallait attendre le premier jour de la semaine qui suivait le premier sabbat de la Pâque.

 

- La Fête de Pentecôte : le 6 du mois de Sivan.

 

- La Fête des Trompettes : le premier du mois de Tishri.

 

- La Fête des Expiations : le 10 du mois de Tishri.

 

- La Fête des Tabernacles : le 15 du mois de Tishri.

 

 

Les Fêtes du Printemps :

 

A. Pesach (Fête de la Pâque - Lévitique 23:5). L'année religieuse Juive commence ce jour-là. Ce jour commémore le sacrifice de l'agneau, au pays d'Egypte, qui a marqué la délivrance finale du peuple d'Israël. Le sang de l'agneau a été appliqué sur les montants et le linteau des portes de chaque maison. L'ange destructeur, voyant le sang, passait au-dessus de la maison, sans frapper ses occupants.

 

            Signification spirituelle pour l'Eglise : Cette fête représente la mise à mort du Seigneur Jésus, le jour même de la Pâque. L'Agneau de Dieu nous a rachetés de la servitude du péché, de la chair, du monde et du diable. Notre "maison" (notre corps) est marquée du sang de l'Agneau, ce précieux sang qui nous a rachetés.

 

            L'année de la mort du Seigneur, le jour de la Pâque (14e jour du mois de Nisan) devait être un mercredi, pour permettre au Seigneur de rester dans la tombe trois jours et trois nuits. Le "Vendredi saint" du Catholicisme est une tradition sans fondement biblique ni historique.

 

La Pâque représente donc aussi notre mort en Jésus-Christ.

 

 

B. Chag HaMotzi (Fête des Pains sans Levain - Lévitique 23:6). Cette Fête s'observait dès le lendemain de la Pâque, le quinzième jour du mois de Nisan, et durait sept jours, du 15 au 21 du mois de Nisan. Le quinzième jour de Nisan, c'est-à-dire le premier jour de la Fête, était chômé. Pendant cette Fête, les Israélites devaient manger du pain sans levain. Le levain représente le péché. Le fait de manger pendant sept jours des pains sans levain représentait la marche dans la sainteté. On devait aussi nettoyer complètement les maisons de toute trace de levain.

 

Les Israélites ont franchi à sec la Mer Rouge pendant la Fête des Pains sans Levain.

 

            Chaque pain sans levain (matzah) était strié (comme flagellé) et percé. La coutume Juive était d'enterrer, de cacher et de "ressusciter" le second des trois pains sans levain (celui du milieu, qui représente Jésus mis au tombeau).

 

            Cela représente l'ensevelissement de Jésus-Christ. Son corps pur et sans péché fut flagellé et percé sur la croix, et Il mourut par amour pour nous. Jésus est aussi le "Pain de Vie" descendu du Ciel. Il est né à Bethlehem, qui signifie en Hébreu "la maison du pain."

 

            Jésus a été enseveli le soir de Sa mort, c'est-à-dire, au début du lendemain du jour de la Pâque. Si le jour de la Pâque était un mercredi (ce jour avait commencé dès le mardi soir), le quinzième jour du mois de Nisan commençait dès le mercredi soir. C'était un jour chômé, comme un sabbat.

 

Cette Fête représente aussi notre ensevelissement en Jésus-Christ.

 

 

C. Yom Habikkurim (Fête des Prémices - Lévitique 23:11). Cette Fête s'observait le premier jour de la semaine suivant le sabbat de la Pâque, c'est-à-dire le premier sabbat suivant le jour de la Pâque. Ce jour-là, les prémices des productions du pays étaient présentées à l'Eternel, pour Le remercier de la fertilité qu'Il accordait à Son peuple.

 

            Jésus est ressuscité le premier jour de la semaine. Il est les "Prémices" de la résurrection et de ceux qui vont ressusciter. La Fête des Pains sans Levain ayant commencé dès le mercredi soir, le jeudi étant chômé (premier jour de la Fête des Pains sans Levain), le vendredi était un jour normal de travail. C'est alors que les femmes ont dû préparer les aromates pour embaumer le corps de Jésus. Mais le lendemain étant un sabbat ordinaire (le premier sabbat après la Pâque), elles se sont reposées, pour aller au tombeau le matin du premier jour de la semaine.

 

Mais ce premier jour de la semaine (le dimanche) avait commencé la veille au soir, le samedi (shabbat). Jésus était déjà ressuscité le "matin du premier jour de la semaine," le dimanche au matin, quand les femmes sont venues au tombeau. Pour respecter les "trois jours et les trois nuits" au tombeau, le Seigneur a donc dû ressusciter dès le samedi en fin de journée, avant la nuit. Les Evangiles disent : "Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine" (Marc 16:9). Cela ne signifie pas qu'Il est effectivement ressuscité le matin du premier jour de la semaine. Mais cela peut aussi signifier qu'Il était déjà ressuscité le matin du premier jour de la semaine, quand les femmes sont arrivées au tombeau.

 

Cette Fête des Prémices représente aussi notre résurrection en Jésus-Christ.

 

 

            Ces trois premières Fêtes du Printemps représentent les trois étapes de notre salut en Jésus-Christ : notre mort, notre ensevelissement et notre résurrection en Christ. Ces trois étapes sont aussi représentées par le baptême d'eau par immersion : nous sommes "plongés" dans la mort de Christ, "ensevelis" sous l'eau, et "ressuscités" à une vie nouvelle par notre sortie de l'eau. Le vrai baptême chrétien ne peut donc être pratiqué que par une immersion complète, seule à même de représenter correctement et complètement notre mort, notre ensevelissement et notre résurrection en Jésus-Christ.

 

 

D. Shavu'ot (Fête de Pentecôte - Lévitique 23:16). Cette Fête s'observait "le lendemain du septième sabbat après le sabbat qui suit la Fête des Prémices", soit le cinquantième jour suivant.

 

C'est aussi le jour où les Juifs commémorent le don de la Torah à Moïse par l'Eternel, sur le Mont Sinaï.

 

            On peut aussi remarquer que le jour où Moïse descendit du Mont Sinaï avec les Tables de la Loi, "environ trois mille hommes" moururent à cause de l'idolâtrie du peuple (Exode 32 : 28). En revanche, le jour de la Pentecôte, à la suite de la prédication de Pierre, "environ trois mille âmes" se convertirent à Christ (Actes 2 : 41)  !

 

            C'est le jour même de la Fête de Pentecôte que le Saint-Esprit fut répandu sur l'Eglise, marquant le début du temps de la grâce, qui doit durer jusqu'au retour du Seigneur.

 

            Deux pains tressés, cuits avec du levain, devaient être offerts lors de cette Fête. Ils représentent l'Eglise, composée de Juifs et de Gentils unis dans le même Corps.

 

            Les quatre premières Fêtes du Printemps se sont déjà accomplies dans la vie et le ministère du Seigneur Jésus. Les trois Fêtes de l'automne sont encore à venir, dans leur accomplissement prophétique pour Christ et pour l'Eglise. Nous sommes donc toujours sous le régime de Shavu'ot, de Pentecôte, ou encore du Saint-Esprit.

 

 

Les Fêtes de l'automne :

 

Trois Fêtes se célébraient en automne, en septembre-octobre :

 

E. Yom Teru'ah (Fête des Trompettes - Lévitique 23:24). Cette Fête devait se pratiquer le premier jour du mois de Tishri, en septembre. Elle dure un jour en Israël, et deux jours en dehors d'Israël. L'intervalle d'environ quatre mois entre la Fête de Pentecôte et la Fête des Trompettes représente le temps de l'Eglise. C'est aussi un temps de sécheresse en Israël, mais aussi le temps du mûrissement des récoltes et de la moisson.

 

            Le dernier mois de l'été est le mois d'Elul. Au cours de ce mois, chaque jour, retentissait un seul son du shofar (la corne de bélier), pour préparer le peuple aux trois prochaines fêtes de l'automne.

 

            Finalement, le premier jour du mois de Tishri, qui marquait le début de la Fête des Trompettes, le shofar retentissait 100 fois, pour rassembler les fidèles et les convoquer au Temple. Tous devaient alors abandonner les travaux de la moisson pour se rendre à la Fête.

 

Ce jour marque aussi le premier jour de l'année civile Juive, ou Rosh Hashanah.

 

            Dans 1 Corinthiens 15:51-53, Paul parle du son de la trompette de Dieu, qui doit réveiller les morts et marquer le jour de l'Enlèvement de l'Eglise. Les Chrétiens cesseront alors de moissonner pour partir à la rencontre du Seigneur dans les airs.

 

            Ce jour symbolise donc la résurrection de tous ceux qui sont "morts en Christ," et le "changement en un clin d'œil" de tous ceux qui seront vivants, le jour de l'Enlèvement.

 

            Selon la tradition Juive, ce jour sera celui du Jour du Jugement, où le Créateur jugera tous les habitants de la terre. Ce jour était aussi considéré comme étant celui du commencement de la création.

 

            Le fait que les quatre premières étapes prophétiques du ministère de Jésus correspondent aux quatre premières Fêtes du printemps nous permet de penser que les trois dernières étapes prophétiques de Son ministère seront aussi inaugurées les jours mêmes des trois dernières Fêtes de l'automne.

 

L'Enlèvement de l'Eglise, qui est aussi le jour de la résurrection des morts en Christ, doit donc normalement se produire lors d'une prochaine Fête des Trompettes.

 

Voici les dates des sept prochaines Fêtes des Trompettes :

 

            2006 : Samedi 23 septembre (jour de shabbat) (1 Tishri 5767).

 

            2007 : Jeudi 13 septembre (1 Tishri 5768).

 

            2008 : Mardi 30 septembre (1 Tishri 5769).

 

            2009 : Samedi 19 septembre (jour de shabbat) (1 Tishri 5770).

 

            2010 : Jeudi 9 septembre (1 Tishri 5771).

 

            2011 : Jeudi 29 septembre (1 Tishri 5772).

 

            2012 : Lundi 17 septembre (1 Tishri 5773).

 

(Notez que les journées juives commencent la veille au soir).

 

 

F. Yom Kippur (Fête des Expiations - Lévitique 23:27). Cette Fête devait se célébrer le dixième jour du mois de Tishri. C'est le jour le plus saint de l'année religieuse du peuple Juif. Ce jour était précédé, juste après la Fête des Trompettes, des "jours redoutables." C'étaient des jours de préparation au Yom Kippur qui allait suivre, des jours d'examen de soi, de repentance, de réconciliation et de remise en ordre devant l'Eternel. Les Juifs devaient "affliger leur âme" le jour du Yom Kippur. Ils ne devaient rien manger ni boire pendant 24 heures.

 

            C'est le jour du Yom Kippur, une seule fois par an, que le Souverain Sacrificateur avait le droit d'entrer dans le Lieu Très Saint, avec le sang des agneaux et des boucs, pour faire l'expiation pour lui-même et pour le peuple. C'est à cette unique occasion annuelle que le Souverain Sacrificateur pouvait aussi prononcer, dans le Saint des Saints, le nom imprononçable de l'Eternel.

 

            Le Souverain Sacrificateur commençait par sacrifier un taureau pour lui-même. Puis il sacrifiait un bouc "pour le Seigneur," et entrait dans le Lieu Très Saint pour répandre le sang sur le propitiatoire. Il plaçait ensuite les péchés du peuple sur un autre bouc, le "bouc pour Azazel," qui était ensuite chassé dans le désert (Lévitique 16). Azazel représente Satan, qui sera lié pour mille ans pendant le Millénium.

 

Cette Fête symbolisait donc la réconciliation des Israélites avec Dieu.

 

            Cette Fête s'accomplira prophétiquement lors du retour du Seigneur Jésus sur la terre, au moment de la bataille d'Harmaguédon. Ce retour se fera le jour du Yom Kippur de la septième année après la Fête des Trompettes de l'année de l'Enlèvement de l'Eglise.

 

            Ce jour sera celui de la reconnaissance de Jésus-Christ comme leur Messie par tous les survivants du peuple Juif. Ce sera le jour de la conversion générale d'Israël à Jésus-Christ.

 

 

G. Sukkot (Fête des Tabernacles - Lévitique 23:34). Cette Fête commençait le quinzième jour du mois de Tishri, et durait sept jours. Le 22e jour, ou huitième jour, était aussi un jour saint distinct, et constituait le "dernier grand jour de la Fête."

 

            De même que la Pâque inaugurait les Fêtes du printemps, et était suivie par les sept jours de la Fête des Pains sans Levain, ainsi, la dernière des Fêtes de l'Eternel comprenait les sept jours de la Fête des Tabernacles, suivis d'un huitième jour distinct, le "dernier grand jour de la Fête." Ce grand jour final marque la consommation finale des Fêtes de l'Eternel et du cycle religieux.

 

La Fête des Tabernacles célèbre le fait que Dieu avait pourvu des abris pour Son peuple pendant la traversée du désert, après la sortie d'Egypte.

 

            Cette Fête aura son plein accomplissement prophétique quand le Seigneur reviendra avec Son Eglise "tabernacler," habiter au milieu de Son peuple, après Son retour sur la terre, pour y instaurer Son Royaume millénaire. Son grand Tabernacle sera situé à Jérusalem, qui sera le centre du monde futur. Chaque année, les nations du monde entier monteront à Jérusalem pour la Fête des Tabernacles (Zacharie 14:16-17).

 

Cette Fête des Tabernacles de la septième année après le début de la Tribulation marquera donc l'inauguration officielle du Millénium.

 

            Le "dernier grand jour de la Fête," le huitième jour, représente ce qui se passera à la fin du Millénium, au moment du Jugement dernier, celui du "Grand Trône Blanc," qui précède la nouvelle création, le nouveau ciel et la nouvelle terre, sur laquelle descendra la Nouvelle Jérusalem. La mort ne sera plus. L'histoire de cette terre se terminera, et l'éternité avec le Seigneur commencera.

 

 

Ainsi, nous pouvons constater que ce cycle des sept Fêtes de l'Eternel données au peuple Juif revêt une grande signification prophétique pour l'Eglise du Seigneur Jésus, comme pour le monde entier.

 

            Il ne s'agit pas, pour l'Eglise de la Nouvelle Alliance, de revenir à la pratique obligatoire de ces Fêtes. Les Chrétiens qui désirent les célébrer peuvent le faire librement, en tant que commémoration. Mais il ne s'agit plus d'une ordonnance légale, comme sous la Loi de Moïse.

 

            Il s'agit toutefois, pour l'Eglise, de comprendre le sens spirituel de ces Fêtes, et de les observer d'une manière spirituelle. Chaque Fête révélait l'un des aspects essentiels du caractère de Dieu, et préfigurait un aspect capital de la vie et du ministère du Messie, Jésus-Christ notre Seigneur.

 

            La grande leçon à retirer de ces Fêtes, c'est que nous devons toujours être prêts, en permanence, à servir et à célébrer le Seigneur, en L'aimant de tout notre cœur, de toutes nos pensées, de toute notre âme et de toutes nos forces.

 

            Il ne s'agit pas de surveiller de loin l'arrivée de la prochaine Fête des Trompettes, pour nous préparer à la sauvette ! Nous n'en aurions certainement pas le temps. Il s'agit de mener une vie qui soit en permanence à la gloire du Seigneur, comme si chaque jour de notre vie devait être celui de l'Enlèvement !

 

            Chaque jour doit être pour nous un grand jour de Fête pour l'Eternel ! Alors, quand la dernière trompette retentira, nous bénéficierons pleinement de la grâce de Dieu pour partir à la rencontre du Seigneur. Amen !

 

--------------------------------

 

Nous pouvons à présent développer la suite du présent article référence V305

 

Auparavant, nous pouvons résumer encore une fois l'essentiel de l'article précédent :

 

 

Les Fêtes de l'Eternel sont au nombre de sept : quatre sont fixées au printemps, et trois à l'automne.

 

Les quatre fêtes du printemps ont correspondu, au jour exact, à un événement précis de la vie du Seigneur et de l'Eglise :

 

            - Jésus-Christ est mort le jour même de la Fête de la Pâque juive.

 

            - Il a été enseveli le premier jour de la Fête des pains sans levain.

 

            - Il est ressuscité le jour même de la Fête des Prémices.

 

            - L'Esprit-Saint est descendu sur l'Eglise le jour même de la Fête de Pentecôte.

 

 

On peut donc raisonnablement penser que les trois fêtes de l'automne vont également correspondre à un événement capital de la vie du Seigneur et de Son Eglise.

 

            Voici les événements auxquels vont probablement correspondre ces fêtes de l'automne :

 

            - L'Enlèvement de l'Eglise devrait se produire lors de l'une des prochaines Fêtes des Trompettes, ce qui marquera le début de la Grande Tribulation.

 

            - Le retour du Seigneur sur la terre devrait se produire le jour même de la Fête du Yom Kippur de la septième année qui suit l'enlèvement de l'Eglise. Car c'est à ce moment que tous les Juifs rescapés de la Grande Tribulation se convertiront au vrai Messie.

 

            - Le début du Millénium devrait être proclamé le jour de la Fête des Tabernacles qui suit la fête précédente, celle du Yom Kippur.

 

 

Puisque nous sommes près de cette prochaine Fête des Trompettes, qui doit marquer l'Enlèvement de l'Eglise, il nous a semblé important d'approfondir l'étude de cette fête.

 

 

La Fête des Trompettes et l'Enlèvement.

 

Nous développerons deux thèmes :

 

- La signification profonde de la Fête des Trompettes dans le Judaïsme, et son application à l'Enlèvement de l'Eglise.

 

- Les signes célestes annoncés par le Seigneur, devant précéder immédiatement Son retour sur la terre, et leur application à notre époque, à la lumière de découvertes récentes.

 

 

A. La signification profonde de la Fête des Trompettes dans le Judaïsme, et son application à l'Enlèvement de l'Eglise.

 

La Fête des Trompettes (Yom Teruah) est la première des trois grandes fêtes de l'automne, dans le calendrier religieux Juif.

 

De même que les quatre fêtes du printemps ont correspondu à la première venue de Jésus, les trois fêtes de l'automne doivent correspondre à la seconde venue du Seigneur.

 

            Ces deux séries de fêtes sont séparées par une longue période de quatre à cinq mois, période qui correspond au temps de l'Eglise. C'est le temps du mûrissement de la récolte et de la moisson. C'est aussi un temps de grande sécheresse en Israël.

 

            La Fête des Trompettes est la seule à être célébrée un jour de nouvelle lune. Elle doit se célébrer sur deux jours, qui forment une seule " longue journée. " Elle était connue comme la fête "dont on ne connaissait jamais ni le jour ni l'heure."

 

            Dès que le premier croissant de lune était observé par les deux témoins chargés de cette mission, on sonnait cent coups de trompette : 11 séries de neuf coups brefs, suivies d'un son puissant et prolongé, celui de la "dernière trompette." C'est de cette "dernière trompette" dont parle l'apôtre Paul dans 1 Corinthiens 15:51-53. Il ne s'agit donc pas de la dernière des sept trompettes de l'Apocalypse, dont Paul ne connaissait pas l'existence au moment où il a écrit aux Corinthiens.

 

            Cet ordre précis de différents sons, brefs et long, indiquait aussi au peuple Hébreu, dans le désert, qu'il devait se préparer à décamper, pour se diriger vers un nouveau lieu de repos.

 

 

Quelle est la signification de la Fête des Trompettes chez les Juifs ? Elle est multiple.

 

            Le son de la trompette, ou plutôt du shofar (corne de bélier), est tout d'abord destiné à rappeler aux Juifs que le Dieu d'Israël est un Dieu de miséricorde, mais aussi un Dieu de jugement. Le son de la trompette est un appel à la repentance, tout en rappelant à Dieu Sa miséricorde pour ceux qui se repentent.

 

            C'est aussi l'annonce du jugement pour ceux qui refusent de se repentir. Les plus grands jugements divins doivent se manifester à partir de ce jour. C'est donc à la fois l'annonce de la résurrection et de l'enlèvement des justes, et du jugement des injustes lors de la Tribulation.

 

            La corne de bélier rappelle aussi la miséricorde divine, lors du sacrifice d'Abraham, qui a pu remplacer sur l'autel son fils Isaac par un bélier fourni par l'Eternel.

 

 

 

 

Dans le Judaïsme, la Fête des Trompettes évoque encore plusieurs choses :

 

            - Traditionnellement, le jour de la Fête des Trompettes commémore la création d'Adam, au sixième jour de la création, immédiatement avant le repos divin du shabbat. Pour nous, il représente le jour béni où notre corps sera ressuscité ou changé en un clin d'œil, avant l'enlèvement de l'Eglise, qui précède les sept années des noces de l'Agneau dans le Ciel, avant le grand Shabbat de la terre que représente le Millénium.

 

            - Ce jour marque aussi le premier jour de l'année civile Juive, ou Rosh Hashanah.

 

            - Le jour de la Fête des Trompettes est aussi le jour anniversaire de la naissance de Noé. Noé est une figure de l'enlèvement de l'Eglise (Genèse 7:6 et 8:13). C'est aussi le jour où il ôta la couverture de l'arche, quand la terre eut séché.

 

            - Ce jour annonce aussi le jour du jugement divin et celui de la résurrection des morts (Jérémie 30:6-7. Sophonie 1:14-16). Il s'agit du grand Jour de l'Eternel. Ce jour annonce la "tribulation de Jacob," qui se produira lors de la Grande Tribulation, quand l'Antichrist persécutera à mort les Juifs qui auront refusé de l'adorer comme Dieu. Mais Jacob sera finalement délivré de cette tribulation par le Messie, au moment de Son retour glorieux sur la terre.

 

            - Ce jour de la Fête des Trompettes est celui du rassemblement des élus de Dieu (Nombres 29:1-6). Le shofar était toujours utilisé pour rassembler le peuple, et tout particulièrement pour rassembler les troupes, ou pour "lever le camp." (Voir 1 Thessaloniciens 4:16 : « Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement »).

 

            - En ce jour du Yom Teruah, des "livres sont ouverts dans les cieux." Pendant dix jours, jusqu'à la Fête du Yom Kippur, chacun est appelé à s'examiner devant le Seigneur, à se repentir, et à mettre sa vie en ordre, avant le grand jour du Yom Kippur, jour de la rédemption d'Israël. Car c'est en ce jour du Yom Kippur que les livres sont fermés, et qu'est prononcée la sentence divine.

 

            Le Seigneur veut toujours avertir les pécheurs avant de prononcer Ses jugements. Ceux qui se repentent échappent à Son jugement.

 

            Rappelons que le jour du Yom Kippur est celui qui devrait voir le retour du Seigneur sur la terre avec l'Eglise. Tous les Juifs rescapés de la Grande Tribulation reconnaîtront alors "Celui qu'ils ont percé," et ils se convertiront à Jésus leur Messie (Romains 11:12).

 

            Il est intéressant de savoir que, dans la tradition juive, quand Moïse descendit pour la deuxième fois du Mont Sinaï, avec les Tables de la Loi, ce fut le jour du Yom Kippur. C'est en cette même Fête du Yom Kippur que Jésus doit revenir pour la deuxième fois sur la terre. Plus tard, quand il assembla et consacra le Tabernacle, ce fut le premier jour du premier mois (Exode 40:1). C'est ce premier jour du premier mois (mois de Nisan) qui marque le début de l'année religieuse.

 

            Ezéchiel reçoit la vision du Temple du Millénium le jour du Yom Kippur, le dixième jour du premier mois (Ezéchiel 40:1).

 

            En revanche, quand Salomon a consacré le Temple de Jérusalem, ce fut le jour de la Fête des Tabernacles, figure du Millénium (2 Chroniques 5:3).

 

            - Les trompettes sont aussi sonnées pour annoncer le jour du mariage du Messie (Joël 2:15-16). C'est aussi en ce jour que l'Eglise ressuscitée sera unie pour toujours avec son Seigneur, quand Il viendra l'enlever de cette terre à Sa rencontre dans les airs, pour la conduire aux noces de l'Agneau.

 

 

A ce propos, il est bon de rappeler comment se déroulait le mariage Juif :

 

- Le mariage était arrangé et approuvé par les parents, en particulier par le père.

 

- Le fiancé devait se présenter au domicile de sa future fiancée avec trois choses : une forte somme d'argent, un projet de contrat de mariage, et une outre de vin.

 

- Un prix était fixé pour "l'acquisition" de la mariée. Ce prix devait être payé par le fiancé.

 

- La fiancée devait donner son consentement.

 

- Dès que l'accord était conclu, on versait du vin dans une coupe, pour sceller l'alliance. Les fiançailles étaient alors conclues. Les fiancés étaient légalement liés en tant que mari et femme, mais sans pouvoir encore cohabiter.

 

- Un document écrit était alors établi, le ketubah, qui fixait le "prix" de la fiancée, les promesses faites par le fiancé, et les droits de la fiancée.

 

- Le fiancé donnait ensuite des cadeaux à sa fiancée.

 

- La fiancée devait passer par un bain rituel, ou "mikveh," symbolisant l'abandon de son ancienne vie et son passage à une vie nouvelle.

 

- Le fiancé retournait dans la maison de son père, pour préparer une place à sa fiancée. Cette place était appelée la "chambre."

 

- La fiancée se préparait de son côté à sa future vie d'épouse et de mère, et au retour de son fiancé.

 

- Seul le père du fiancé pouvait fixer la date de ce retour, car il fallait qu'il soit entièrement satisfait des préparatifs faits par son fils pour sa fiancée.

 

- Le retour du fiancé se faisait en général la nuit, au son du shofar. Il emmenait sa fiancée dans sa "chambre," où leur union était consommée. Puis une grande fête de sept jours réjouissait tous les invités.

 

Il est facile de voir tous les merveilleux symboles qui se retrouvent dans les relations de Christ et de Son Epouse !

 

            - Les trompettes sont aussi sonnées pour annoncer le couronnement du Messie, du Roi d'Israël (Psaumes 47 et 98:6-9). Le Seigneur est couronné comme Roi d'Israël et du monde. Sa souveraineté est alors affirmée.

 

            Il est intéressant de savoir que les rois d'Israël et de Juda étaient en général couronnés en ce jour de la Fête des Trompettes. C'est alors qu'ils étaient proclamés rois, qu'ils montaient publiquement sur le trône, qu'ils recevaient l'onction d'huile royale, et qu'ils étaient acclamés par tous leurs sujets, venus leur rendre hommage et allégeance.

 

 

Dans quel état spirituel se trouvera l'Eglise au moment de l'Enlèvement ?

 

            Au moment de l'Enlèvement, l'Eglise fidèle sera prête ! Elle sera trouvée veillant et priant. Elle ne sera pas surprise comme par un voleur dans la nuit. C'est l'Eglise morte qui sera surprise.

 

Voici ce que dit Paul aux Thessaloniciens :

 

            "Pour ce qui est des temps et des moments, vous n'avez pas besoin, frères, qu'on vous en écrive. Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n'échapperont point. Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur ; vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres. Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres. Car ceux qui dorment dorment la nuit, et ceux qui s'enivrent s'enivrent la nuit. Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l'espérance du salut. Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ" (1 Thessaloniciens 5:1-9).

 

            Le texte grec pour : "Pour ce qui est des temps et des moments" parle des "temps et des saisons." Paul faisait référence aux temps et aux saisons des convocations solennelles de l'Eternel, lors des Fêtes sacrées de l'Eternel.

 

            Paul dit clairement que les Chrétiens qui vivent comme des enfants du jour et de la lumière ne seront pas surpris par ce jour ! Ce sont les Chrétiens de l'Eglise morte qui seront surpris, comme Jésus le dit, dans l'Apocalypse, à l'Eglise de Sardes :

 

            "Ecris à l'ange de l'Eglise de Sardes : Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles : Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort. Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir ; car je n'ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu. Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu, et garde, et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi" (Apocalypse 3:1-3).

 

            L'Eglise de Sardes est morte, et, si elle ne se repent pas, elle ne saura pas à quelle heure le Seigneur viendra.

 

            Dans la tradition juive, le souverain sacrificateur et le capitaine des gardes du Temple étaient aussi surnommés des "voleurs dans la nuit." En effet, les sacrificateurs qui veillaient constamment sur le feu sacré et sur l'entretien du chandelier ne devaient jamais s'endormir au cours de leur service. Si le souverain sacrificateur ou le capitaine des gardes, au cours d'une visite inopinée, surprenaient un sacrificateur endormi, ils mettaient le feu à ses vêtements. Le fautif devait se débarrasser de ses vêtements enflammés, et s'enfuir honteux, "pour que la honte de sa nudité ne paraisse pas" (Apocalypse 3:18).

 

            Il en résulte que l'Eglise vivante, elle, saura à quel moment le Seigneur reviendra, même si elle n'en sait ni le jour ni l'heure ! Elle ne se laissera pas surprendre, parce qu'elle veille en permanence.

 

            Le Seigneur Jésus a dit : "Prenez garde à vous-mêmes, de crainte que vos cœurs ne s'appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l'improviste ; car il viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent sur la face de toute la terre. Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d'échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l'homme" (Luc 21:34-36).

 

Abraham est un type de l'Eglise fidèle, et Lot un type de l'Eglise infidèle.

 

 

Dans Matthieu 24, Jésus a dit :

 

            "Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable ? Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi ! Je vous le dis en vérité, il l'établira sur tous ses biens. Mais, si c'est un méchant serviteur, qui dise en lui-même : Mon maître tarde à venir, s'il se met à battre ses compagnons, s'il mange et boit avec les ivrognes, le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s'y attend pas et à l'heure qu'il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites : c'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents." (Matthieu 24:45-51).

 

            Ni le bon, ni le mauvais serviteur, ne connaissaient l'heure exacte du retour de leur maître. Mais le bon serviteur a continué fidèlement à accomplir sa tâche. C'est ce que l'Eglise fidèle continuera à faire jusqu'au bout.

 

 

B. Les signes célestes annoncés par le Seigneur, devant précéder immédiatement Son retour sur la terre, et leur application à notre époque, à la lumière de découvertes récentes.

 

S'il est vrai que le Seigneur doit revenir enlever Son Eglise au cours de l'une des prochaines Fêtes des Trompettes, la Bible donne-t-elle des précisions supplémentaires quant à l'imminence de cet événement ?

 

Le Pasteur Messianique Mark Biltz, de "El Shaddaï Ministries," dans l'Etat de Washington (USA), a fait récemment une découverte très intéressante.

 

Tout d'abord, son attention fut attirée par ces paroles du Seigneur Jésus :

 

"Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées." (Matthieu 24:29).

 

Ceci est confirmé par le prophète Joël :

 

"Le soleil se changera en ténèbres, et la lune en sang, avant l'arrivée du jour de l'Eternel, de ce jour grand et terrible" (Joël 2:31).

 

Après les jours terribles de la Grande Tribulation, et avant le retour du Seigneur sur la terre, il semble donc que des phénomènes célestes caractéristiques doivent se produire.

 

Le Pasteur Biltz fut convaincu qu'il s'agissait d'éclipses de soleil et de lune. Il est souvent dit que la "lune se change en sang" au moment d'une éclipse totale, car elle prend une teinte rouge caractéristique.

 

 

Des découvertes extraordinaires.

 

En étudiant le site officiel de la NASA, il fit alors une découverte assez extraordinaire :

 

            En l'an 2014, se produiront deux éclipses totales de lune qui correspondront à des Fêtes de l'Eternel. La première se produira le jour de la Pâque juive (14 Nisan), et la deuxième le jour de la Fête des Tabernacles (15 Tishri).

 

            Ce même phénomène se reproduira en l'an 2015 : deux éclipses totales de lune, le jour de la Pâque et le jour de la Fête des Tabernacles. Quand quatre éclipses totales de lune se suivent deux années de suite, les astronomes appellent cela une "tétrade."

 

            Les tétrades associées aux fêtes juives sont extrêmement rares : une ou deux par siècle au maximum, plusieurs siècles pouvant se passer sans aucune tétrade associée au fêtes juives. Depuis l'an 1 de notre ère, sept tétrades semblables seulement se sont produites, dont deux au XX° siècle. Après 2014-2015, il ne se produira plus aucune autre tétrade associée au fêtes juives au cours du XXI° siècle.

 

            Le Pasteur Biltz remarqua aussi qu'au cours du XX° siècle, il s'était produit deux tétrades associées aux mêmes fêtes juives. A chaque fois, elles étaient en relation avec un événement important concernant la nation d'Israël ou le peuple Juif. La première tétrade se produisit en 1949-1950, juste après l'indépendance de l'Etat d'Israël, et la seconde en 1967-1968, au moment où Jérusalem a été reconquise par les Juifs.

 

            Il y a eu une seule tétrade associée aux mêmes fêtes juives au 15° siècle, en 1493-1494, un an après l'expulsion des Juifs de l'Espagne, et après la découverte de l'Amérique, en 1492.

 

            Il n'y a eu aucune tétrade associée aux fêtes juives au cours des 16°, 17°, 18° et 19° siècles.

 

Mais ce n'est pas tout !

 

            Le Pasteur Biltz remarqua également qu'il devait se produire deux éclipses de soleil en 2015 : la première, une éclipse totale, se produira le premier jour du mois de Nisan, c'est-à-dire le premier jour de l'année religieuse, et la seconde, une éclipse partielle, le premier jour du mois de Tishri, c'est-à-dire le premier jour de l'année civile juive.

 

Tout cela en 2015 ! Est-il possible qu'il s'agisse d'une pure coïncidence ?

Non, il n'est pas possible que toute une série de "coïncidences" cumulées soient le produit du pur hasard !

 

On a donc le schéma suivant :

 

            15 Nisan 5774 (15 avril 2014) : éclipse totale de lune, Fête de la Pâque.

 

            14 Tishri 5775 (8 oct. 2014) : éclipse totale de lune, Fête des Tabernacles.

 

            29 Adar 5775 (20 mars 2015) : éclipse totale de soleil, juste avant le début de l'année religieuse.

 

            15 Nisan 5775 (4 avril 2015) : éclipse totale de lune, Fête de la Pâque.

 

            29 Elul 5775 (13 sept. 2015) : éclipse partielle de soleil, juste avant le début de l'année civile.

 

            15 Tishri 5776 (28 sept. 2015) : éclipse totale de lune, Fête des Tabernacles.

 

 

2015 : Une année vraiment spéciale.

 

            Il faut noter aussi que l'année 2015 est la dernière année sabbatique d'un cycle de 49 ans. Cette année sabbatique précède immédiatement l'année jubilaire, qui est proclamée tous les 50 ans. Cette année jubilaire doit justement être proclamée le jour du Yom Kippur 2015.

 

            Cette année 2015 est donc particulièrement marquée par tous ces signes célestes. Se pourrait-il que ce soit l'année du retour du Seigneur sur la terre, pour y commencer Son règne de 1000 ans ? Il s'agit là d'une possibilité sérieuse. Si c'était le cas, l'enlèvement de l'Eglise pourrait donc se produire sept ans auparavant, c'est-à-dire au cours de la Fête des Trompettes 2008.

 

L'année 2008 est également une année sabbatique.

 

La Grande Tribulation se déroulerait donc pendant sept ans, entre septembre 2008 et septembre 2015.

 

 

            En outre, les trois années consécutives 2008, 2009 et 2010 sont marquées par un autre phénomène rarissime : elles verront trois éclipses partielles de soleil se produire chaque année au même moment, le premier jour du mois de Ab : le 1er août 2008, le 22 juillet 2009, et le 11 juillet 2010.

 

            Or il faut savoir que le mois de Ab est un mois très sombre pour Israël. C'est en effet le 9 Ab que les premier et deuxième temples ont été détruits. C'est aussi à cette date qu'Israël a évacué la bande de Gaza.

 

            Ces éclipses de soleil placées à ces dates annoncent donc des événements terribles pour le monde et pour Israël.

 

            Dans la tradition Juive, les éclipses de soleil annoncent de mauvaises nouvelles pour les nations, et les éclipses de lune des mauvaises nouvelles pour Israël.

 

            Dans cette hypothèse, la 70° semaine de Daniel pourrait correspondre aux sept années 2008-2015, à partir de la Fête des Trompettes 2008.

 

            Le retour du Seigneur sur la terre se ferait le jour du Yom Kippur 2015, et le début du Millénium le jour de la Fête des Tabernacles 2015.

 

 

Un autre signe intéressant est donné par le calcul suivant :

 

            Jérusalem a été reconquise par les Juifs le 7 juin 1967. Si l'on compte exactement, à partir de cette date, 7 fois 7 années juives de 360 jours, soit 49 ans ou 17640 jours, nous aboutissons précisément au 23 septembre 2015, c'est-à-dire le jour même du Yom Kippur 2015, jour probable du retour du Seigneur sur la terre pour y régner pendant mille ans ! Est-ce une autre coïncidence ?

 

Rappelons-nous aussi que c'est le dixième jour du premier mois (le Yom Kippur) que le peuple franchit le Jourdain sous la conduite de Josué, et que l'arche entra dans la Terre Promise (Josué 4:19).

 

C'est aussi une image du retour du Seigneur sur le Mont des Oliviers (Zacharie 14:4).

 

Cela ne nous rappelle-t-il pas les paroles de Jésus : "Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive." (Matthieu 24:34).

 

Il peut donc s'agir de la génération qui a vu la reprise de Jérusalem par les Juifs.

 

 

            Toujours dans cette hypothèse, nous devrions assister, au cours des mois suivants (de fin mai à fin septembre 2008), à une intensification de certains phénomènes annonciateurs de la fin des temps :

 

            - Des cataclysmes climatiques et sismiques (Tremblement de terre majeur en Californie ?).

 

            - Des famines et des crises économiques.

 

            - Des guerres (conflit probable en Iran ?).

 

            En outre, au cours de sa récente visite en Israël et au Moyen-Orient, le Président Bush a déclaré qu'il ferait tout pour qu'un accord de paix soit conclu avant la fin de son mandat, et pour qu'un Etat indépendant soit accordé aux Palestiniens.

 

Récemment, Israéliens et Syriens ont entamé des négociations de paix via la Turquie. "Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n'échapperont point." (1 Thessaloniciens 5:3).

 

 

Que faire de Matthieu 24 : 36 ?

 

Jésus a dit : "Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul" (Matthieu 24:36).

 

            Il ne s'agit donc pas de fixer ni un jour ni une heure, mais d'observer les signes ! Que personne donc ne nous accuse de vouloir affirmer que l'enlèvement se produira certainement à un jour et une heure précis. Mais nous indiquons simplement une sérieuse possibilité pour que l'enlèvement se produise à une certaine période, en fonction des signes annoncés.

 

            Quand nous prenons ce verset de Matthieu 24:36 au sens littéral le plus strict, il signifie simplement que nous ne connaîtrons jamais ni le jour ni l'heure du retour du Seigneur. Même si nous savions, par exemple, que Jésus devait revenir au moment de la Fête des Trompettes 2008, nous ne pourrions en savoir ni le jour ni l'heure, puisque cette fête se déroule sur deux jours, et que le choix du jour et de l'heure appartient au Père.

 

            Le choix des heures a toujours été important pour le Seigneur ! Jésus a été attaché à la croix à la troisième heure du jour (9 heures du matin), à l'heure même où l'agneau était attaché aux cornes de l'autel, pour le premier sacrifice de la journée. Il est mort à la neuvième heure (3 heures de l'après-midi), à l'heure même où était effectué le dernier sacrifice de la journée. De même, le Saint-Esprit est descendu sur les disciples à la troisième heure du jour, 9 heures du matin,

 

            Toutefois, sans savoir le jour ni l'heure, nous pouvons connaître le moment ou la période, à partir des signes qui nous sont donnés dans la Bible.

 

            Il n'est donc pas possible de prophétiser le retour du Seigneur au jour et à l'heure près, car ce sont des informations que le Père a voulu garder pour Lui. Mais Il ne nous a pas laissés ignorants quant à l'époque du retour de Jésus.

 

            Cela signifie que l'on peut, et même que l'on doit observer les signes des temps et des moments, comme le dit Paul aux Thessaloniciens. Si le Seigneur a décidé d'intervenir dans l'histoire des hommes au cours de précédentes Fêtes de l'Eternel, celles-ci revêtent donc une importance considérable dans l'observation des temps.

 

            Cela fait partie du rôle de l'Eglise fidèle que d'observer soigneusement les signes des temps, et d'avertir le monde et l'Eglise de l'importance de certains événements, surtout quand ils ont été prophétisés dans la Bible.

 

C'est ce que nous nous sommes efforcés de faire dans cet article.

 

 

            La connaissance de ces informations ne doit nullement nous démotiver, ou nous pousser à la passivité, dans l'attente du retour inéluctable du Seigneur. Mais elle doit au contraire nous stimuler à racheter le temps, et à relever notre tête, car notre délivrance approche !

 

            Les temps sont très courts ! Redoublons d'efforts pour prévenir tous ceux qui doivent l'être autour de nous. Restons prêts nous-mêmes et veillons en permanence, quel que soit le moment du retour du Seigneur ! Vivons et agissons en permanence comme si ce retour devait se produire dans les jours ou les semaines qui viennent, tout en sachant qu'il peut tarder ! Ainsi, nous ne serons jamais surpris, même si ce retour devait encore se faire attendre !

 

------------------------------------

 

 

Références, pour les dates des Fêtes de l'Eternel et des éclipses :

 

http://www.watch.org/showart.php3?idx=104119&rtn=/index.html&showsubj=1&mcat=1

 

http://eclipse.gsfc.nasa.gov/LEcat/LEdecade2011.html (Site officiel NASA) Eclipses de Lune.

 

http://eclipse.gsfc.nasa.gov/SEcat/SEdecade2011.html (Site officiel NASA) Eclipses de soleil.

 

http://www.elshaddaiministries.us/stipulation.html (site du Pasteur Mark Biltz).

 

 

 

Note de Source de Vie

 

Tous les Juifs ne sont pas d'accord sur le comptage des années jubilaires, car il y a eu des interruptions de comptage lors des destructions des deux temples, et aussi lors des périodes d'exil.

Mark Biltz place la prochaine année du Jubilé en 2015. Il a choisi le système de datation de Ramdam et de Rabbi Yehudah, mais d'autres sites Internet placent la prochaine année du Jubilé en 2027/2028, et d'autres en 2039/2040.

Quoi qu'il en soit, même si tous les Juifs n'arrivent pas à la même date du prochain Jubilé compte tenu des interruptions de comptage, il n'en reste pas moins très significatif que 49 années juives après la reprise de Jérusalem le 7 Juin 1967, on arrive, jour pour jour au 23 Septembre 2015, jour du Yom Kippur. Cela ne peut pas être du hasard.

Ce n'est probablement pas non plus un hasard si l'Histoire a conservé le nom de Guerre des Six Jours.

Ces 6 jours préparaient le 7ème (6/7/67 en notation internationale)

La reprise de Jérusalem, Sion, a une portée prophétique majeure, et le jour du Yom Kippur qui suit après 49 années juives ne peut manquer de nous interpeller, en nous parlant de libération de l'opprobre de l'Egypte (Josué 5:9)

Rappelons-nous également qu'il y a eu une autre guerre des six jours qui a précédé l'entrée dans le pays promis, lorsque tout Israêl devait faire le tour de Jéricho durant 6 jours de suite. Et au début du septième jour, le peuple a fait 7 fois le tour de la ville.

Tous les Chrétiens connaissent le passage répété dans les 3 premiers évangiles : « Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive ». Matthieu 24:34 - Marc 13:30 - Luc 21:32.

Si la reprise de Jérusalem peut être interprétée comme le figuier qui reverdit, on remarque que ceux qui étaient des jeunes gens lors de la reprise de Jérusalem le 7 Juin 1967 auront environ 70 ans en 2015. Si les 50 années suivantes représentent bien une période interjubilaire, et si on suppose que l'enlèvement aurait lieu à la fin d'un cycle de 49 ans pour conserver l'image prophétique de la libération des esclaves, la prochaine occurence après 2015 serait vers 2065. Or en 2065, tous ceux qui étaient vivants en 1967 seront morts, et ne peuvent pas faire partie de la génération dont parle Jésus.




Source de Vie - Enseignements bibliques - Articles d'information - Lire la Bible